DOCUMENT: *D357.

TITRE: RAPPORT (1ERE PARTIE) DIEU, LE COSMOS ET L'HOMME.

 

KEYWORD: *NEUROPSYCHOLOGIE *AME *KRYPTON *CONSCIENCE

 

COMMENTAIRES : RECUE PAR FARRIOLS LE 19 MARS 1987 A BARCELONE EN ESPAGNOL

26 p. plus un graphique,

langue espagnole, destiné à votre frére Juan Dominguez Montes


BUAUE BIAEII

Nous voudrions décrire un facteur humain inconnu de vous hommes de la Terre, encore que des auteurs comme Jung aient postulé, avec des interprétations radicalement différentes, une entité qui du point de vue sémantique présente des caractéristiques similaires.

Nous nous référons à ce que nous nommons phonétiquement BUAUEE BIAEII, qui n'a pas d'équivalent dans les langues occidentales de la Terre, mais qu'en premiére approximation nous pourrions traduire par Ame collective.

En premier lieu, nous décrirons l'OEMVUAUFB. (Chaque fois que nous exprimons des vocables d'Oummo, nous essayons de trouver l'expression audiophonétique la plus proche en langue espagnole).

Aprés de longues années de présence parmi les habitants de la Terre, nous avons constaté l'existence d'une entité intermédiaire entre le Soma et la Psyché. C'est ainsi que les théoriciens de la théosophie, comme les spiritualistes (ou spirites), parlent du Peresprit, et que les doctrines orientales se référent à un supposé corps astral intermédiaire du psychisme, capable de relier le corps et l'esprit.

Et il en est bien ainsi, puisqu'une entité adimensionnelle et atemporelle ne pourrait en aucune maniére activer une entité spatiotemporelle et matérielle comme la structure anatophysiologique située dans un autre plan d'existence.

note 0

Nous avons découvert l'existence de l'OEMVUAUFB quasiment par hasard. Un de nos frères chercheurs NOI 3, fils de NOI 2, en l'année oummite (nos années ont une durée différente) 315/3.750 , localisa grâce à son assistant SOOIE 996, fils de SOOIE 993, la présence d'une séquence d'atomes de krypton dans une structure souscorticale de l'encéphale.

Ce gaz, comme vous le savez, est très stable. Il se combine seulement en de rares occasions avec les autres éléments que vous cataloguez dans la Table Périodique.

Son existence dans dans un réseau neuronique hypothalamique ne pouvait pas ètre attribué au hasard.

Mais en soi-même ce n'était pas une surprise. Parfois, s'intercalent dans nos réseaux tissulaires des oligoéléments sans signe apparent de fonction dans la structure histologique.

La surprise consistait dans le constat que cette séquence d'atomes, en plus de présenter un certain ordre stéréospatial (plutôt insolite pour un nuage d'atomes qui n'ont pas de liaison électronique de valence), subissait une annulation spécifique de l'indéterminisme microphysique de ses électrons périphériques.

note 1

 

Ces IVOZSOO UHU sautaient d'une orbite à une autre sans stimulation, que vous nommeriez quantique, d'une orbitale à la supérieure ou l'inférieure, suivant une loi périodique.

Parfois, quand il n'y avait pas d'activité fonctionnelle ; d'autres fois, en cas d'intense activité psychophysiologique, quand l'activité neuronique n'était pas végétative mais volontaire. Ainsi dans les états de coma, de paralysie du bulbe rachidien, ou de désafférentation (Ndt : section ou destruction des nerfs afférents sensitifs) de ce que vous appelez le Systéme Réticulaire (Ndt: la réticulée ascendante) ; l'activité électronique pouvait présenter une fonction sinusoïde stricte en l'absence d'harmoniques de fréquence élevée.

L'apparition d'une activité volontaire dans le cortex moteur qui, chez vous, est localisée dans une aire prérolandique (mais pas dans notre cerveau), était accompagnée simultanément d'une gamme de fréquences trés complexes (pas nécessairement des harmoniques) et d'intensité variant avec le temps.

Les habitants des autres OYIAA (Planétes) présentent au cours du processus d'hominisation des traits structuraux similaires. Chez vous mêmes nous avons pu isoler des réseaux de krypton bien que de répartition spatiale différente.

BUAUAA

Nous ne pouvons aborder le concept de BUAUAA qu'avec les réserves que nécessitent des instruments sémantiques différents, donc une base logique différente, de ceux des penseurs et théologiens de l'OYIAA (Terre).

Dans une première interprétation simpliste, les langues de la Terre donnent à cette acception d'âme, psyché, esprit, une valeur ontologique qui la décrit comme une entité adimensionnelle et hors du temps et par conséquent indivisible et transcendante.

Notre conception (sans entrer dans une analyse philosophique et scientifique indigeste) est quelque peu différente.

En effet nous n'attribuons pas à l'âme une dimension de temps, ni de paramétres tels que masse, charge électrique ou dimension d'espace.

note 1bis

Dans l'Univers multidimensionnel, le BUAUAA ne possède ni largeur, ni hauteur et, bien sûr, ne possédant pas de masse, échappe à toute influence gravitationnelle. C'est dire que ses paramètres n'ont rien à voir avec ceux des autres IVOSZOO UHU. Mais l'âme est dimensionnelle et peut se situer dans un autre plan de l'Univers, de sorte que des perturbations dans le plan des choses d'ici bas (autrement dit des objets matériels) sont corrélés au plan dimensionnel de la psyché.

note 2

Ceci veut dire que dans notre physique, l'Univers est multidimensionnel et que n'importe quelle variation dans un faisceau de dimensions se traduit par une perturbation jumelle dans un autre faisceau de dimensions.

Dans le cas que nous commentons : les structures telles que les atomes de krypton agissent comme des connexions entre plans distincts de l'Univers. (N'en déduisez pas que les atomes de krypton possèdent une configuration spéciale pour cette fonction. Des atomes de sodium ou de néodyme auraient pu jouer un rôle identique).

Mais la cosmovision de l'homme ne se termine pas avec ces trois éléments fondamentaux. Il reste un quatriéme élément immatériel. (N'oubliez pas que le OEMVUAUFB est seulement apparemment matériel en tant que substrat atomique de krypton).

Ce quatriéme facteur humain est le BUAUIE BIAEEEIII.

Quelle réalité y a-t-il derriére ce facteur inconnu de vous, hommes de la Terre ?

Le BUAUE BIAEEIII (B.B.) (Le nombre de lettres écrites signifie que dans notre phonétique nous étirons ces phonémes) est une entité capable de relier entre eux les éléments d'un réseau social humain ou animal.

Bien que vous pensiez que l'unique lien entre animaux du même genre ou espéce soit de nature acoustique ou tactile et chimique ou par phéromone, en plus de celui qui s'établit par les moyens visuels, il n'en est pas exactement ainsi.

Quelle est la nature de cette espéce de Psyché Collective : le B.B. ?

Bien sûr, elle n'est pas d'origine olfactive, visuelle, tactile,électromagnétique, ni conformée par les paramétres physicochimiques connus.

La Psyché Collective ne se réalise pas, comme le postulait ingénuement l'auteur de la Terre Jung, par des voies génétiques. Il n'est pas possible d'enregistrer des souvenirs dans nos fondements biochimiques de l'acide nucléïque ADN, puisque ceux-ci transmettent par voie génômique uniquement des caractéres structuraux physiologiques et anatomiques, c'est-à-dire de simples codages de chaînes d'aminoacides (protéines et polypeptides) qui donneront lieu à des configurations de tissus de cellules de morphologie et de distribution spatiale différentes. Mais pas de codage de souvenirs ou d'information liés à NOTRE CULTURE.

De sorte que si un de nos ancêtres étudia un passage de l'Histoire d'Oummo ou si un de vos péres mémorisa un passage de l'Iliade, un tel souvenir ne peut pas être transmis à travers l'ovule ou le spermatozoïde légué à leurs descendants.

Vous avez vous-mêmes observé une riche phénoménologie associée à la suggestion des masses. Ainsi, de même, votre propre culture est bourrée de mythes universels, d'idées paradigmatiques que l'on n'arrive pas à expliquer par une interprétation simple de transfert culturel audioïnformationnel, transmis simplement par voie orale.

Même au risque de sembler nous répéter nous utiliserons le mot espagnol SIMPLE pour étayer notre idée. Une évaluation aussi SIMPLE ou FACILE ne peut permettre d'expliquer qu'il existe tout un plan d'idées, concepts, métaphores, souvenirs, symboles, notions, seulement imbriqués, superposés comme des écailles, dans les livres, les cerveaux, les audiocassettes ou les disques.

Nous allons exprimer cette idée et la développer. En effet, l'information peut s'enregistrer de nombreuses façons. Un texte ou une image, une mélodie ou une séquence phonique verbale, un symbole ou une impulsion peuvent être codés, comme vous l'avez découvert tardivement, en unités d'information (pas nécessairement binaires), se graver sur une feuille de papier en caractéres que vous appelez d'imprimerie ou se transférer par un canal utilisant n'importe quelle forme d'énergie ou de réseaux atomiques. (Dans le premier cas, comme exemple, le canal acoustique ou ondes de pression dans un milieu gazeux, et dans le second cas : des lettres ou des cassettes envoyées par la poste)

Il est évident que vous et nous également gravons dans notre encéphale tous les stimulus que nous pouvons enregistrer en provenance de nos neurocapteurs.

note 3

(Nous hommes d'Oummo utilisons deux moyens de codage de l'information dans notre cerveau). D'une part, création d'unités synaptiques à médiation biochimique, et d'autre part, création de séquences de polypeptides, c'est-à-dire de petites séries d'aminoacides qui, quand elles ont besoin d'être décodées (évocation mnésique), activent le potentiel de la membrane neuronique. (Ndt : Changeux dans L'homme neuronal exclut la possibilité d'engrammes protéiniques de la mémoire)

Jusqu'ici nous n'avons rien dit de neuf que vous ne sachiez déjà, excepté le systéme polypeptidique d'information. Pour vous, une pensée de Pascal ou de Marx, une poésie de Rilke ou la description d'une machine à tricoter, une symphonie de Bruckner ou un symbole alchimiste médiéval, soit est contenu dans une encyclopédie, soit est gravé sur une bande, soit codé dans les cerveaux d'érudits.

Et ceci est totalement certain, insuffisamment certain !

Que se passerait-il si votre cinglée de Société terrestre finissait par se consumer dans un épouvantable destruction due aussi bien aux bombes fission-fusion-fission, aux armes à plasma ou à une annihilation chimique ?

Les livres, les bandes, les disques-lasers, les manuscrits anciens, les monuments et les cerveaux disparaîtraient peut-être ! (Nous sommes en train de parler de maniére métaphorique, puisque n'est pas réalisable une hécatombe qui détruirait si bien la vie humaine sur la OYIAA, qu'elle désintégrerait absolument toutes les traces de votre culture). Mais accordez-nous au niveau de l'hypothése que cela puisse arriver.

Cela implique-t-il que l'annihilation de l'information codée, annihilerait en même temps toute trace de la culture accumulée pendant des siécles de Réseau Social ?

La réponse est : NON.

Les feuilles de cellulose disparaîtraient par le feu, l'acétate de cellulose des bandes magnétiques fondrait, les sveltes structures du Parthénon, les pyramides égyptiennes et la cathédrale Notre-Dame, verraient leurs pierres de taille réduites à des particules de silice fondues, les neurones de milliers de millions de cerveaux d'Oemmii terriens se volatiliseraient... Mais les symboles, les images de Picasso ou les aquarelles de George Grosz, les anciens chants de guerre du peuple zoulou, les antiques mantras hindous, et les images poétiques de l'Apocalypse, les contes humoristiques de Masreddine Houdscha, les équations de Maxwell ou la configuration de la svelte tour du palais Vecchio, y compris les cent septante mille quatre cents deux feuilles mécanographiées que mes fréres d'Oummo ont distribué jusqu'à aujourd'hui parmi les

note 4

OEMMII de la Terre, et qui seraient dans ce cas réduites en cendres : elles ne disparaÓtraient qu'uniquement dans leur aspect formel et matériel. L'énergie et la matière se seraient entropisées, mais l'information NON.

Comment cela est-il possible ? Si le support de l'information disparaÓt, l'information disparaÓt. Oui. Mais ceci n'est vrai que si la dite information n'a jamais été enregistrée par un cerveau.

Imaginons dans une lointaine galaxie, un nuage de poussiéres cosmique. Un tel agglomérat de molécules gelées posséde une forme à l'instant X. Et ceci représente une séquence informative. Imaginons deux situations distinctes. Dans l'une d'elles, les habitants d'une OYIA (astre froid) recueillent grâce à des instruments de mesure astronomique l'image de la Nébuleuse granulaire et la mettent en mémoire. Dans l'autre situation, bien plus probable, aucun être hominien ne peut capter son image (c-à-d le spectre visible, ultraviolet, infrarouge, etc, de la configuration pulvérulente).

Nous avons ici, hommes de la Terre, deux situations radicalement différentes. Dans la deuxiéme, une fois que les tensions gravitationnelles internes ont déformé la structure localisable à l'instant X, l'information disparaît pour toujours dans n'importe quel plan de l'Univers (Nous appelons plans les faisceaux de dimensions).

Dans le premier cas, le cerveau de l'homme transfére la configuration (non telle qu'elle est dans le monde réel, mais codée) au BUAUE BIAEEII (B.B.), de sa constellation humaine, c'est-à-dire de son réseau social.

note 5

Et maintenant nous allons ètre plus explicites. Nous appellons HAYIULLISAA une structure formée par des ètres humains reliés entre eux (Réseau socialisé). Le Réseau social n'est pas seulement un ensemble de núuds représentés par les humains, dont les liaisons d'action sont de simples relations transactionnelles ou interpersonnelles d'échanges mutuels de stimulus, de signaux d'information, ou même d'argent, comme l'impliquent les relations de travail et de rétribution dans un systéme économique équivalent à celui de la Terre. Les branches entre les nuds du Réseau représentent bien plus ; non seulement des flux informatifs, des flux de matiére, comme quand nous remettons à un autre OEMMII (Humain) un objet tel qu'une branche de santal, ou des flux d'énergie comme quand nous appuyons avec le coude sur le dos d'une autre personne. Nos cerveaux sont reliés entre eux par des canaux informatifs qui mettent en liaison les structures mnésiques (à mémoire) avec un plan ou faisceau de dimensions différent de celui de la psyché et évidemment différent du faisceau de dimensions qui constituent le champ de forces qui sont la base de l'univers directement accessible à nos organes sensitivoafférents (le plan des choses matérielles que nous voyons, nous touchons ou sentons).

L'être humain terrestre comme l'OEMMII d'Oummo tel que nous le percevons, est une section d'une structure pluridimensionnelle beaucoup plus complexe. C'est comme une tranche de fruit). (Il nous est possible de percevoir la surface plane de la section, mais non sa structure stéréospatiale). Voyez le graphique tracé avec des mines de crayons de couleurs : dessin n° 0. (Mais tenez compte qu'il s'agit d'un graphique symbolique, puisqu'il est impossible que les canaux d'information qui nous relient au BUAUE BIAEII soient tubulaires ou cylindriques, comme ils sont représentés sur l'image graphique).

Deux types de flux informatifs nous relient à l'Âme Collective ou BUAUE BIAEII (le "e" se prononce comme une synthése de A et E) :

L'un d'eux, afférent centrifuge, délivre l'information à cette psyché universelle.

Quand quelqu'un nous humilie, nous ne ressentons pas seulement le stimulus verbal, formé de séquences de phonémes qui dans cette langue représentent une syntaxe et sémantiquement une insulte. Ce train de mots est entouré d'un halo émotionnel qui affecte le systéme limbique de l'OEMII ou "siége des affects (sentiments)" du cerveau. Notre cerveau lance alors un "cri" de douleur qui est véhiculé vers l'Âme Collective. En réalité, c'est une séquence de données qui est transférée. De sorte que cette entité accumule toute la charge d'informations composée par des milliers de millions d'expériences affectives correspondant à tant d'autres êtres humains.

Nous voudrions établir une grossiére comparaison avec un lac, dont les eaux stagnent en provenance de millions de ruisseaux, si ce n'était que l'image ou le modéle réel est bien plus complexe.

Et c'est bien le cas puisqu'existent d'autres canaux de transfert qui unissent les cerveaux du Réseau Social avec cette Psyché Collective. Nous devons préciser qu'il s'agit d'un flux centripéte. Ce sont des cordons ombilicaux qui nous unissent à notre "mére" BUAUE BIAEII, au point de nous transférer une partie de l'information accumulée, bien que convenablement modulée. Avant de clarifier ce dernier point, il faut préciser les genres d'information qui s'écoulent depuis les OEMII (Corps humains) jusqu'à l'Âme Collective (B.B.).

Evidemment, ce ne sont pas seulement nos expériences affectives et traumatiques qui parviennent jusqu'à cette entité universelle. Non seulement nos souffrances et nos joies, mais encore n'importe quelle séquence de données obtenues grâce à l'accés au monde extérieur ou bien par l'intermédiaire de nos processus mentaux

note 6

La perception d'un arbre d'eucalyptus ou l'arôme de quelques molécules d'éthyl-mercaptan est transféré au B.B. de la mème manière que le processus intellectuel qui se produit quand nous réfléchissons sur le problème éthique de l'euthanasie.

Le B.B. n'est-il donc qu'une simple banque de données ? Jusqu'à maintenant notre description semble représenter une gigantesque mémoire o s'accumulent des millions de gigabits en provenance de millions de capteurs terminaux périphériques. Mais, B.B. n'est pas uniquement une base de données macrocéphale. En premier lieu parce que le transfert d'information ne se limite pas à des configurations neutres de données qui permettraient par exemple de se contenter de reproduire dans le B.B. une toile de Léonard de Vinci, cet artiste de la Terre que nous admirons tant nous les OEMII d'Oummo.

Quand dans vos ordinateurs vous utilisez une matrice de diodes, par exemple, ou une mémoire à bulles magnétiques pour coder l'information, vous pouvez aussi, pourvu que sa capacité soit grande, stocker l'information contenue dans la Joconde, si vous explorez avec une résolution suffisante, point par point, la superficie en exprimant la nature chimique de chaque molécule de pigment, non seulement celle contenue sur le plan rugueux de la toile, mais aussi celles situées dans les plans inférieurs, qui peuvent se voir à travers les milieux gras déjà quasi solidifiés et semitransparents qui constituent l'huile.

Non ! Il est nécessaire de vous transmettre la notion que cette information est toujours associée à une note émotive paramétrisable.

Bien que ce soit difficile, nous pouvons vous dire que - de la même maniére que, pour transmettre une photographie, vous représentez chaque point par deux chiffres qui indiquent la position dans un repére à deux dimensions, et par six autres destinés à fixer non seulement les trois composantes de sa couleur (chromatisme) mais aussi leur valeur respective d'intensité, - le B.B. ne recevrait pas seulement un plus grand nombre de données pour chaque point, mais encore une information complémentaire associée à la constellation émotionnelle des données apportées.

Observez que nous changeons de machine à écrire. Maintenant nous utiliserons un modéle Hispano Olivetti Studio 46, également employé pendant longtemps et qui servit en Espagne pour écrire les premiers messages dans ce pays. La raison en est claire. Au moyen d'une expertise, vous pouvez contrôler l'authenticité du graphisme typographié ; dont les erreurs de format typopgraphique, la distance| entre les caractéres, la déformation des lettres, les différents niveaux de pression, vous permettront de constater son authenticité, en évitant que ce texte soit confondu avec d'autres apocryphes).

 

LES CANAUX VERS LE BUAUEE BIAEEII (B.B.)

Ces canaux qui nous relient au plan psychique collectif, n'ont pas une nature énergétique, c-à-d : la porteuse n'est pas un flux d'énergie comme celui que vous utilisez, par exemple, dans la transmission électromagnétique de télévision. Ce ne sont pas non plus des canaux discrets. Observez que ce que vous appelez

note 7

des CANAUX CONTINUS ne le sont pas en réalité, puisque le Temps est discret, c-à-d quantifié. Ainsi quand vous utilisez le réseau téléphonique, vous pouvez croire que vous transmettez un patron ou une fonction continue, alors qu'en réalité il s'agit d'un échantillon à haute résolution. Sur Oummo nos canaux sont de fréquence très élevée (de l'ordre du gigahertz). Mais il s'agit aussi de canaux discrets dans lesquels on ne peut éliminer totalement le bruit de fond.

Les canaux OAWOO NIUASSOO relient deux "plans" distincts de l'Univers. L'un d'eux est constitué d'un faisceau de dimensions spatiotemporelles composé d'éléments IBOSO UU (Particules subatomiques) ; les animaux que nous voyons, les faisceaux de lumiére, les champs électromagnétiques, la force gravitationnelle ou les interactions entre particules nucléaires, font partie de lui.

Il est vrai que les choses ne sont pas telles que nous les voyons. Un objet réel, comme un arbuste plein de floraisons, nous apparaît comme une forme tridimensionnelle avec des couleurs vert sombre et peut-être mauves, si les fleurs le sont, en fonction des radiations chromatiques absorbées par ses atomes.

note 8

Mais, L'ARBRE-QUE-NOUS-VOYONS ou percevons, n'a rien à voir avec l'ensemble structuré d'"iboszoo uu" (particules) qui EXISTE-EN-DEHORS-DE-NOUS. Les patrons énergétiques qu'il émet, sont traduits par les neurocapteurs sous forme de patrons de potentiel électrique qui intégre toutes les données.

Jusqu'ici, nous ne vous disons rien de nouveau et vos spécialistes en Gelstat... l'ont compris ainsi sur la planéte Terre.

Mais, qui intégre les patrons pour donner l'image universelle d'un "ARBUSTE"? La réponse est la : PSYCHÉ COLLECTIVE.

Il s'agit d'un autre plan de l'Univers multidimensionnel, formé aussi de faisceaux de dimensions. Ce n'est pas un Univers comme celui que nous percevons, plein de galaxies formées par des nuages de gaz et de poussiéres, d'étoiles en formation, de novas et d'étoiles froides, de planétes gelées comme celles d'Oummo et de la Terre, de planétes quasistellaires chaudes, avec une croûte quasi incandescente oô aujourd'hui la vie ne peut pas fleurir. NON.

Ce plan ou Univers PSYCHOSOCIAL est lui aussi formé de singularités ou de concentrations de matiére et d'énergie. Il est aussi anisotrope que le nôtre. Ce n'est pas un cristal, dans le sens oô sa configuration dans son propre environnement ne

note 9

présente pas de régularité géométrique. Cependant son degré de complexité est élevé. Nous pourrions dire que son niveau d'entropie est très bas. Sa densité d'information par WAALI cubique est de l'ordre de 8,345.1071 bits. (Un WAALI vaut approximativement 43.700 années lumière). Cette densité moyenne d'information est très proche de la densité en bits par cm de cette feuille mécanographiée.

Le BUAUEE BIAEII est une structure immense comme peut l'ètre notre Univers, bien qu'elle ne puisse être mesurée en termes d'années-lumiére, puisque cela n'a pas de sens d'évaluer une quelconque de ses dimensions en WAALI ou en métres. De plus sa complexité organique est grandiose. Il est vrai que pour le mesurer nous avons utilisé l'artifice de prendre une de ses dimensions équivalente à la classique longueur dans notre Cosmos, et qu'encore ainsi sa densité d'information soit plus basse (votre cerveau atteint une densité de 1019 bits / cm3), tandis que le B.B. ne serait pas supérieur à 104 (10.000) bits/cm3.

B.B. est une plante (centrale ?) cosmique capable de traiter l'information. Il est constitué de GUU DOEE (contours ou cellules). Une image serait, pour nous comprendre, les galaxies de notre Univers, sauf que dans le B.B. il ne s'agit pas de

note 10

configurations nébulaires de poussières et de soleils mais d'enceintes, de parties à cinq dimensions. Dit autrement : ce plan cosmique ou B.B. est subdivisé en d'autres B.B. ou psychés universelles, chacun d'eux correspondant à une humanité planétaire. (La confusion que vous pourriez observer vient de ce que nous appelons B.B. (BUAUEE BIAEEII) non seulement l'Âme collective d'Oummo ou de la Terre, mais aussi le plan cosmique (c-à-d du multiünivers) qui contient tous les B.B. des différents réseaux sociaux qui peuplent, notre Univers tétradimensionnel. Nous l'appelons ainsi puisque ce sont les quatre dimensions les plus perceptibles.

Le plan cosmique B.B. contient des milliers de millions de B.B. correspondant à autant d'humanités. C'est le B.B. de l'humanité de la Terre qui en connexion avec votre cerveau traite l'information reçue, engendrant la conception des choses.

C'est un processus holistique. L'arbuste que vous percevez, non seulement vous évoque des souvenirs agréables (un buisson de jasmin peut s'auréoler de souvenirs agréables pour vous, s'il vous rappelle un agréable voyage en Grêce dans votre enfance) mais le jasmin en soi est euphorisant pour vous.

Pourquoi l'est-il ? Pour la simple raison que des millions de jasmins ont pu évoquer des souvenirs agréables à tant d'autres personnes, tandis que d'autres millions de serpents ont accumulé dans le B.B. une charge d'angoisse que vous percevez, bien que vous n'ayez jamais touché un ophidien.

B.B. accumule des milliers d'années d'angoisse sociale, de souvenirs, de tortures, d'évocations de guerre, mais aussi des symboles universels, la remémoration d'agréables fêtes, la réminiscence de métaphores et de mélodies.

Quand de nombreux OEMII dansent dans le cadre d'une fête populaire brésilienne, il existe une harmonie évidente entre les composants de l'ensemble; qui leur permet de coordonner leurs mouvements chorégraphiques, bien que les danseurs gardent les yeux fermés.

Au cours d'un incendie, la réaction collective ressemble apparemment à celle d'un organisme vivant dont les cellules se déplacent par un tropisme collectif. Quel facteur psychosocial coordonne tous les humains dans un regroupement grégaire ? Depuis une manifestation politique (desquelles vous êtes tant passionnés) jusqu'à notre grégarisme discipliné du Gouvernement Général d'Oummo, depuis une communauté religieuse de l'Eglise Catholique Romaine jusqu'au suicide collectif des sectaires au Guyana (novembre 1978).

Les idées universelles de Dieu, l'Âme, l'amour, la haine.., ne seraient pas en vigueur dans votre culture et la nôtre si elles ne venaient pas de nos B.B. respectifs. Vos anthropologues se sont parfois étonnés de la cause qui rend possible que des mythes comme le Déluge se soient développés dans des cultures diverses.

En premiére approximation, on pourrait croire que des voyageurs de l'une ou l'autre société auraient pu transmettre de l'une à l'autre la légende. Mais cette hypothése s'écroule facilement quand de tels mythes primordiaux apparaissent simultanément sur des continents qui n'étaient pas en relation à ces époques oô les voies de communication étaient presque inexistantes.

Les canaux OAWOO NIUASOOO NE SONT PAS DISCRETS !!! L'information se propage par des patrons qui sont d'authentiques fonctions continues, et le rapport signal-bruit est infini, ce qui lui permet de ne pas être redondante. Le bruit est inexistant, chose, que nous n'atteindrons jamais même avec la technologie la plus sophistiquée. La vitesse de transmission est quasi infinie. A tel point qu'il est seulement nécessaire de tenir compte du temps peu rapide de propagation de l'information le long des réseaux neuroniques du cerveau, mais une fois que le OEMBUAUU (chaîne d'atomes de krypton) a codé le message, la psyché BUAWUAA et B.B. reçoivent simultanément les deux informations, celle appelée LAAIYAA (émotionnelle) et la EESEE OU (intellectuelle). Cette derniére se propage par résolution (détermination quantique) ; la premiére est globalisée ou comme vous diriez holistique, intégratrice ou gelstatique.

C'est pourquoi B.B. traite l'information accumulée par votre humanité (vous savez déjà que nous, sur Oummo, avons comme réseau social notre B.B.) et l'élaboration définitive sous forme de grands paradigmes universels, il la retourne aux hommes de la Terre.

Il reste à mes fréres spécialistes d'Oummo, à résoudre l'énigme passionnante de savoir si les différents B.B., correspondant à tant d'autres civilisations planétaires, peuvent s'interchanger l'information. Au jour d'aujourd'hui, nous n'avons pas trouvé d'indice fiable que cela se produise ainsi.

Le graphique joint est réalisé par mon frére, en utilisant la feuille de cellulose et des crayons de couleurs en plus de feutres d'OYAGAA.

Ce diagramme doit être interprêté comme didactique et symbolique.

En aucune maniére, les images ne correspondent au systéme réel du WAAM-WAAM, puisque ses vraies formes sont trop complexes pour les représenter sur une feuille de papier et qu'elles en arriveraient à induire de la confusion.

Fig1

Fig2

Représente le WAAM-WAAM, ou bien les trois plans ou bien notre propre WAAM au milieu des autres possibles en nombre infini.

Fig3

Le WAAM limite, de masse infinie, qui contient le B.B. ou bien le BUAWUA BIAEEII

Fig4

BUUAWUUA BIAEEI ou cerveau psychique collectif d'o émergent autant de paires d'OAUOO NIAUXOO qu'il y a d'ètres humains dans le réseau social

Fig5

Canal "centrifuge"1 d'information, soit le OAWOO NIUASOO qui transfère l'information du B.B. dans le corps de l'OEMMII

Fig6

Canal "centripète"1 qui transfère les données depuis l'OEMMII vers les entités psychiques

Fig7

Atomes de Kr qui agissent comme des vannes (relais) d'entrée et de sortie d'information entre les différents WAAM (univers)

Fig8

WAAM dans lequel nous vivons

Fig9

Flèche du temps

Fig10

Cadre dimensionnel qui, avec le temps, structure le WAAM réel

Fig11

OEMMII tétradimensionnel, homme spatiotemporel

Fig12

WAAM de masse nulle, qui contient les divers esprits des ètres humains un réseau d'Ibozoo uuhu).

Fig13

Ces canaux n'existent pas en réalité. Ils se réduisent aux relais de Kr qui lient le WAAM réel que nous percevons avec le WAAM U

Fig14

Les sphères représentent les différents esprits humains, évidemment leur forme réelle n'est pas celle de volumes symétriques de rayon constant.

Bien qu'ils n'apparaissent pas dans le graphique, on sousentend qu'entre les trois WAAM existe une infinité d'Univers, supposés accessibles, qui contiennent des singularités de masse et d'énergie.

 

D731, lettre reçue le 22 mars 1987 par Rafael Farriols pour J D M, Monsieur Juan Dominguez : Permettez-nous de compléter l'information sur le B.B. avec ces notes compilées.

note 0

L'OEMVUAUFFB peut ètre considéré comme un élément frontière entre notre WAAM (Univers) et un autre Univers beaucoup plus "lointain" ; un Univers qui serait à la limite supérieure ou inférieure, selon la maniére dont on l'envisage, de notre faisceau ou ensemble d'univers existants.

C'est précisément le comportement de la couronne électronique de ces atomes de krypton, échappant à l'indétermination probabiliste propre aux autres atomes de ce même élément chimique, qui fait de cet ensemble un "pont" entre ce Cosmos et le BUAUEE BIAEEII (esprit collectif ou WAAM limite).

note 1

L'IBOZSOO UHU est une entité inconnue de vous. Elle ne possède en elle-mème ni masse, ni charge électrique, ni moment, ni couleur, etc. Cela n'a pas de sens d'isoler un I.U. puisque sa réalité physique exige au moins une paire d'I.U.. Nous pouvons vous révéler que l'I.U. peut se présenter sous forme de neutrinon, d'électron, de composant du proton, de proton, de quanton de lumière ou de quanton de temps, selon que ses "axes" sont orientés d'une façon ou d'une autre. Exprimé d'une autre façon : Nous considérons que notre WAAM est fait de particules subatomiques et de quantons énergétiques (jusqu'ici nous sommes en accord avec les physiciens de la Terre). Sauf que nous réduisons ou unifions tous ces êtres physiques qui portent associées, une masse, une énergie, une charge... et une onde, à un seul genre d'entités dont la structure est angulaire. Un réseau d'I.U. constitue le monde que nous percevons en trois dimensions, plus le Temps (également quantifié).

note 1bis

Vous acceptez dans votre version de la science l'existence d'un seul Univers, bien que les auteurs de science-fiction, de la Terre soient familiarisés avec la notion "fantastique" d'autres mondes et univers. Pour nous, la vision d'un cosmos multiface ou d'un multi-univers n'est pas qu'une simple spéculation, mais, bien au contraire, est prouvée jusqu'à satiété. A tel point que nous réalisons nos voyages intragalactiques au sein du cosmos le plus voisin du nôtre.

Permettez-nous de nous étendre sur ce point. Nous appellons WAAM-WAAM le faisceau ou ensemble d'univers existants que nous estimons en nombre infini (bien que nous n'ayons pu le constater, n'ayant détecté qu'une partie d'entre eux). La caractéristique primaire qui les distingue chacun est la vitesse d'un quanton ou unité discréte d'énergie électromagnétique en leur sein.

En réalité, il s'agit d'une famille de paires de cosmos, de WAAM.

Chaque paire sera formée de matiére prédominante ou d'antimatiére prédominante, sans que cela implique que dans un WAAM puisse exister en plus d'une masse positive, une masse négative, et dans un des deux membres du couple : une masse imaginaire dont la vitesse limite est la vitesse limite du quanton E.M.

De cette façon est invariant, dans les deux WAAM cosmiques, tant la tridimensionnalité du systéme (longueur, largeur, hauteur) que l'existence de quatre types de masse :

+ m, - m, (+ V - 1) m, (- V - 1) m.

Observons cependant que tandis que dans les deux se manifestent les dimensions de longueur et de temps, et que les deux types de masse réelle puissent s'isoler dans les deux WAAM, avec une prédominance élevée dans chacun d'eux de signes respectifs de masse M irréelle. (Le terme irréel doit s'entendre sémantiquement sur Terre dans le langage mathématique, c'est-à-dire irréel, il ne faut pas l'interpréter comme inexistant, mais comme situé dans un autre cadre).

Il est clair qu'il peut exister autant de couples de cosmos que de vitesses du quanton électromagnétique (cosmos et anticosmos gémellaire).

Anticosmos gémellaire (OUWAAM) ne veut pas dire que sa configuration galactique soit semblable à celle du nôtre. Dans notre anticosmos, il n'existe pas un Anti-OUMMO ni une Anti-Terre jumeaux.

Dans la pratique, les scientifiques d'Oummo et également en partie nos voyageurs explorateurs (moi-même ai voyagé dans un autre WAAM) connaissons une vingtaine de WAAM. Les uns par simple détection, les autres parce que nous les avons visité dans nos voyages, et deux autres par inférence scientifique.

Nous sommes convaincus qu'il en existe beaucoup plus et rien ne s'oppose à ce que leur nombre soit infini.

Deux de ces plans ou WAAM (univers) nous sont inaccessibles physiquement. Ceci veut dire qu'aucune civilisation, aussi avancée soit-elle, ne pourrait les visiter avec ses UUAUUA (nefs d'exploration). L'un d'eux : (unique dans la famille des faisceaux tridimensionnels) est dépourvu d'anticosmos (il est lui-même son anticosmos), est dépourvu de masse (imaginaire et réelle). Toutes ses particules sont annulées, c'est-à-dire : son réseau d'IBOSZOO UUHU est un réseau statique qui ne constitue ni temps, ni longueur, ni masse, ni moment, etc.., au point que parler de la vitesse d'un mobile en son sein n'a pas de sens. Exprimé de façon philosophique, le WAAM dont nous parlons EXISTE et N'EXISTE PAS. Il est dimensionnel et adimensionnel. Ce WAAM abrite toute la constellation de BUUAWUA (âmes ou esprits) de tous les êtres humains de notre Univers.

note 2

En ce sens, vous nous entendrez dire que l'âME NE POSS"DE NI DIMENSION NI TEMPS, tandis que d'autres fois nous parlons des DIMENSIONS DE L'ME. (La confusion vient de la pauvreté de votre vocabulaire terrestre qui nous oblige à utiliser le mot "dimension", qui dans notre langue est beaucoup plus riche.

La conception théologique terrestre de l'âme ou esprit est très pauvre et contradictoire. Si elle est dimensionnelle, comme le postulent divers auteurs, elle devrait se situer ICI, dans le WAAM et pourrait se peser, se mesurer, se photographier. Quand des théologiens plus intelligents lui attribuent un caractére adimensionnel et atemporel, ils se rapprochent de la vérité mais : Comment peut-elle traiter de l'information, si elle est purement spirituelle et dépourvue d'énergie ?

Si l'âme peut prendre conscience, par exemple, de la notion de Dieu, elle doit le faire par un acte de Réflexion, cela nécessite un processus mental et par conséquent un Écoulement (ou un flux) de données. Mais, comment un systéme de données peut-il s'écouler sans canal énergétique ?

Notre conception, déjà exprimée est différente. Ce sont le cerveau de l'OEMII et le B.B. (BUAUUEE BIAEEII) qui TRAITENT L'INFORMATION, c'est-à-dire : Des quatre facteurs de l'homme, seuls l'encéphale (à l'intérieur de votre cortex et du systéme limbique) et ce cerveau gigantesque, dont nous allons commenter quelques aspects et qui est le B.B., TRAITENT l'information (au sens d'élaborer, de combiner, de créer des données).

Les deux, B.B. et cerveau, contiennent des systémes structurés pour TRANSFERER ET TRAITER l'information. De plus, le cerveau : plus complet, bien que moins complexe que le gigantesque B.B., est capable de capter, par l'intermédiaire des neurocapteurs, la réalité du WAAM.

La chaîne d'atomes de krypton (OEMVUAUFB) exerce seulement une fonction de transporteur de données (canal).

Le BUAWUAA (Âme) n'est pas capable de traiter des données, de penser, d'élaborer de l'information, mais uniquement de CONSERVER, d'engrammer, (greffée dans un WAAM sans "dimension"). Un réseau d'IBOZSOO UHUU "géle" l'information intellectuelle et émotionnelle qui vient de l'encéphale et du B.B..

Nous désirons vous résumer tout cela :

LE CORPS (OEMII)

Il capte l'information du milieu ambiant par l'intermédiaire des organes des sens, c'est-à-dire : il traduit les modules d'information apparemment CONTINUE, mais en réalité discrète ou quantifiée, en provenance du WAAM, (la vision d'un arbuste, l'odeur du camphre, la dureté d'une pierre) en modules biochimiques à travers des neurocapteurs et, à partir de là, il les traduit en modules bioélectriques transportés au cortex cérébral. Là, elle (l'information portée par la perception, Ndt) est traitée, en même temps que sa réflexion sur les noyaux souscorticaux du systéme limbique, qui associent à chaque perception un affect émotionnel. Cette information captée et modulée est également provisoirement mémorisée dans le cerveau.

OEMBUUAFWBUU (Troisiéme facteur)

Il est composé d'un réseau d'atomes de krypton. C'est un simple canal de transport de données. Mais un "canal" très singulier puisque son transporteur n'est pas une séquence de quantons énergétiques. L'apport de données se fait au travers des sauts électroniques sur différentes orbitales sans suivre un modèle aléatoire.

De plus, la singularité d'O. consiste en ce qu'il ne met pas en communication deux points du mème WAAM, mais au contraire qu'il représente un élément frontalier de transfert entre deux WAAM opposés (Ndt WAAM BB et WAAM B) et notre WAAM. D'une part O. établit une liaison entre BIAMOSEAA (cerveau) et B.B.. D'autre part, il relie cet organisme vivant et rationnel que nous appelons l'OEMII (homme) avec le WAAM de masse nulle, c'est-à-dire le plan du WAAM-WAAM qui contient l'Âme ou Esprit ( BUUAWUA). Par rapport à celui-ci, il est l'unique "canal", bien que vous préfériez l'appeler valve ou porte.

BUUAWUA (Psyché ou Âme)

La psyché de l'Homme de strouve dans un WAAM (univers) "lointain" . Nous disons lointain, non parce que cela aurait un sens de parler de distances entre les différents univers, mais parce qu'il s'agit de l'un des deux WAAM limites. (Dans l'autre se trouve le B.B.).

L'Univers qui héberge l'âme (vous préféreriez peut-ètre le dénommer "plan") est singulier. Sa masse est nulle, ses éléments : stratiques. Ici la lumière n'aurait pas de vitesse. (Il n'y a que des Ibozsoo Uhu).

Une donnée élémentaire (une série de bits) pourrait y être enregistrée, mais cette donnée ne pourrait pas circuler en son sein, de la même façon que vous pourriez typographier sur cette feuille de papier et votre information serait statique.

Une analyse superficielle de cette notion de psyché pourrait faire conclure qu'une telle entité est gelée ou "morte". L'Âme serait comme un livre de la Terre couvert de poussiére sur une vieille étagére.

D'une certaine maniére il en est ainsi. B. (Buawua) est une cellule fermée sur elle-même parmi des billons (1012 N.d.t) de cellules semblables dans ce WAAM. Il n'existe pas de connexions entre elles, et chacune accumule toutes les expériences éprouvées par l'Homme pendant toute son existence.

Mais B. est paradoxalement trés dynamique, contrairement à ce qu'il pourrait sembler. Une comparaison vous aiderait peut-être à comprendre.

Dans le noyau de n'importe quelle cellule vivante, il existe une chaîne d'ADN. Des bases, puriques, pyrimidiques, se succédent et contiennent l'information du génôme. Ici également l'information gelée paraît statique, comme dans un vieux parchemin d'Oyagaa, et cependant les chromosomes d'une cellule peuvent mettre en marche de complexes mécanismes biochimiques.

Dans le plan WAAM de masse nulle, il se passe la même chose. L'OEMBUUAFWUU exerce une activité fébrile, explorant les contenus de B. les comparant avec ceux de B.B. et avec ceux contenus dans le réseau de neurones du cerveau. Cette réunion avec B. et B.B. constitue un systéme d'interactions qui module la conduite de l'Homme.

BUUAAWUAA BIAEII (Psyché collective)

Bien que dans ce rapport informatif nous nous y soyons déjà référé, nous allons faire une synthèse de sa structure et de ses fonctions. B.B. se trouve dans un autre WAAM (Univers) limite. Ce plan cosmique possède les caractéristiques suivantes : les quantons ou photons se propagent à une vitesse infinie.

L'Anticosmos est identique à lui-mème. C'est-à-dire la quantité de masse positive et négative en son sein, bien que de rares fois des particules de matiére et d'antimatiére s'annihilent pour produire de l'énergie. Quand elles le font, elles constituent la plus importante source pour ce gigantesque pluricerveau. Il n'existe pas en son sein de masse imaginaire, c'-à-d (± V -1) m. Ce WAAM s'appelle le WAAM .

De mème que dans le premier WAAM, on peut y remarquer une division en "cellules", "environnements" ou "enceintes" (de la mème façon que notre WAAM serait formé de Galaxies).

La masse de ce WAAM est infinie. Chacun de ces environnements ou enceintes est un Supercerveau correspondant au Réseau Social d'une humanité planétaire.

Dans le WAAM des B. (psychés) nous avons la certitude que les différentes psychés ne peuvent pas communiquer entre elles, sauf au travers d'O. et de B.B..

Savoir si l'interconnexion entre les différentes Consciences planétaires est ou non possible constitue pour nous une énigme. Jusqu'à aujourd'hui nous n'avons pas trouvé d'évidence que cela soit possible.

B.B. explique :

* La conscience collective entre les OEMII de la même humanité.

* Les sentiments collectifs d'un réseau social.

* La survie aprés la mort, comme nous l'expliquerons dans la note 10 .

* La psyché collective contient l'information qui module l'évolution des phylons biologiques sur chaque planète froide (OYAA).

* Il explique aussi la communication que vous nommez extrasensorielle entre les organismes vivants.

note 3

Dans le WAAM tridimensionnel dans lequel nous vivons, les "choses" sont constituées d'IBOZSOO UHUU (I.U.). Une ronce de la Terre ou un IXIISII (animal volant d'Oummo) ne sont rien d'autre que des réseaux d'I.U.. Mais, nous pourrions croire que de tels I.U. dans leur réalité extérieure sont situés dans le mème ordre que les points de l'image que capte notre neurencéphale. Il n'en est pas ainsi. Nous captons des angles définis par des I.U. complémentaires. Ce flux '("désordonné") de données arrive au réseau de neurones et c'est celui-ci qui les ordonne en référence à des patrons d'images mémorisées dans B.B. Dans ce cas, depuis la création du WAAM-WAAM, B.B. agit comme un organe universel générateur de formes et d'images, comme nous le nuançons dans la note 10.

De cette façon, vous pourrez comprendre que les formes que nous voyons, les configurations d'un carré ou la couleur NOOSOEE (verte) d'un arbuste de la Terre, n'existent pas dans le monde extérieur telles que nous les percevons, seulement dans le B.B., mais par contre il est certain qu'il existe une relation ou correspondance que vous appelleriez biünivoque entre une couleur (image dans le B.B. et le cerveau) et un quanton électromagnétique photonique de notre WAAM.

Les patrons séquentiels d'impulsions bioélectriques dans le réseau neuronique encéphalique ne ressemblent en rien à un triangle ou à la couleur orange.

Si B.B. n'existait pas, nous ne prendrions pas conscience des formes et des couleurs, mais seulement d'impressions purement "émotionnelles" confuses et diffuses.

En résumant notre compte-rendu abrégé : L'OEMII capte des patrons d'énergie correspondant à QUELQUE-CHOSE du WAAM-WAAM. B.B. emprunte le cliché correspondant pour configurer ce qui a été perçu, en tant que forme, couleur, son, toucher, odeur, etc... et BUUAWUA (B.) (Âme), à l'égal de B.B., emmagasine cette information qui doit servir à diriger la conduite de l'OEMII. Mais observez que B. emmagasine uniquement les expériences d'UN CERVEAU, tandis que B.B. fond de telles expériences en un ensemble d'alluvions qui intégre des trillions (N.d.t. 1018) d'expériences d'êtres humains.

note 4

Nous avons envoyé un nombre de 3.850 pages, comprenant les textes, tables, diagrammes et graphiques en couleurs, à vos frères de diverses nationalités. De beaucoup de ces originaux ont été faites des centaines de copies qui constituent le montant de feuilles cité.

Nous possédons dans beaucoup de cas des images obtenues par nos UULUUEWUA ("caméras photographiques" volantes ou lévitantes). Dans d'autres cas, nous pûmes obtenir des copies sur le papier carbone que vous utilisez en dactylographie, ou des feuilles photocopiés par les procédés d'OYAAGAA. Mais malheureusement nous avions perdu l'occasion de reproduire nombre de ces textes, dictés à des dactylographes de la Terre, ce qui aurait constitué un précieux élément pour l'histoire des relations entre les deux réseaux sociaux OUMMO et la TERRE.

note 5

Nous ne pouvons pas dire que la perception du patron énergétique de cet arbuste, qui nous arrive à travers des neurocapteurs (en partant de la rétine), soit contemporaine de la réception IMAGE reçu par B.B., puisque le Temps n'est pas simultané dans les deux systèmes ou WAAM. Il y a donc communication mais il n'y a pas simultanéité. L'OEMMI est un continu spatiotemporel et ce TOUT (qui s'étend depuis sa naissance jusqu'à sa mort) se met en contact avec B. et B.B., mais pas tout du long du Temps, bien que les sauts quantiques des atomes de krypton pourraient nous le faire croire d'une maniére illusoire. (Voyez, monsieur la note suivante)

Cette perception d'un arbre d'eucalyptus à l'instant oô il est cinglé par la brise se fait en un Dt (Ndt : micro-instant défini), c'est-à-dire : en un couple d'I.U..

note 6

La conscience est gérée par B.. En réalité, aussi bien l'arbre que l'OEMII est un TOUT spatiotemporel qui existe en soi. La conscience est comme un projecteur explorateur qui illumine une vaste galerie, section par section, (c'est-à-dire instant par instant). Imaginez que ce long corridor est plein de meubles et d'ustensiles et que vous avancez lentement dans l'obscurité avec une faible lanterne qui vous permet seulement d'apercevoir un étroit passage idéal, c'est-à-dire progressivement une section de ce grand couloir.

Le futur est donc constitué (les meubles du corridor encore inexplorés). Mais, de cela nous pouvons - si nous prenons cette métaphore ou image au pied de la lettre - déduire que le futur est déterminé, et que par conséquent nous sommes privés de liberté.

Il n'en est pas ainsi. La forme de ce corridor, c'est-à-dire la somme des conduites de l'OEMII est une fonction complexe qui façonne sa propre structure spatiotemporelle.

Quels facteurs la façonnent ? En premier lieu, son environnement dans le WAAM, c'est-à-dire les patrons énergétiques qui interagissent avec le corps, y compris l'information dans le génome ou l'ADN des gamétes.

Mais, surtout le B. ou l'Âme, grâce à cette information qui est accumulée en même temps dans le B. (globalement pendant le temps total de l'existence). Et le B.B. influence intensément aussi, c'est-à-dire l'action filtrée par B.B. de tous les êtres de l'humanité qui ont existé.

note 7

Les canaux auxquels nous nous référons sont constitués par une valve d'entrée (Atomes de krypton) et un flux d'information au sein du B.B.. Ce flux joue le rôle d'un neurone au sein de ce gigantesque cerveau qu'est le B.B..

Nous autres, OEMII d'Oummo, utilisons de nombreux types de canaux d'information. En général, ceux de caractére électromagnétique utilisent des porteurs de trés haute fréquence, pour deux raisons : Pour éviter les perturbations du champ magnétique d'Oummo, qui, si sur Oyagaa ne dépasse pas une valeur d'environ 0,5 gauss, sur Oummo atteint parfois des valeurs supérieures à 213 gauss. Mais surtout ils permettent d'émettre simultanément un grand nombre de messages. Les autres porteurs sont des quantons gravitationnels et des faisceaux de neutrinons. Et également des particules HOOYIESCOA encore inconnues de vous. Mais tout cela n'a rien à voir avec ces canaux intercosmiques.

note 8

Les patrons bioélectriques de l'ARBRE-QUE-NOUS-VOYONS passent au BUUAUANN IESEE OA (SUBCONSCIENT) et de là à O., c'est-à-dire à la configuration de gaz krypton qui transfère l'information à B. et à B.B..

note 9

Il n'est pas possible de voyager jusqu'à lui. Sa masse globale est infinie. S'il n'y avait pas l'énergie quasi infinie apportées par les rares collisions de masses de signes différents, les mutuelles attractions gravitationnelles, dans ce WAAM également en expansion, l'auraient fait se condenser de maniére permanente en un noyau ponctuel et dense d'Ibozsoo uhu.

WAAM est le patron du WAAM-WAAM.

Quand WOA (Dieu) engendra le WAAM-WAAM, en réalité il engendra les premières formes dans le WAAM .

S'il n'y avait pas eu l'influence divine, WAAM serait isotrope, un "cristal" en expansion et compression continue (en un temps élémentaire défini par deux I.U.), il s'épandrait puis recommencerait à se comprimer, puisque son isotropie empècherait que des masses de signes différents se rencontrent pour former de nouvelles expansions locales et maintenir ainsi une anisotropie. Mais l'infinitude de la masse empècherait à son tour l'expansion isotrope de durer.

Quelle fut la cause de la formations de singularités dans notre Univers : galaxies, poussiéres et gaz intergalactiques ou galactiques, étoiles et astres froids ?

Tout simplement les perturbations que nous provoque l'Univers adjacent, qui à son tour est perturbé par un autre et ainsi de suite jusqu'à arriver à l'Univers de masse infinie que nous appelons WAAM .

En ce sens, vous comprendrez pourquoi nous disons que WAAM est le patron de tous les Cosmos, patron dont l'information initiale fut engendrée par WOA (Générateur ou Dieu).

Ensuite : le WAAM se convertit en un cerveau cosmique divisé en une multitude de cellules ou d'enceintes que nous appelons B.B..

note 10

Le WAAM non seulement mémorise et traite les patrons intellectuels et émotionnels des ètres vivants du multicosmos, mais encore il régit toutes les formes et singularités du WAAM-WAAM.

Ainsi, il dirige l'évolution des êtres vivants, c'est-à-dire des êtres néguentropiques (les êtres qui évoluent contre l'entropie ambiante du Cosmos qui les entoure). Cette évolution est gérée par des mutations et la sélection du milieu, comme l'ont découvert les scientifiques de la Terre, mais pas de façon sauvage et aveugle mais modulée et dirigée par le WAAM qui interagit avec les ètres vivants en évolution par l'intermédiaire du BAAIYODUHU (Chaînes de Kr découverte dans un laboratoire d'Oummo par INNAEI 3 engendré par INNAEI 2.

Que se passe-t-il quand un OEMMII (humain) meurt ? Naturellement l'OEMMII se désintégre, comme vous savez, en ses atomes constitutifs en se confondant avec le milieu chimique environnant.

A l'instant de la mort, O., c'est-à-dire les atomes de krypton cessent d'exercer leur fonction. Mais au contraire, B. (l'Âme) se connecte complétement par l'intermédiaire des valves qui unissent les deux WAAM ( WAAM et WAAM ) de sorte que cela équivaut à une véritable intégration quasitotale de l'me dans l'ame collective, o elle participe à toutes les connaissances accumulées par l'humanité.

Ceci est notre connaissance scientifique de la transcendance après la mort d'un OEMII.

Un réseau d'IBOZSOO UHU agit comme une valve entre B. (l'âme) située dans le WAAM et le B.B. inséré dans le WAAM , permettant une intégration quasi absolue entre les deux entités. C'est WOA 'GENÉRATEUR ou DIEU) qui fixe les caractéristiques de cette chaîne d'I.U. (valve d'information ) en un "temps" déterminé.

Si l'OEMII, dans les domaines oô il est responsable et libre, tout au long de sa vie a violé les lois UUAA (ETHIQUES), il est nécessaire de transformer la structure de son information codée dans . N'oubliez pas que l'âME ne pense pas, que c'est une simple matrice de données gelée. Elle ne peut traiter son propre monceau d'informations qu'uniquement avec l'aide de B.B..

La psyché peut se voir condamnée à subir une capacité lente d'utiliser son propre EGO (information codée en son sein et à ne pas participer à la complexité dense de B.B..

Mais WOA peut, si l'homme a respecté les normes morales pendant son existence ou après la correction de sa structure une fois décédé (reconformation), permettre que ce réseau d'I.U. lui offre un flux de communication excessivement plus dense que celui que nous expérimentons dans le cours de notre existence comme êtres vivants dans notre WAAM.

Dans ce cas, l'intégration du (âme) dans le B.B. est si intense que celle-ci partage l'immense volume de données de l'AME COLLECTIVE. Sa vision intellectuelle de WOA (Dieu) s'accroÓt. Elle pénètre dans la connaissance profonde du Cosmos, de l'évolution des ètres, des vastes "connaissances" (information intellectuelle et affective ) contenues dans le B.B..

Observez que, d'une certaine façon, cette notion escatologique coïncide, avec une certaine exactitude, avec l'estimation théologique du christianisme d'OYAAGAA sur le salut.

Ce que vous appelez le Purgatoire est dans ce cas le processus de RECONFORMATION, qui se réduit au fait que WOA limite à un certain degré cette participation de B. dans B.B., en réduisant à des degrés différents la valeur du Canal ou valve qui sépare les deux WAAM : (àà).

Ce que vous appelez "GLOIRE ou SALUT" est l'intégration complète de l'âme, non pas exactement en Dieu, mais dans une si grandiose création de WOA comme l'est le B.B. (ESPRIT COLLECTIF). Nous pouvons imaginer la merveilleuse "extase" ou "jouissance" que notre esprit peut expérimenter, non seulement du fait que soit permis que l'information "enregistrée" en lui soit traitée d'une manière fluide (l'esprit par lui seul ne pourrait le faire), mais encore en participant et en bénéficiant de TOUTE l'immense information contenue dans le WAAM-WAAM

Par l'intermédiaire du , il pourra communiquer avec les autres de ses frères décédés, et comme chaque participe de la matrice d'information imprimée dans le WAAM depuis le moment de sa création ou génération (N'oubliez pas que WAAM a pour but de conformer les singularités de tout l'ensemble du WAAM-WAAM.), son esprit pénétrera dans les secrets les plus intimes du Cosmos multiplanaire (les Univers).

Pourrait-on imaginer, - exprimé en language quotidien, - une plus grande joie ?

De plus le WAAM , est éternel. Certains Univers, ceux qui possèdent une masse supérieure à la masse critique, collapseront puis entreront en expansion éternellement. D'autres, ceux de masse souscritique, continueront leur expansion éternellement. Mais quant au WAAM qui compense son attraction gravitationnelle, due à la masse infinie en son sein, par l'énergie apportée par l'impact de masses +m et -m et par la reconversion postérieure d'énergie en masse à l'intérieur d'un cadre o C = ( (infini), l'éternité de sa structure est assurée. (Son rayon est constant).

Le plaisir de l'âme ainsi "intégrée" (interconnectée) ne sera plus en rien statique.

Les théologiens de la Terre semblent oublier que si l'âme participe à une connaissance même infinie, la situation statique de cette participation supprime toute possibilité de plaisir de découvrir de nouveaux aspects de la connaissance.

L'esprit réel au contraire bénéficie pleinement de cet "échange". Parce que B.B. n'est pas une entité statique. Non seulement l'humanité accroÓt sans cesse le montant de ses connaissances pendant la vie, mais encore à mesure que le WAAM-WAAM évolue tout au long de son éternité (une partie de ses Univers en s'expansant éternellement perdent toute singularité et l'entropie devient maximale, mais, dans d'autres, l'entropie est fluctuante.), le fond d'information de tout le WAAM s'enrichit.

(Ne confondez pas le WAAM avec . Ce dernier est une partie cellulaire de cet Univers).

Et ceci en supposant la pire situation o n'existerait aucune communication entre les

différents , correspondants à tant d'autres humanités planétaires, une énigme qui nous passionne et que nous n'avons pu percer.

Imaginez le degré de plaisir d'une Âme qui en plus de participer à l'immense information apportée par une humanité (la sienne) et aux secrets cosmologiques de milliers de Cosmos (sûrement en nombre infini) pourrait participer aux singularités spécifiques à d'autres civilisations planétaires ?

Peut-être en est-il ainsi, mais jusqu'aujourdhui, nos scientifiques et théologiens n'ont pas pu arriver à une réponse affirmative.

Vous ne devez donc pas vous cacher l'énorme transcendance de B.B. . Sans lui, l'esprit individuel serait comme un vieux manuscrit d'OYAAGAA enfermé pour l'éternité dans une cave obscure. Sans pouvoir penser, sentir, ressentir, se lire soi-mème, traiter en somme le riche contenu des livres et des dessins d'art en couleurs enfermé dans leurs nobles pages de parchemin.

Ceci est la raison pour laquelle, quand vous perdez "la conscience" à cause d'un traumatisme, de la désafférentation du système réticulaire, par exemple, de l'anesthésie ou de certaines phases du sommeil, l'Âme semble ne "pas exister". Les Théologiens de la Terre s'en sont-ils demandé la cause ?

Ces notions vous sembleront étranges et lointaines par rapport à vos propres idées. Mais, un jour, vos scientifiques les découvriront comme l'ont fait les nôtres.

En attendant ce moment, acceptez les comme une partie de l'information que vous possédez sur la culture d'OYAOUMMO.

 

(FIN de la PREMIéRE PARTIE)

 

D 357 Rapport (1ére partie) reçu le 19 mars 1987 à Barcelone par Farriols pour JDM, lettre de 5 pages, rapport de 26 pages plus une page de graphique

Lettre : Monsieur Juan Dominguez Montes : nous vous souhaitons paix et tranquillité. Permettez-nous, monsieur, de vous remettre cette lettre, avec un rapport sur l'âme collective...

Résumé d'une partie de la lettre :

Activités des agents d'Oummo dans la ville d'Albacéte.

De 1952 à 1954, hôtes de Madame Margarita Ruiz de Lihory, dans sa grande maison de la rue Mayor, n° 58, oô dans son sousol deux "médecins danois", pourvus de passeports canadiens falsifiés, effectuérent une série de vivisections et d'expériences psychophysiologiques sur une multitude d'animaux terriens, auparavant anesthésiés pour leur éviter de souffrir, activités qui étaient connues des voisins. Margot Shelly Ruiz de Lihory, fille de madame Margarita, s''introduisit dans le laboratoire souterrain oô travaillaient les biologistes d'Oummo, et par accident se contamina avec un certain virus qui se trouvait là, amené de la planéte Oummo et qui était de nature mutagéne (il subit des mutations géniques quand il se trouve dans un cadavre). Les oummites se virent obligés d'effectuer l'ablation chirurgicale de piéces anatomiques du corps de Margot, une fois celle-ci décédée, afin d'éviter dans la décade des années 70, (soit environ 20 ans plus tard) une grave épidémie généralisée sur votre astre froid, comparable à l'actuelle pandémie de sida. Madame Margarita fut inculpée de mutilation du corps de sa fille et ses amis d'Oummo usérent de leur influence pendant le procés pour diminuer sa peine légale. Ils furent la cause de "morts provoquées" en essayant de se retirer de tout ce processus trés complexe. La mort regrettable de monsieur Panadero, fiancé de Margot Shelly, ne fut pas provoquée par les scientifiques d'Oummo. Panadero avait en sa possession un instrument en chrome-manganése fabriqué sur la planéte Oummo, qui fut dérobé dans le sousol de la rue Mayor. Beaucoup d'agents secrets ont déployé une activité fébrile à Albacéte, en enquêtant sur les opérations des biologistes de la planéte Oummo. Pour cette raison M. David M. Cook, agent nord-américain de la C.I.A., paya la somme de 260.000 pessétes à M. Panadero avant sa mort. Messages disculpatoires destinés aux messieurs José de Zor Garcia Martinez et Ignacio Rojas-Marcos, enquêteurs du "Cas de la main coupée". Les individus qui, avec des tenues moulantes en cuir et d'humeur menaçante, rendirent visite à Albacéte à madame Consuelo Martinez, mére de José de Zor, n'étaient pas membres d'un commando d'Oummo. Une fois partis d'Albacéte, trois hommes d'Oummo résidérent dans la ville canadienne de Brandom. Plus tard les oummites s'établirent à Buenos-Aires et à Hilversum, retournant une autre fois en Espagne, dans sa région du Levant, et également en Hollande, ou ils menérent à bien certaines analyses géologiques.

 

Lettre sur la page 5 du rapport :

Nous ne voulons pas lasser votre attention. Nous savons que dans le rapport beaucoup de choses restent à clarifier.

Il se peut que soit énigmatique pour vous la notion que la MASSE IMAGINAIRE SOIT INCAPABLE D'AVOIR UNE INTERACTION AVEC LA MASSE DU WAAM, DANS LEQUEL ELLE EXISTE et, cependant, puisse influencer par "effet frontiére" le WAAM "adjacent".

Vous désireriez sûrement plus de données sur cet organisme vivant qu'est le WAAM-WAAM, ou sur l'OUWAAM ou Cosmos jumeau, qui nous est adjacent et qui posséde une masse négative. Sans aucun doute, dans cette vision cosmologique, le papier sur OUMMOWOA et Jésus vous intriguera.

Nous avons à peine signalé que, dans beaucoup de WAAM, il ne semble pas que s'y trouvent des OEMII, même s'il y a une vie primitive.

Et c'est à peine si nous avons fait allusion à l'origine du GENOME ou réseau d'ADN.

Si vous comparez ces rapports avec ceux remis au Canada et dans la République Fédérale Allemande, ils compléteront le corps de notre doctrine scientifique, sur ces points.

Fin : Permettez-nous hommes d'Espagne, de poser humblement notre main sur votre poitrine.

1 le concept "centrifuge" ou "centripète" est relatif à la source d'information considérée, comme vous le savez.