Journal d'un terrien

Web log de Serge Boisse

On line depuis 1992 !

Recherche personnalisée

Pollution radioactive

Radioactivité - Dessin de Robin GindreLa radioactivité fait peur,  parce qu'elle ne se voit pas. Elle est pourtant tout autour de nous, à tout moment. Même notre corps est radioactif ! Il existe en effet une radioactivité naturelle. Celle-ci est généralement très faible, sauf dans certains endroits de la planète. Elle provient des rayons cosmiques, et des roches, qui contiennent presque toutes une infime proportion de noyaux radioactifs.

En France, dans certains coins de Bretagne,  le socle rocheux granitique dégage de faibles quantités de Radon, un gaz radioactif qui, parce qu'il est plus lourd que l'air, peut s'accumuler dans les caves des maisons. Les doses reçues par les habitants semblent toutefois suffisamment petites pour qu'il n'y ait pas de problème de santé publique.

En matière de radioactivité, il n'y a pas, biologique ment parlant, de frontière nette entre une dose "acceptable" et une dose "inacceptable". Toute trace de radioactivité, même infime, peut détruire des cellules ou endommager leur ADN. Cependant ces cellules se renouvellent suffisamment rapidement dans notre organisme pour que les cellules endommagées restent en proportion très faible.  C'est la raison principale pour laquelle l'hibernation, technique qui consiste à mettre le corps humain en état de "vie suspendue" ne peut pas marcher et restera de la science-fiction : en hibernation, le corps succomberait à sa propre radioactivité en quelques mois.

En très haute altitude, les rayons cosmique, appelés ainsi parce qu'ils arrivent du fin fond de l'espace, sont également susceptibles d'avoir des effets semblables à ceux de la radioactivité terrestre. Par exemple, les équipages des vaisseaux spatiaux, et même ceux de concorde, qui volait 2000 m plus haut que les autres jets, étaient ou sont surveillés attentivement.

Mais l'homme est arrivé, et il a ajouté à la radioactivité naturelle une radioactivité artificielle :
  • les bombes atomiques
  • les centrales nucléaires
  • les traceurs isotopiques
  • les éléments radioactifs utilisés en médecine
  • La conservation des conserves par irradiation : très peu connu mais très utilisé, ce procédé consiste à bombarder vos boîtes de petits pois et de cassoulet avec des doses très élevées de rayons gamma et autre particules alpha issues d'éléments radioactifs, histoire de tuer les bactéries qui auraient eu le mauvais goût de se nicher dedans. Hum, hum. J'aime pas trop.

Petite histoire du nucléaire et de ses déchets

Les premières bombes atomiques, en 1945, ont été utilisées par les américains pour détruire les villes japonaises d'Hiroshima et Nagasaki. La toute première centrale nucléaire civile fut l'AES-1, construite à Obninsk, Russie, en 1954. Notez la différence de terminologie : atomique pour les militaires, nucléaire pour le civil.  Les deux termes renvoient à la même chose, l'utilisation de la puissance dégagée par la fission ou la fusion des atomes,  mais le terme nucléaire, imposé dans l'usage courant par la pression médiatique des lobbies du... nucléaire, fait moins peur que le terme "atomique" qui renvoie automatiquement à la bombe dans l'inconscient collectif.

A propos, regardez bien les polices d'assurances de votre maison et de votre voiture : vous y trouverez certainement, en petites lettres, la mention : "ce contrat ne s'applique pas aux dommages directs ou indirects causés par les effets de la transmutation du noyau de l'atome". Cela signifie que votre compagnie d'assurance ne vous indemnisera pas en cas de guerre atomique, ni en cas d'explosion de centrale nucléaire. Sympa.

Bon alors depuis 1954, les réacteurs, nucléaires donc, ont proliféré comme des petits pains : il y en a 104 aux USA, 59 en France, 55 au Japon, 23 en Grande-Bretagne,  31 en Russie,  18 en Allemagne, 20 en Corée du sud, 18 au Canada, 15 en Ukraine, et 80 dans d'autres pays dont l'Ukraine (15), la Chine (13), L'Inde (7), La Suède (10), l'Espagne (9), la Belgique (7), la Suisse et... l'Antarctique (un réacteur de 1,8 Megawatts construit par les américains, sans doute pour faire marcher la clim).

Tous ces réacteurs utilisent en général l'uranium. Les mines les plus importantes sont situées aux États-unis, Canada, Australie, Niger, Afrique du Sud, Inde et Russie. Mais sous forme naturelle, l'uranium est oxydé, ou bien fluoré (hexafluorure d'uranium, UF6) .  Pour concentrer le minerai, on le dissout dans l'acide sulfurique, et/ou on le laisse reposer dans des lacs à ciel ouvert. Pour alimenter une seule centrale en uranium, il faut produire 100 000 tonnes de déchets par an. Ces déchets sont dangereux et radioactifs. Les mineurs, les concasseurs, et les gens qui vivent au voisinage sont exposés à un risque sérieux.

Les centrales elle-même produisent des déchets radioactifs.  Pour le moment, on ne sait pas comment s'en débarrasser. 200 000 tonnes de combustible usagé sont retirés des centrales chaque année. En général, on commence à stocker ces déchets dans des "bassins de refroidissement".  Cela peut être dangereux : en 1957, un bassin a explosé dans l'usine de Tcheliabinsk en Russie : second désastre nucléaire de tous les temps après Chernobyl (ou Tchernobyl, c'est selon) : 272 000 personnes ont été exposées à des doses de radiations très élevées.  D'ici 2020, selon les estimations, un enfant sur deux né dans la région souffrira de graves déficiences génétiques. Pourtant, qui connaît cet accident ?

Les déchets nucléaires sont enfouis en sous-sol ou déposés au fond des mers (mais si), hypothéquant l'avenir des générations futures. D'autres pays choisissent de "retraiter" les déchets dans d'énormes usines. Les deux plus importantes du monde sont celles de Sellafield, en Grande-Bretagne, et de La Hague, en France.  Dans ces usines, ont émiette le combustible et on le dissout dans l'acide nitrique pour en séparer le plutonium, lequel est mélangé à de l'uranium "frais" pour fabriquer un nouveau combustible, le MOX (qui contient 4 à 7% de plutonium).  Les industriels du nucléaire, notamment EDF, Cogema et Areva, présentent ce processus comme un procédé de réutilisation du combustible usagé, ce qui est totalement faux et contribue à faire croire qu'il existe une solution au problème des déchets nucléaires.  En réalité, non seulement il n'existe quasiment aucune demande pour le combustible retraité, mais en plus le retraitement lui-même produit une quantité beaucoup plus grande de déchets radioactif que le combustible d'origine ! Il serait temps de faire cesser cet odieux trafic d'influence.

Les usines de retraitement génèrent également une grande quantité de gaz faiblement radioactif, qui sont... rejetés dans l'atmosphère. Leur durée de vie, c'est à dire le temps pendant lequel ils resteront radioactif,  est estimée à plusieurs milliers d'années, voire millions. Eh oui.  Ces usines rejettent également leurs déchets sous forme liquide, dans la mer.

Le tuyau de la Hague A la Hague, 230 millions de litres de déchets radioactifs sont jetés dans la Manche chaque année. Sellafield rejette 9 millions de litres dans la mer d'Irlande. A elles deux, tous les sept ans, ces usines libèrent autant de radioactivité que Chernobyl. Mais ce n'est pas dangereux, nous dit-on. Ben voyons. La mer d'Irlande est pourtant la mer la plus contaminée par la radioactivité du monde. Les fruits de mer et coquillages concentrent cette radioactivité. Les homards de la mer d'Irlande présentent un taux de radioactivité 13 fois plus élevé que celui considéré sans danger pour la consommation.  En 1985 un rapport du gouvernement britannique a reconnu que le taux de plutonium dans la poussière des maisons proches de Sellafield était 6000 fois supérieurs à celui qu'on trouve ailleurs en Angleterre.  Une autre étude montre que le taux de Césium 137 est, à Sellafield, de cinq à treize fois supérieur à celui qu'on a relevé autour de l'atoll de Bikini où les États unis ont procédé à 23 Essais de bombe atomique en plein air. Il faut reconnaître un qualité à nos amis anglais : il sont assez de couilles pour publier leurs chiffres.  En France, chez Cogema, c'est "no comment".

La bombe

Pendant que les Shadocks civils s'escrimaient à pomper  leurs petites fuites radioactives, les Gibis militaires, eux, se la faisaient péter joyeusement. Je veux parler de la bombe, bien sûr.

premier explosion atomique a alamogordo le 6 juillet 1945La première bombe atomique fut un essai  américain, le 16 Juillet 1945 à Alamogordo au Nouveau Mexique, créant un cratère de 330 m de diamètre et un champignon de 13 Km de haut.

L'essai étant concluant, le 6 et 9 Août 1945 respectivement, les villes japonaises de Hiroshima et Nagasaki sont quasi rayées de la carte par deux bombes A américaines, explosant à 500 m d'altitude.

 
Contrairement à une opinion répandue, ce n'est pas cela qui mit fin à la guerre : Les archives montrent que le gouvernement japonais et l'empereur Hirohito avaient l'intention d'ignorer l'ultimatum américain : c'est la déclaration de guerre de la Russie contre le Japon le 8 Août et l'invasion de la Mandchourie par les Russes qui a été le facteur clef de la capitulation japonaise, le 15 Août.

Champignon atomique110000 civils innocents furent instantanément tués, plus 30 000 dans l'année qui suivit, du fait de brûlures et d'inhalation de particules radioactives. Mais ce n'était pas fini. En 2004 on estimait le nombre total de victimes à 237 062 personnes pour Hiroshima et 100 000 personnes pour Nagasaki.

Les USA, qui avaient juste assez de matière fissile (Uranium 235 et Plutonium) pour fabriquer quatre bombes, avaient l'intention de larguer leur dernière bombe (probablement sur la ville de Sapporo) au cas où le Japon n'aurait pas capitulé assez vite...

Après cela, les essais atomiques se sont multipliés... comme des champignons (notez bien : on dit de nos jours essais nucléaires et non plus essais atomiques, changement subtil de terminologie destiné à nous faire moins peur et à banaliser l'horreur).

Il y a eu 2000 essais nucléaires au total, dont 1050 pour les états unis, 715 pour l'Union soviétique, 210 pour la France, 45 pour la Grande-Bretagne, 45 pour la Chine, 6 pour l'Inde, 6 pour le Pakistan, 1 pour la Corée du Nord (et probablement 1 pour Israël)
Essais nucleaires dans le mondeEssais nucleaires dans le mondeEssais nucleaires dans le monde
Les essais les plus polluants sont bien sur les essais atmosphériques.  Ils projettent dans l'atmosphère de grandes quantité de particules radioactives, qui se retrouvent ensuite disséminés par les vents sur toute la planète.  Le lieu le plus contaminé du monde par les poussière radioactive dues aux explosions atmosphériques est le Nevada test site, aux USA. 

En ce qui concerne la France,  elle a mené 50 essais atmosphériques (4 à Reggane, dans le sahara algérien, 41 à Mururoa, 5 à Fangataufa dans le pacifique) et 160 essais souterrains. L'un des premiers essais souterrains, à in Ecker au sahara en 1962, fut une catastrophe. Les essais souterrains, contrairement à ce que l'on pense, ne sont pas sans danger, en particulier en polynésie, où il existait un risque réel de contaminer l'océan.

Un soldat ayant travaillé à Mururoa témoigne :

Nous n'étions protégés de rien. Un jour j'ai vu des employés du CEA venir nettoyer des éléments métalliques au bord du lagon intérieur où nous étions en train de nous baigner. Il portaient des combinaisons qui leur couvraient tout le corps, et des masques. Ils nettoyèrent ces pièces avec une sorte de mousse que le vent entraîna vers nous, flottant sur l'eau du lagon. A aucun moment ils ne nous avertirent d'un danger quelconque.

La plus puissante explosion nucléaire de tous les temps est le fait de l'URSS, en 1961 : la bombe H Tsar Bomba, d'une puissance de 70 mégatonnes (une mégatonne correspond à la puissance explosive d'un million de tonnes de TNT). Contrairement à la bombe A, dont les plans détaillés peuvent se trouver facilement sur Internet (La seule chose qui empêche les terroristes de tout poil d'en avoir une, c' est la disponibilité du plutonium nécessaire, il en faut 7 à 10 Kg), la bombe H est un secret bien gardé, et seuls quelques états savent en fabriquer : Les États-Unis, la Russie, la France, L'Angleterre et la Chine (peut-être également l'Inde).

Les américains sont les seuls (?) à avoir fait péter un pétard atomique dans l'espace, à 400 Km d'altitude. Les lignes a haute tension ont disjoncté à 2000 Km de distance.

Le traité d'interdiction complète des essais nucléaires du 24 Septembre 1996 est une tentative pour mettre fin à tous les essais. Ce traité prévoit des mesures de vérifications, notamment sismiques, pour s'assurer que des petits malins ne feraient pas des essais secrets. Or, les états qui ont procédé à de nombreux essais dans le passé (dont la France), disposent des connaissances nécessaire pour "camoufler" un essai de telle manière que sa signature sismique ressemble à celle d'un tremblement de terre de magnitude inférieure à 3 sur l'échelle de Richter, autant dire un évènement assez banal. Plusieurs états sont donc soupçonnés de continuer à faire péter des bombes, en particulier en s'arrangeant pour que l'essai ait lieu dans une zone à forte sismicité de manière à ce que cela paraisse naturel. Le récent Tsunami en Indonésie pourrait avoir été causé par une bombe sous-marine américaine. Il est possible que les français aient fait récemment un tel essai "camouflé" en sous sol, dans le Sud de la France. Tout ça est très spéculatif évidemment.

En revanche, ce qui est certain, c'est que plusieurs états qui ont la bombe n'ont pas carrément pas signé le traité : La chine, la Corée du Nord, les États-Unis, l'Inde, le Pakistan et Israël.

Risques pour la santé

Des doses de radiation, même relativement faibles, peuvent provoquer des cancers de la Thyroïde, car cette dernière concentre l'iode, qu'il soit naturel (Iode-127) ou radioactif (iode-131). Or l'iode 131 est un produit typique des réactions nucléaires. En France, les cas de ce cancer ont été multipliés par trois en vingt ans (798 cas en 1975, 2619 en 1995). Le cancer de la thyroïde est quasi exclusivement causé par les radiations, constituant une bonne signature des risques liés aux radiations.  Les leucémies sont également associées aux radiations. Le taux des Leucémies est plus élevé, en particulier chez les enfants, dans les populations vivant près des installations nucléaires. Selon une étude commandée par le gouvernement britannique, 200 cancers mortels et 1300 cancers de la peau sont chaque année susceptibles de frapper la population anglaise du fait de la seul présence de l'usine de Sellafield. Les populations vivant près du fleuve Severn, fleuve contaminé par la centrale d'Oldbury, ont jusqu'à 80 fois plus de chances d'avoir un cancer que le reste de la population. Les enfants de Chepstown, la ville la plus proche du réacteur, ont quant à eux 11 fois plus exposés à la leucémie.

Mais en France, on nous dit que tout ça est la conséquence normale du vieillissement de la population... Pourtant en 2001 une étude avait établi que les cas de leucémie étaient multipliés par 3 dans la région de la centrale nucléaire de Gaillon, en France. De telles études sont rares et pas du tout systématiques. Elles sont publiées en général dans des revues très spécialisées ou dans la petite presse locale et ne trouvent aucun écho dans la grande presse régionale, a fortiori dans la presse nationale. Le poids des lobbies, vous avez  dit ?

Petit Bilan

Quelle est la part respectives des civils et des militaires dans la contamination nucléaire du monde ? Difficile, très difficile de le dire. Probablement moitié-moitié.

Et quelle est la part de radioactivité artificielle par rapport à la radioactivité naturelle ? Là, c'est plus facile à déterminer. En gros, 30% de la radioactivité ambiante est d'origine humaine. Pour cent atomes radioactifs qui se trouvent actuellement dans votre maison (et il y en a des milliards), trente proviennent des essais atomiques militaires ou des fuites des centrales et usines nucléaires civiles. Et cette part ne fait qu'augmenter avec le temps. Charmant, non ?

Tout cela sans compter le risque majeur de détournement de matières fissiles par des terroristes. 173 tentatives de vol de matériaux nucléaires ont été signalées entre 1992 et 1998.  La Russie, en particulier, est une vraie passoire. Et les centrales nucléaires sont, depuis le 11 septembre 2001, des cibles potentielles pour des attaques par crash d'avion.  Les centrales françaises ne résisteraient pas à l'impact du crash d'un gros avion de ligne. En cas d'impact sur les réservoirs de déchets à haut niveau de radioactivité de Sellafield ou la Hague, c'est cinquante fois le niveau de radiations de Tchernobyl qui serait libéré !!!!

Tout cela sans compter les accidents. Et des accidents, il y en a eu ! Chez les militaires autant que chez les civils.

Accidents nucléaires

On ne compte plus les bombes atomiques perdues ou détruites suite au crash de leur avion porteur. Voir la liste complète sur Wikipédia. Dès avant 1960, les américains avaient perdu 10 bombes de cette manière. Une grande partie des matières fissiles qu'elles contenaient se sont disséminées dans la nature. Il est arrivé plusieurs fois qu'un avion porteur d'une bombe se crashe sur des maisons (heureusement sans explosion de la bombe). Un bombardier B52 contenant quatre bombe H s'est écrasé sur la base de Thulé en 1968. Une partie du plutonium se répand sur la base, et l'une des bombes est portée manquante : elle avait traversé la couche de glace pour s'enfoncer dans l'océan arctique (où elle a été retrouvée plus tard). Plusieurs sous-marins porteurs de missiles nucléaires ont également été perdus corps et bien. Le cas des sous-marin nucléaires russes qui achèvent de se rouiller dans la presqu'île de Kola est bien connu.

Le 17 janvier 1966, deux avions militaires entrent en collision au dessus de l'Espagne, au large de Palomares. L'un d'eux est un B52 transportant 4 bombes H dont deux sont détruites à l'impact au sol, dispersant quatre kilos et demi de plutonium sur 250 Ha. La troisième sera récupérée presque intacte au sol. La quatrième est tombée en mer. Le DOD dément avoir perdu des bombes, pourtant une flotte de 38 vaisseaux de guerre américains arrivent et un sous marin américain (Alvin) récupère la dernière bombe par 870 m de fond. Les américains se livrent à une décontamination partielle. 1500 tonnes de terre et tous les plants de tomates de la région sont envoyées  en Caroline du Sud pour décontamination.  La population locale aurait du être surveillée, mais en 1971, seul 100 villageois espagnols avaient subi un examen. 29 cas de contamination positifs sont jugés irrecevables car "statistiquement insignifiants". En réalité, à son corps défendant, Palomares est devenue une zone test où les militaires peuvent étudier à loisir l'impact d'une contamination radioactive dans une région agricole.

Le 10 Août 1985, dans la baie de Chazma, près de Vladivostok, le réacteur d'un sous marin nucléaire expérimental explose, tuant 10 personnes sur le coup. Des particules très hautement radioactives ont été projetées à plusieurs kilomètres. Un vaste secteur reste non dépollué et interdit aux activités humaines.  Le sous-marin partiellement détruit se trouve toujours au fond de la baie. Les deux mille habitants de la baie, eux, n'ont jamais été évacués. Population test, encore. On se croirait revenu au temps des nazis.

On peut aussi se demander si l'avion militaire "Rafale" qui s'est écrasé le 7 décembre 2007 en Corrèze ne transportait pas des munitions d'un genre un peu spécial : un périmètre de sécurité grillagé couvrant 17 hectares (!) , et où toute pénétration humaine est interdite, a en effet été institué autour de la zone du crash, et les gendarmes qui ont participé aux recherches se plaignent de conjonctivite, maux de tête... Hum ! Bizarre, non ?

Mais les civils font mieux, si l'on peut dire : 28 accidents au total, dont 6 depuis 2000.

En 1957, une explosion dans un centre de retraitement de déchets nucléaires prés de Tcheliabinsk en URSS projette à deux kilomètres d'altitude une quantité de particules radioactive correspondant à la moitié de Tchernobyl. 200 personnes périssent, 10000 sont évacués, une zone de 250 Km2  fut (et reste) interdite. Le secret défense sur cet accident majeur a été maintenu par le régime soviétique, et il ne sera connu qu'un 1976 suite aux révélations d'un dissident. Des matières radioactives continuent de remonter en surface avec le jaillissement des eaux souterraines.

Les USA ont connu un grave accident à Three miles Island, 1979, et la Grande-Bretagne à Windscale en 1957.

La France pour sa part a connu deux accidents moins graves mais notables, tous deux à saint Laurent des Eaux. L'un en 1969 (fusion de 5 éléments du coeur A1, un an d'indisponibilité), l'autre en 1980 (fusion de deux éléments du coeur du réacteur A2, qui sera indisponible pendant deux ans)

Mais c'est bien sur Tchernobyl qui tient la vedette de ce sinistre palmarès.

Tchernobyl

La centrale nucleaire de Chernobyl26 avril 1986 : le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explose..

Au cours d'un test de baisse de puissance, les opérateurs ont perdu le contrôle du réacteur numéro 4, l'amenant à émettre 100 fois sa puissance en quatre secondes. L'explosion, due à la vapeur surchauffée du circuit de refroidissement, fait sauter le couvercle de 2000 tonnes du réacteur et projette la radioactivité à haute altitude. Une seconde explosion met le feu au coeur du réacteur qui a brûlé pendant 9 jours. Les pompiers mourront tous dans des conditions atroces.

Pourtant, les populations locales ne sont prévenues que le lendemain, y compris les 45 000 habitants de Pripiat, la ville toute proche, abritant les ouvriers de la centrale (les trois autres réacteurs de la centrale ne seront arrêtés que quatre ans plus tard grâce à l'aide financière de l'union européenne).

extension du nuage radioactif de ChernobylParmi les personnes ayant participé à la décontamination, souvent héroïquement, en sacrifiant leur vie, mais souvent aussi en ignorant les dangers réels, 15000 sont mortes et 50000 sont restées handicapées. 

Le nombre total de morts diffère selon les estimations, allant de 50000 à 250 000.  La moitié des radiations émises sont retombées dans un périmètre de 35 Km. L'autre moitié est retombée sur plus de 20 pays, Environ 7 millions de personnes sont ou seront "affectées".

En France, les services officiels (SCPRI) affirment qu’il n’y a pas de réel danger à plus de 10 km de la centrale et absolument aucun risque en France : « Il faudrait imaginer des élévations 10 000 ou 100 000 fois plus importantes pour que commencent à se poser des problèmes significatifs d’hygiène publique » affirme un communiqué officiel régulièrement diffusé à partir du 1er mai.

Le 6 mai, le ministère de l’Agriculture est catégorique : « En raison de son éloignement, le territoire français a été totalement épargné par les retombées radioactives (...) .
Les pouvoirs publics recommandent à la population de ne rien changer à ses habitudes alimentaires, y compris dans les régions les plus touchées, y compris pour les enfants et les femmes enceintes !

Mais c'est bien sur en Ukraine que les conséquences sont les plus dramatiques. Trois millions et demi d'ukrainiens, dont plus d'un tiers sont des enfants, ont souffert de cancer de la Thyroïde. On constate également une importante augmentation des mutations et des lésions cérébrales chez les enfants dont les parents ont été contaminés.

enfant malformé apres ChernobylYulya, 3 ans
Chernobyl - Sacha, 5ansEn haut à gauche : Un enfant né difforme suite aux radiations.
à droite :  Minsk, belarus. Maison pour les enfants No 1. Cet hôpital reçoit beaucoup des enfants les plus déformés, peu après leur naissance.  L'infirmier Alla Komarova tient Yulya, 3 ans, dont le cerveau est situé dans la membrane à l'arrière de sa tête.

Ci contre, à gauche
: Sacha, 5 ans. Son corps ne parvient pas à détruire les toxines qu'il fabrique.
photos Paul Fusco / Magnum Photos

La ville morte de Pripiat, territoire interdit pour des siècles :

La ville morte de Pripiat, pres de Chernobyl

PLUS JAMAIS CA !

Fukushima

Le 11 mars 2011 à 14h46 (heure locale), le plus important séisme enregistré au japon frappe le nord de l'île de Honshû.  Une heure plus tard, un tsunami dévaste la côte nord-est de l'île. Deux centrales nucléaires sont particulièrement touchées, car situées en bord de mer  : celle de Fukushima Daiishi (6 réacteurs d'une puissance totale de 4696 MW) et Fukushima Daiini (4 réacteurs totalisant 4400 MW).  Les centrales ont relativement bien résisté au séisme, mais le tsunami, lui, a des conséquences imprévues... et terribles. La vague atteint 14 m de haut, alors que Fukushima Daiishi a été bâtie pour résister à une vague de 5 m 70 et celle de Fukushima Daiini pouvait résister à une vague de 5 m 20 seulement.

A Fukushima Daiishi, trois des six réacteurs étaient en service au moment de l'accident.  L'arrêt de sécurité "tremblement de terre" a bien fonctionné pour ces réacteurs.  A Fukushima Daiini, les quatre réacteurs s'arrêtent automatiquement.

Mais voila, on n'arrête pas une centrale nucléaire comme ça. Le combustible nucléaire produit toujours de la chaleur, même lorsque la réaction est "arrêtée", et il est nécessaire de le refroidir (il faut savoir qu'un réacteur dit "à l'arrêt" produit toujours au moins 7% de sa puissance maximale !). En outre, tous les réacteurs disposent d'une "piscine" dans laquelle on stocke le combustible dit "usagé" (mais qui chauffe toujours pas mal), et ces piscines nécessitent un refroidissement permanent. Seulement le tremblement de terre a provoqué une coupure électrique, et le tsunami a endommagé les entrées des circuits de refroidissement.  Le circuit électrique de secours fonctionne, mais les groupes diesel de secours s'arrêtent une heure plus tard, probablement à la suite des dégâts dus au tsunami.

Contrairement à Tchernobyl,  les réacteurs japonais sont du type "à eau bouillante", et non "graphite-gaz", comme ceux des russes. C'est heureux, car à Tchernobyl c'est l'incendie puis l'explosion du graphite "modérateur" qui a propulsé le combustible nucléaire dans l'atmosphère. Ceci est impossible au japon. En revanche, en l'absence de refroidissement, la température dans les réacteurs et les piscines de Fukushima pourrait atteindre deux mille degrés, avec dans ce cas la "fusion des coeurs" et l'explosion des piscines. Les conséquences seraient à peut près les mêmes qu'a Tchernobyl. Heureusement l'absence de graphite dans les centrales de Fukushima  a donné un peu plus de temps aux  japonais pour réagir, et les techniciens ont réussi avec des moyens de fortune à empêcher l'explosion.

Rappelons que lorsqu'on parle d'explosion d'une centrale civile, on ne parle pas d'explosion atomique, mais de l'explosion chimique due à une trop forte température : il n'existe (heureusement !) aucun risque qu'une centrale civile se transforme en bombe atomique, parce que le combustible n'est tout simplement pas assez concentré (enrichi, comme on dit). Mais il existe un risque d'explosion chimique, et c'est malheureusement ce qui s'est produit à Fukushima : pour éviter des surpressions extrêmes de la vapeur d'eau contenue dans le coeur, les techniciens ont dû, de temps en temps, relâcher cette vapeur (radioactive) dans l'atmosphère.  La conséquence est une pollution nucléaire très importante. Une zone de 20 Km autour des centrales a dû être évacuée. Les sols sont pollués, de même que les plantes, et également la mer, du fait que l'on n'a pas vraiment maîtrisé les rejets de l'eau (douce et marine) utilisée pour le refroidissement pendant la phase d'urgence.

A l'heure ou j'écris ces lignes (23 mars), la situation est toujours critique et il n'est toujours pas exclu que les japonais ne puissent empêcher l'explosion d'un réacteur (voire de deux ou trois). Même si cela n'arrivait pas, les rejets "volontaires" de gaz radioactif dans l'atmosphère, nécessaires pour empêcher ces explosions, vont empoisonner la zone pendant des siècles.

Ceux qui ont dit non

Plusieurs pays ont courageusement dit non au nucléaire :
En France, on parle au contraire de construire une série de nouveaux réacteurs de technologie EPR... Et on nous dit que le nucléaire est la seule voie viable qui permettent de fabriquer du courant sans émissions de CO2.... Mais c'est un pur mensonge. EDF a systématiquement "saboté" les tentatives de centrales solaires, et la production éolienne en France n'est que très partiellement encouragée par les pouvoirs publics.  Le nucléaire n'est pourtant pas une obligation. C'est un choix qui appartient au gouvernement, mais aussi aux citoyens. Faites entendre votre voix ! Vous n'êtes pas seuls : 60% des Français voudraient se passer du nucléaire. Ils sont simplement muselés par les médias, eux même muselés par le lobby de l'électronuclaire.

Enfin, le coût de l'énergie nucléaire est systématiquement manipulé par EDF, ne prenant pas en compte les subventions publiques accordées aux usines de retraitement, ni les coûts de conservation, stockage des déchets et mise hors service des centrales (lesquelles ont une durée de vie de 30 ans). En réalité, selon The Economist, qui s'est livré à une enquête minutieuse, le coût du nucléaire est deux fois supérieur à celui des énergies renouvelables. Comme le dit The Economist : "Économiquement, aucune centrale nucléaire n'a de raison d'être".

Pourtant la Chine, le Brésil, l'Argentine,  la Corée du Nord, l'Inde, et l'Afrique du Sud ont des projets de nouvelles centrales, ou des centrales déjà en construction (8 en Chine). Souvent afin de fabriquer du plutonium militaire. Le plutonium, en plus d'être radioactif, est hautement toxique : un seul microgramme peut tuer un être humain s'il est inhalé. Sellafield à lui seul en produit 4 tonnes par an...

Le mot de la fin

Miss Chernobyl 2004 (humour noir)Bon allez, tout ça ne doit pas nous empêcher de sourire de temps en temps... Voici miss Chernobyl 2007 ! (humour très noir)

Je sais que certains n'apprécieront pas ce genre d'humour, mais je sais aussi que les photos publiées dans cette page ont un tel impact qu'il est nécessaire d'en évacuer le stress. C'est une simple question de santé mentale. Ça ne retire rien à ce que  j'ai écrit, mais ça fait du bien (et à moi aussi).

La suite : Pollution sonore

Journal d'un terrien

Commentaires (99) :

Page : [3] 

Incognito
Le 30/03/2011 à 11h17
Voilà, il est temps d'éclaircir un peu plus vos lanternes. Le lobby nucléaire en France n'est autre que l'état. Les décideurs et les gouvernants ont mis en place un arsenal législatif les autorisant au SECRET DEFENSE. Cela concerne l'ATOME militaire mais également le nucléaire civil. Chacun de nous doit donc comprendre que le pouvoir s'est autorisé par la loi...à ne rien dire.

Les données IRSN sont erronées de A à Z, tout simplement parce que comme l'a dit le physicien Roland DESBORDES de la Criirad, les filtres utilisées étaient des filtres à papier qui sont incapables de piéger les éléments gazeux. Il faut donc multiplier par au moins 5 les valeurs déclarées officiellement.

Nous avons donc à faire à de l'information de désinformation.

La France a tout misée sur le nucléaire et ne veut pas faire marche arrière quoi qu'il puisse en coûter même s'il faut Mentir

au peuple.L'état a peur du référendum, car ceux qui détiennent le pouvoir savent que le NON au NUCLEAIRE l'emporterait haut la main,comme en Allemagne. Voilà donc le constat que je fais de notre démocratie condamnée à ne pas être écoutée.Relativisez donc les informations officielles et les mesures de Téléray.

CONTACT
Le 29/03/2011 à 12h50
Je viens de lire un article de la criirad disant que malgré leurs protestations, plusieurs états tiennent secrets les analyses de l'air.Nous les citoyens nous n'avons pas accès à l'information.

Qu'en penser ?
SALOME
Le 28/03/2011 à 19h15
Pour répondre à FRANCOIS, Tchernobyl a représenté en pollution et contamination 200 fois HIROSHIMA. J'ai un proche qui a des informations en direct du JAPON sans passer par les médias parce que son fils y est...et cette catastrophe s'annonce pire que TCHERNOBYL. De plus, les JAPONAIS attendent un autre séisme près de TOKYO encore plus fort que le dernier TSUNAMI. La terre tremble et continue de trembler tous les jours au JAPON. La Fusion est maintenant officielle et la TEPCO parle de plusieurs mois avant d'envisager le confinement des réacteurs.La réalité dépasse donc la Fiction....

C'est à mon avis, la plus grande des tragédies nucléaires connue à ce jour. A titre de comparaison, les liquidateurs de TECHERNOBYL et le BORE "Acide Borique"utilisé venant d'Allemagne avait arrêté et limité la Fusion en moins de 11 jours. Là, les instances compétentes parlent de (des mois)avant un confinement des réacteurs ne parlant même pas d'arrêt de la Fusion.

Le Monde entier est concerné et cette fois à une autre échelle !

Bien évidemment cette analyse n'engage que moi, mais lorsque j'entends parler de doses de 1000 msv/heure sachant qu'à 400 l'homme meure en quelques semaines, cela me fait bondir !!! Malheureusement c'est tout bonnement le reflet de la situation actuelle. Beaucoup de compassion donc pour ce peuple qui souffre et qui va souffrir le martyr.



Bien à vous tous et bien tristement !





francois
Le 28/03/2011 à 16h30
Quelles sont les doses de radioactivité disséminées par les bombes atomiques telle que hiroshima par rapport à tchernobyl et la centrale du japon ?

Il apparait difficile de comparer d'autant que les unités de mesure ne sont jamais les mêmes !!!
riton
Le 27/03/2011 à 11h46
Comment nous faire croire que des taux de radioactivité 10 millions de fois plus élevés près des réacteurs de Fukushima que la normale n'auront pas d'incidences sur la planète et sur la vie en générale ? Probablement que comme en 1986, ceux qui savent nous mentent et minimisent l'état réel de la situation.Pendant combien de temps ces masses d'air contaminées vont s'échapper de cette centrale ?
SALOME
Le 27/03/2011 à 00h29
Bonsoir ! Apparemment, problème dans la mise en place des protocoles d'analyse et du matériel utilisé.Les filtres inadaptés ne prendraient pas en compte la teneur des mélanges gazeux. Egalement, les composés des radionucléides du panache n'ont pas été dévoilés. Dans la pollution, il n'y a pas que le rayonnement à prendre en considération, il y a également la toxicité par contamination mais également par la toxicité des mélanges gazeux.Les informations(les données)sont partielles donc minimisées, donc fausses. Je suis donc d'accord avec la Criirad .Des analyses partielles ne peuvent pas être objectives.



Bien à vous tous !!!
GEAJER
Le 26/03/2011 à 23h26
ATTENTION, ce soir, samedi 26 MARS, la CRIIRAD n'est plus d'accord avec les chiffres annoncés de l'IRSN. Les chiffres sur TELERAY seraient sous évalués.A suivre donc sur le Net dans les heures à venir les informations ou les données de la CRIIRAD organisme indépendant et non gouvernemental.
CONTACT
Le 26/03/2011 à 11h21
la folie est permanente. A l'heure du problème Fukushima, apparemment insoluble d'ailleurs, les différentes armées légalisant l'intervention par l'ONU contre la LIBYE utilisent des obus à uranium appauvri, sans le moindre doute. Quand on voit les carcasses des chars totalement disloquées c'est évident.Les munitions à uranium appauvri ont des pouvoirs de pénétration et de destruction beaucoup plus importants que les armes conventionnelles. Le HIC est qu'elles sont très toxiques après l'impact. Le char est contaminé, l'habitacle, l'air et le danger est d'ingérer une poussière ou une microparticule. C'est la mort assurée à plus ou moins long terme.Beaucoup des militaires qui ont fait la guerre du Golfe sont morts ou meurent petit à petit. Ce type de munition est désormais utilisé sans le moindre scrupule dans les armées.Apparemment l'homme est incapable de tirer la moindre leçon de ce qu'il s'est déjà passé. Plus bête on meurt et c'est ce qu'il nous arrive.

L'homme détruit l'homme. A tomber fou !
SALOME
Le 24/03/2011 à 19h18
Oui ! Effectivement, lorsque je parle de porter un masque, lors de projections de particules radioactives, c'est uniquement pour en éviter l'ingestion.

J'ai en ma possession le détail de la puissance de chaque réacteur de FUKUSHIMA .Comme écrit dans " Le Journal d'un Terrien", c'est tout à fait exact, 6 réacteurs d'une puissance globale de 4696 MW,le mégawatt représentant 1 million de watt !

Détail de la puissance des 6 réacteurs :

réacteur N°1 = 460 MW

réacteurs N° 2,3,4,5 = 784 MW chacun (784 X 4 =3136 MW)

réacteur N°6 = 1100 MW

Lors de l'incident, 3 réacteurs seulement étaient en montée en puissance (en fonctionnement), les autres étaient à l'arrêt.



Chacun de nous a le droit de savoir et ma démarche est faite dans ce but.



Bien à vous Tous "Amis Terriens" !!!

GEAJER
Le 24/03/2011 à 15h13
porter un masque évite simplement l'ingestion des particules radioactives et apparemment c'est ce qu'a voulu dire Salomé dans son dernier message. on sait tous qu'il n'y a aucune protection efficace mais d'après ce que j'ai entendu, avaler des poussières radioactives c'est encore plus grave .
crimson message à PAIX
Le 24/03/2011 à 14h47
Tu as raison, ils ne vont pas réagir et c'est comme ça que ça va se terminer, la belle histoire de l'humanité, c'est l'atome, cette particule ridicule qui aura raison de l'être "Humain".



Pour info, porter un masque peut protéger de la grippe, mais pas de la radio activité hélas.
SALOME
Le 24/03/2011 à 13h01
Pour répondre à LOLA, ce qui est important maintenant est que la CRIIRAD est écoutée et passe aux informations. Cet organisme indépendant est crédible dans son travail et ses mesures. Il a été longtemps mis à l'index par les pouvoirs publics car "dérangeant". IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) organisme officiel, tout comme ASN, autre organisme plus télévisuel mais non moins officiel. Pour l'instant, les trois organismes arrivent aux mêmes conclusions. Pas de DANGER immédiat...mais attention, les réacteurs n'étant pas confinés, les fuites continuent a fortiori la contamination.

Les taux vont varier dans les jours à venir, inéluctablement, par le phénomène d'accumulation, la terre n'étant qu'un Grand Village si je puis dire !

Désormais, il faut donc prendre quotidiennement connaissance des

taux mesurés ainsi que des composés nucléides décelés.

Eviter de sortir votre enfant lorsqu'il pleut, car les pluies font tomber au sol les particules radioactives et peuvent donc contaminer les personnes en tombant. Les taux sont pour l'instant faibles mais si il y a une forte concentration de particules à l'avenir, préservez-vous en portant un simple masque coton, pour ne pas en inhaler. L'absorption de particules radioactives est très grave... Pour l'instant, pas de panique nous ne sommes pas dans cette configuration, mais le JAPON voire même La COREE y sont...Bien évidemment, cela n'engage que mon analyse!!!



Bien à vous tous !!!



P.S. Faute de temps, je n'ai pas pris le temps de me relire et m'excuse pour d'éventuelles fautes d'orthographe.
lola
Le 23/03/2011 à 22h03
pensez vous qu'il va y avoir de graves conséquences du nuage radioactif au dessus de la france? faut il avoir confiance en ce qu'ils nous disent?

car je suis assez stressée de le savoir au dessus de nous, surtout pour ma petite fille à qui j'ai interdit de sortir aujourd'hui mais je ne vais pas pouvoir la "séquestrer" eternellement dans la maison.
paix
Le 23/03/2011 à 21h21
Votons écolo pour nous sortir de là, c'est fou que certains hommes (les plus betes bien sur) continuent à agir en repetant leurs erreurs .

Certains voudraient arreter le nucleaire, d'autres plus influents ne veulent pas dans certains pays. Apres ce qui se passe , n'avez vous pas compris qu'il faut arreter toute guerre et ces essais atomiques en vue de proteger notre planete?

Avec les tsunamis , tremblements de terre, rechauffements de la planete... la Terre nous a assez montré qu'elle demandait à ce que l'on prenne soin d'elle .

Si certains bornés continuent à faire leurs essais nucleaires , plus besoin d'etre en guerre pour se faire irradier: il suffirait des essais diffusés dans l'air, de quelques seismes pour nous faire tous dépérir.

Solution: tant que l'on n aura pas trouver d espace hors de l'endroit où certains humains déploient certaines betises,Il faudra bien admettre et se battre pour la PAIX et la PROTECTION DE NOTRE PLANETE de maniere la plus ferme , meme si cela est contre certains hommes dits "importants" NOTRE SANTE ET NOS VIES EN DEPENDENT TOUS
celestron
Le 23/03/2011 à 15h28
Deux aspects peut être pas si contradictoires qu'il n'y parait :



1°. Comme avec toutes les unités classiques 1 severt = 1 000 millisevert or 1 millisevert = 1 000 microsevert et enfin 1 microsevert = 1000 nanosevert.

En reprenant les valeurs indiquées par Salome :

un scanner (ordre de grandeur : 10 millisivert/h) = 100 000 la radioactivité ambiante (ordre de grandeur : 100 nanosevert/h)

De quoi relativiser les mesures qui seront faites les jours à venir !



2°. Le problème des combustibles après leur utilisation, même s'il est moins spectaculaire qu'un "nuage" radioactif est plus pernicieux. Seul le thorium pourrait ne pas présenter les mêmes problèmes en terme de durabilité.
<page précédente (plus récents)    page suivante (plus anciens) >

Ajouter un commentaire (pas besoin de s'enregistrer)

Pseudo :
Message :


image de protection
En cliquant sur le bouton "Envoyer" vous acceptez les conditions suivantes : Ne pas poster de message injurieux, obscène ou contraire à la loi, ni de liens vers de tels sites. Respecter la "netiquette", ne pas usurper le pseudo d'une autre personne, respecter les posts faits par les autres. L'auteur du site se réserve le droit de supprimer un ou plusieurs posts à tout moment. Merci !
Ah oui : le html genre <br>, <a href=...>, <b>b etc. ne fonctionne pas dans les commentaires. C'est voulu.
< Retour en haut de la page