Journal d'un terrien

Web log de Serge Boisse

On line depuis 1992 !

Recherche personnalisée

APPEL pour la création d'une intelligence artificielle européenne

Résumé pour les gens pressés

C'est un fait peu connu, mais pourtant bien réel : de nouvelles découvertes permettent désormais d'envisager de créer une intelligence artificielle (IA) pour un prix dérisoire (une vingtaine de millions d'euros) par rapport aux bénéfices que l'humanité pourra en retirer, et en moins de dix ans.

Certains dirigeants militaires américains l'ont déjà compris.  Car l'IA est, qu'on le veuille ou pas, une arme de suprématie mondiale : ceux qui la posséderont domineront le monde. C'est pourquoi il est vital de construire une IA européenne.

Hélas,  en Europe personne ne semble avoir compris cela. C'est pourquoi je lance cet appel, un peu comme une bouteille à la mer. 

EIFAI European Institute For Artificial InteligenceJe propose de créer L'Institut européen pour l'intelligence artificielle (en anglais European Institute for Atificial Intelligence, ou EIFAI). Ce sera une organisation à but non-lucratif.

La mission de cet institut : construire en Europe une IA, et l'utiliser pour l'amélioration du bien-être et des conditions de vie des humains en général et des européens en particulier.

J'appelle tous les européens, qu'ils soit décideurs, élus, chercheurs, informaticiens ou simples citoyens, à  rejoindre ou a soutenir cet institut.

J'appelle également les personnalités scientifiques, politiques, et les journalistes, à agir pour populariser l'idée de la création de cet institut, et faire prendre conscience au plus grand nombre de l'enjeu énorme qui réside dans la création d'une intelligence artificielle : rien moins que la domination (et peut-être la survie) du monde.

L'IA est possible dès maintenant

La création d'une intelligence artificielle (IA) est un vieux rêve de l'être humain. Récemment (2007) ce rêve a cessé d'être un problème philosophique et scientifique pour devenir un problème technique. Oui, il est maintenant possible de construire un esprit artificiel conscient, sensible, créatif, et dont l'intelligence, mesurée selon les critères utilisés pour les êtres humains, sera presque infiniment supérieure à celle de ces derniers.

L'IA a tout d'abord été un enjeu philosophique : une intelligence artificielle est-elle possible ? Ce débat est maintenant complètement dépassé (et la réponse est : oui)
En effet, sans attendre  la réponse des philosophes (qui n'est jamais venue), les scientifiques ont pris depuis longtemps le problème à bras le corps. La question a résoudre était : comment fonctionne l'esprit humain ?
Enfin les informaticiens, avec leur pragmatisme habituel, ont à leur tout posé une question plus pratique : comment pourrait-on concevoir un esprit conscient artificiel, en admettant que cela soit possible ?

Ce qui vient de changer, c'est que le problème scientifique est résolu. La création d'une IA est donc désormais un problème purement technique : ce sera difficile, certes, mais le succès n'exige plus aucune connaissance scientifique nouvelle. Il est possible de tracer la route vers l'IA, et, une fois cela fait, une équipe d'une dizaine d'ingénieurs compétents (eh oui, pas plus) pourra en  une dizaine d'années construire la première IA.

(Notons qu'il ne servira à rien d'augmenter le nombre de ces ingénieurs, car ce délai de dix ans résulte de la lenteur d'apprentissage de l'IA en cours de construction elle-même, et de la lenteur d'adaptation des humains, et non de l'ampleur des problèmes techniques proprement dits).


Ce qui a changé,  et ce qui me permet  d'être si outrageusement optimiste, c'est, dans le désordre :
  • La masse de travaux accumulés par les informaticiens et spécialistes en sciences cognitives, notamment Marvin Minsky, Douglas Lenat, Douglas Hofstadter, Robert French et bien d'autres.
  • Les récents travaux des neuropsychologues sur la conscience.
  • L'appel d'offre de la DARPA (agence américaine de la défense) pour la réalisation d'un robot de combat conscient.
  • Les récents travaux du Singularity Institute, dirigé par Eliszer Yudkowski.
  • Mes propres travaux sur l'intelligence artificielle vraie.
Mon livre L'esprit, l'IA et la Singularité, que l'ont peut acheter et télécharger sur Lulu.com résume ces travaux, et donne une explication du fonctionnement de l'intelligence humaine accessible au grand public. On pourra trouver une critique de ce livre écrite par un journaliste, collaborateur de la revue "Automates Intelligents", sur le site de "panEurope France".

L'institut Européen pour l'Intelligence Artificielle

J'ai longuement réfléchi avant de définir la mission qui sera donnée à l'EIFAI : En effet, le problème est plus délicat qu'on pourrait le penser : il ne suffit pas de vouloir créer une IA, il faut savoir quelle IA on veut créer. Ce que sera une IA dépend de plusieurs facteurs, en premier lieu sa conception, en second lieu son éducation (il va de soi que, tout comme pour les humains, il faudra éduquer l'IA, et que cette éducation sera un facteur clef de son psychisme. Dans le cas d'une IA d'ailleurs cette éducation sera plus difficile qu'avec un jeune enfant car la "mécanique" du programme continuera à être ajustée pendant son apprentissage).

Or il y aura plusieurs types d'IA : certaines seront spécialisées pour des tâches très précises, d'autres seront plus généralistes. Certaines seront conçues dès l'origine pour être amicales, d'autres au contraire (comme celle de la DARPA) pour tuer.  Or comme le démontre Eliszer Yudkowsky, et comme je l'affirme aussi dans mon livre cité plus haut, une IA qui ne serait pas conçue pour être amicale serait une création extrêmement dangereuse (terminator serait dangereux, mais même une IA éthiquement neutre serait une créature dangereuse La démonstration est trop longue pour tenir dans cette page, mais elle existe).

Aussi l'IA que construira l'EIFAI devra être amicale, ce qui est implicite dans la formulation du rôle de l'institut : construire en Europe une IA, et l'utiliser pour l'amélioration du bien-être et des conditions de vie des humains en général et des européens en particulier.

Car la question clef n'est plus "comment faire une IA" ? Mais "quel(s) genre(s) d'IA et pour quoi faire ?". Science sans conscience...

L'EIFAI sera une organisation à but non lucratif. Je ne doute pas que l'IA représente un paquet énorme d'euros (en fait certainement plusieurs milliers de milliards d'euros) pour ceux qui en feront commerce.  Mais je crois aussi que les industriels sont toujours pressés et ne prendront pas suffisamment de temps et de recul  pour percevoir la nécessité d'une IA amicale. Ils voudront "une IA le plus vite possible" et ce scénario est le pire imaginable.  Une organisation a but non lucratif ne sera pas motivée par l'appât du gain. De plus elle est à même, pour cette raison même, de capter des subsides de diverses origines, et non ceux d'un unique bailleur de fond, que l'on peut toujours suspecter de vouloir "orienter" les travaux dans un sens ou dans l'autre (et ceci resterait vrai même si ce bailleur de fond était la Commission Européenne). L'institut devra rester libre de ses choix, et surtout fidèle à son but initial.

Une autre question qui se pose est celle de la publicité à faire pour les travaux scientifiques et techniques qui auront lieu dans l'institut. Tant que ces travaux restent théoriques, il n'y a pas de mal à les publier et à les faire connaître au plus grand nombre. Mais un jour l'EIFAI, sera capable de "publier les plans" de l'IA (et une grande partie du "code", le programme informatique) : Une organisation concurrente, une compagnie privée, voire un état, pourrait alors décider de la construire en y apportant quelques modifications non prévues. Et le sort du monde pourrait alors basculer. Ces questions délicates devront donc être débattues au sein de l'institut, afin de trouver une méthode permettant de donner au plus grand nombre l'accès à l'IA amicale, tout en interdisant à des groupes peut scrupuleux de créer une IA inamicale.

Enfin, ce qui est le plus incroyable dans tout cela : la création d'une IA n'est pas chère. Elle ne requerra qu'une cinquantaine d'hommes-année d'effort. Ce prix n'est vraiment pas cher au regard des bénéfices fantastiques (et je ne parle pas d'argent mais bien de qualité de vie) qu'on pourra en retirer. Au final, l'IA coûtera moins cher que le seul budget "construction de nouveaux rond-points" d'une commune moyenne, et bien moins cher que la construction d'un hôpital. Or avec une IA nous guérirons toutes les maladies, nous n'aurons plus besoin d'hôpitaux  !

Bénéfices attendus de l'IA

Voici la conclusion de mon livre, L'esprit, l'IA et la Singularité :

J’espère vous avoir prouvé qu’il ne sert à rien de se voiler la face et de se répéter le mantra « on ne peut pas résoudre tous les problèmes du monde ». Si, on peut. Nous pouvons résoudre les problèmes de la pauvreté, de la pénurie d’énergie, du gaspillage des ressources, de la maladie, du totalitarisme. Nous pouvons, grâce à "l’upload", devenir immortels. Nous pouvons devenir infiniment plus intelligents qu’aujourd’hui. Et qui plus est, on peut faire tout cela très vite. 

Dans ce livre, j’espère avoir montré que la pensée et la conscience ne sont pas des phénomènes magiques ou « spirituels », qu’elles sont réductibles à la physique du calculable, et que l’objectif de créer une machine pensante et consciente n’est en rien une utopie. Je pense avoir donné quelques clefs pour y parvenir, et en particulier je pense avoir démontré que la méthode la plus simple est la construction de ce que j’ai appelé une IA germe amicale, dont j’ai donné la structure globale et un aperçu du fonctionnement.

Si nous y mettons les moyens, nous pouvons construire une IA Germe Amicale d’ici dix ans.

Qui plus est, nous avons le devoir de le faire très vite, avant que les nano-emmerdeurs et les IA hostiles ne détruisent toute vie sur terre. Car les recherches déjà en cours, militaires en général, dans ces deux domaines, ne peuvent mener qu’à cette terrible conclusion.

Face à ce challenge, il est impératif qu’une prise de conscience ait lieu, que les gouvernants concentrent toutes les ressources sur la tâche de créer une IA germe amicale. Un euro investi dans cette tâche rapportera des milliards de fois plus qu’un euro investi dans la recherche contre le cancer, par exemple (et au passage on guérira le cancer !)

Il existe deux sortes d’investissement : ceux qui sont linéaires, et ceux qui sont exponentiels.

Les premiers, comme la construction d’un viaduc ou l’aide au logement,  n’apportent que des retombées linéaires par rapport à l’investissement. On investit x euros, cela rapporte k fois ces x euros dans le meilleur des cas (quand k n’est pas inférieur à 1, ce qui est souvent le cas !)

Les seconds, comme l’aide à l’éducation ou l’investissement dans les technologies d’avenir, rapportent de manière exponentielle, parce qu’un euro investi maintenant rapportera de plus en plus dans l’avenir : une meilleure éducation de nos enfants profite à toute l’économie, qui disposera alors de moyens pour améliorer encore l’éducation, et ainsi de suite. La création d’une start-up en biotechnologie, outre qu’elle crée des emplois et de nouveaux marchés, profite à toute la population parce ce que les nouveaux produits seront utilisés pour l’amélioration du bien être général ; et de plus les connaissances et technologies mises au point dans la nouvelle compagnie permettront de créer encore plus de nouveaux produits et même de nouvelles start-up.

Il est déjà affligeant de constater que les gouvernements ne font quasiment que des investissements linéaires.

Mais la construction d’une IA Germe Amicale est le seul investissement super-exponentiel.

C’est le seul investissement qui rapporte le jackpot à coup sûr. Pour quelques dizaines de millions d’euros, nous pouvons changer la face du monde, et résoudre d’un coup tous nos problèmes ! Il est vital que nos dirigeants, mais aussi le grand public, prennent conscience de ce simple fait. En deux mots : yaka IAGA !

Il faut investir dans la construction de l’IA Germe Amicale. MAINTENANT !

Ensemble, créons l'institut Européen pour l'Intelligence Artificielle !
EIFAI European Institute For Artificial Inteligence

Journal d'un terrien

Commentaires (8) :

Page : [1] 

IAteur
Le 04/02/2016 à 23h10
Il existe un projet d'IA européen à l'EPFL alloué de 1 milliard d'euros sur 10 ans. Projet controversé par d'éminent scientifiques.

http://bluebrain.epfl.ch/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Human_Brain_Project

Il s'agit de simuler une partie du cerveaux humain.
curieux
Le 02/07/2015 à 19h16
Ce projet d'IA que vous décrivez m'intéresse énormément, j'aimerai beaucoup y participer. Je vais rentrer en CPGE MPSI et donc mes etudes me prendront quasiment tout mon temps. Mais je compte bien vous aider dans cette aventure dès que possible !
Morgan9195
Le 21/04/2014 à 02h24
Bonjour<br />rnJe suis tombé sur ce site en cherchant à me documenter un maximum sur l'IA d'une conscience humaine pour mes travaux en programmation, et je suis fier de voir que votre théorie rejoint mes travaux.<br />rn<br />rnJe travaille sur la communication de l'IA avec l'homme, il reçoit un message en français, le comprend intégralement selon les règles de l'orthographe, de la grammaire, et autres, puis il raisonne pour ensuite réagir et/ou répondre.<br />rnIl ne connait aucun mot au début, et exactement comme un enfant il arrive à les apprendre au fur et à mesure qu'on lui écrit. Les émotions sont aussi possibles à créer, même si ça ressemble plus à des jauges de satisfaction très complexes. C'est parfaitement possible de recréer la conscience humaine dans une machine.<br />rn<br />rnJe n'arrive pas encore à créer la créativité. Car ça doit s'adapter à n'importe quelle situation comme toute autre compétence. La créativité doit pouvoir être mise en pratique dans la peinture, l'écriture, la musique, et autres. Cette créativité est remplacée par des prises de choix plus ou moins aléatoires (en s'aidant de l'expérience comme conseillé) le temps que je trouve comment créer une véritable créativité.<br />rn<br />rnC'est les jeux vidéo Portal 1 et Portal 2 qui m'ont inspiré et motivé dans ce projet, ils montrent une société futuriste dans laquelle une entreprise est contrôlée par des IA.<br />rn<br />rnSi vous souhaitez me contacter pour que nous discutions de ceci en privé, il est facile de me retrouver sur internet à l'aide de mon pseudo.
taraya
Le 14/04/2013 à 11h27
comment dire première phrase que je lit il y a un problème d'écriture: "en Europe personne ne semble voir compris cela"<br />rnC'est pas voir mais avoir.<br />rn<br />rnps : si non le html est très bien fait.
Fallen
Le 13/04/2013 à 01h33
Bonjour, petite questions quel est l'age minimum pour votre institue ?

Car je suis étudiant et attiré par les IAs (je m'ennuis avec les programmes "basic" de ma calculette ti 83+ qui son complexe pour mon prof de maths ^^)
Bosseur
Le 16/02/2013 à 16h59
C'est un projet intéressant, mais il faudrais y installer les thèmes de confiance Homme/Entité étant une intelligence artificielle et d'application dans les domaines à fonctions complexes de l'IA. #A.K.
Metahuman
Le 30/01/2012 à 23h03
Je suis pour, créer une I.A. amicale pour:

-La recherche;

-La sécurité informatique (Internet);

-L'amélioration des conditions de vies;



vive la colonisation d'autres planètes, une meilleure médecine, et plein d'autres nouveautés.

Serge Boisse
Le 16/12/2011 à 10h58
Pour me soutenir, il suffit de m'envoyer un email.

(voir la page moi->ce site->a propos de mon email)


Ajouter un commentaire (pas besoin de s'enregistrer)

Pseudo :
Message :


image de protection
En cliquant sur le bouton "Envoyer" vous acceptez les conditions suivantes : Ne pas poster de message injurieux, obscène ou contraire à la loi, ni de liens vers de tels sites. Respecter la "netiquette", ne pas usurper le pseudo d'une autre personne, respecter les posts faits par les autres. L'auteur du site se réserve le droit de supprimer un ou plusieurs posts à tout moment. Merci !
Ah oui : le html genre <br>, <a href=...>, <b>b etc. ne fonctionne pas dans les commentaires. C'est voulu.
< Retour en haut de la page