Le système de propulsion d'une UEWA


En ce qui concerne la technique que nous utilisons pour l'inversion de toutes les subparticules atomiques inclues dans l'enceinte géométrique de l'UEWA, nous nous réservons le droit d'omettre une quelconque information susceptible d'être immédiatement appliquée par vos physiciens et ingénieurs terrestres. Je dois censurer aussi la transmission de documents ( bien qu'elle soit simplement indicative ) concernant les bases scientifiques de leur application au système de propulsion de nos vaisseaux.

Dans ce cas, donc, je peux seulement vous offrir une description purement topographique de l'emplacement des équipements correspondants.

L'équipement IDUUWII AYII (propulsion) est réparti à l'intérieur d'un toroïde de révolution assemblé (embouti) à l'intérieur de la DUUI (ailette ou couronne, Image UEWA num 6 ) qui entoure le vaisseau sur son plan central. La source énergétique de celle-ci est située dans la ENNOI ( tourelle ou coupole ). Ce générateur énergétique présente aussi une morphologie toroïdale. Son élément le plus caractéristique est constitué par un filet de gaz fortement ionisé dont la circulation est contrôlée par un complexe champ magnétique de très haute fréquence ( j'utilise dans ce cas le mot "filet" comme synonyme de Réseau ou Grille spatiale ). La température du gaz ionisé quand il est en résonance avec la fréquence de l'environnement magnétique atteint les 0.7 10 puis. 6 grades Kelvin (j'utilise naturellement les unités physiques terrestres ).

Le contrôle de la propulsion est très complexe et dépendent du XANMOO AYUU (réseau central d'ordinateurs ) la direction, la vitesse de régime et le contrôle automatique des accélérations à chaque instant donné; la fonction cinématique est très compliquée, fonction dont les multiples paramètres correcteurs dépendent par exemple de : ce que nous appelons USAGIISOO ( états "isodynamiques" de l'espace cosmique), de la présence de champs gravitationnels intenses, de la menace de "COSMOLITOS" (excusez-nous d'utiliser notre néologisme que nous jugeons plus approprié que le terme "météorite" ou "aérolithe"), de possibles attaques de vaisseaux étrangers, de zones spatiales aux radiations ioniques électromagnétiques, gravitationnelles, dangereuses ou perturbatrices pour nos systèmes de bord, etc..

( Méta-sciences : voici une expérience de Jean Pierre Petit où on voit une ionisation du gaz qui entoure la maquette d'une "soucoupe volante" ainsi que des arc électriques qui pourraient expliquer les observations interprétées comme des faisceaux de lumières rétractiles. Pour cette expérience, Jean Pierre Petit a utilisé un générateur haute fréquence capable d'atteindre une fréquence de 1 mégahertz, la maquette était "immergée" dans un environnement basse pression afin de produire l'effet désirer sans avoir à générer de trop hautes fréquences. C'est donc la véritable photo d'un authentique faux OVNI )



Retour a la page nefs Retour a l'affaire ummo