Journal d'un terrien

Web log de Serge Boisse

On line depuis 1992 !

Recherche personnalisée

La religion, c'est de la merde

(je ne vais pas me faire que des amis avec ce titre !)

Eh oui, mais c'est ce que je pense profondément. La religion, ce n'est pas seulement l'opium du peuple, c'est un virus mental. C'est de la merde.  Pour plusieurs raisons :




Ouh la, me direz vous, tu vas un peu fort ! Ce que tu dis s'applique aux sectes, mais certainement pas aux grandes religions, aux religions musulmanes, juives, chrétiennes, bouddhiques ! Eh bien, si ! Mais il faut nuancer. Je vais vous donner quelques exemples.

Richard Feynman, prix nobel de physique, fut un jour interrogé par un groupe de patriarches juifs qui lui posèrent la question suivante : l'électricité, est ce que c'est du feu ? N'écoutant que son bon coeur, Feynman leur expliqua que c'était plutôt le contraire, le feu étant une réaction chimique qui est permise grâce aux électrons qui entourent tous les atomes.  Voyant les patriarches  visiblement perplexes, il leur fit tout un cours de physique-chimie élémentaire, insistant sur la force électromagnétique qui permet l'électricité et le feu (entre autres).  Mais les savants juifs, qui étaient peut-être savants dans l'étude de la Torah mais certes pas en physique, étaient de plus en plus perplexes. Feynman finit par leur demander pourquoi ils voulaient connaître les différence entre l'électricité et le feu :
- oh, répondit l'un de ces doctes sages, c'est simple : nous n'avons pas le droit de faire du feu le Samedi, alors la question est de savoir si nous pouvons utiliser l'électricité !
Feynman fut (on le comprend) profondément choqué de voir que ces gens, très intelligents, et qui avaient consacré leur vie à l'étude, ne l'avaient consulté, lui, prix nobel de physique, que pour savoir s'ils pouvaient ou pas allumer la lumière électrique le Samedi ! Voila à quoi mène cinquante ans d'étude des "textes sacrés" !

Autre exemple : le site islam-dine-rappel est un catalogue de préceptes, conseils, fatwas, etc. destiné aux musulmans. Quand on surfe sur ce site, on  peut se dire que ses auteurs sont tombés sur la tête.  C'est hallucinant. Le nombre "d'interdictions" de faire ceci ou cela qui se trouvent sur ce site dépasse l'imagination.  En quoi une religion qui prétend libérer l'homme peut-elle se trouver grandie par une telle restriction de liberté accordée à ses fidèles ? En quoi le fait de faire vivre les hommes et les femmes dans deux univers complètement séparés se distingue-t-il de la schizophrénie à l'échelle de la société ? En quoi le fait de lapider à mort les femmes adultères est-il un bien pour la société ? La religion est une névrose obsessionnelle collective, comme disait Freud.

Autre exemple : La religion catholique prétend que le fait de se confesser (c'est à dire de raconter ses turpitudes à un prêtre, puis de réciter quelques prières dites de pénitence)  permet de se "laver de ses péchés", et donc d'accéder au paradis, ce qui serait impossible sans confession.  Quelle connerie ! De qui se moque-t-on ? Les chrétiens disent aussi que pratiquer le sexe hors mariage est un "péché capital", mais une fois marié - par un prêtre - cela ne pose plus de problème. N'est-ce pas absurde ? On sent bien là l'un des buts principaux de ceux qui ont créé les religions : réguler, réglementer les passions humaines, jusqu'à l'absurde. Si cela conduisait à une diminution de la fécondité, encore, cela pourrait se comprendre. Mais c'est tout le contraire !

Toutes les religions interdisent l'avortement. Toutes sont contre le contrôle des naissances (le bouddhisme l'autorise dans certains cas). "Croissez et multipliez", disent les juifs, les musulmans et les chrétiens tous en choeur (pour une fois).  Eh oui, la surpopulation n'était pas un problème il y a deux mille ans, mais ça l'est devenu depuis... Moi je n'ai pas peur de dire ce que je pense : le contrôle des naissance est absolument nécessaire tant que la population humaine sur la planête dépassera le milliard d'habitant. Pourquoi ? Parce que l'empreinte écologique de l'humanité est déja largement supérieure à la surface de la planète. Nous vivons à crédit sur la nature, et ce sont nos descendants qui devront payer les intérêts. Un enfant, c'est bien, deux, ça passe encore, trois, c'est criminel (pas seulement contre la nature mais contre les descendants de nos enfants). Mais aucune religion ne vous dit ça. Au contraire ! Les religions ont été inventées à une époque tribale, où la croissance numérique de la tribu était ce qui importait. Les religions sont toutes pour le droit du sang, contre le droit du sol, parce qu'il y a deux mille ans la croissance de la tribu issue de son sang était LA chose importante. Connerie.

Les grandes religions actuelles sont issues d'un processus de sélection darwinienne effectué soit par les politiques (les empereurs romains, par exemple, ont vu dans la religion chrétienne qui pronait l'obéissance, l'humilité, la vertu, un bon moyen d'assouvir les masses), soit par les religieux eu-même (le concile de Nicée a été un sabordage volontaire et un autodafé des textes des apôtres, n'en laissant que quatre, et instituant toute une hiérarchie des prêtres, et un rituel qui n'existait pas auparavant). Religion et politique n'ont jamais été séparée, quoi qu'on en dise. Les président américains doivent jurer sur la bible, même s'ils ne sont pas chrétiens (notons que ce cas n'est jamais arrivé). La peine de mort a été autorisée, et même encouragée, par les papes dans le passé (sus aux hérétiques !) avant qu'elle ne passe de mode, mais ça peut revenir... L'Arabie Saoudite, pays très religieux, est aussi celui (après la Chine) où il y a le plus d'exécutions capitales...

Les religions ont leur manière à elle de défendre leur pré carré : elles exercent un contrôle rigoureux sur l'art et la littérature en particulier. Tout le monde connaît l'histoire terrible de Salman Rushdie, dont le roman les versets sataniques a été mis à l'index par l'ayatollah khomeyni, qui avait appellé "tous les musulmans" à tuer l'auteur, le forçant à vivre dans la clandestinité.  Mais l'église catholique exerce un contrôle tout aussi ferme sur les oeuvres susceptibles de "choquer" les "bon chrétiens". L'affiche de Girbaud montrant une cène dans laquelle les apôtres étaient remplacés par des femmes  a été interdite pendant un temps, avec une astreinte de 100000 euros par jour de retard, sur demande de l'association catholique "croyance et liberté" (le vatican ne censure que très rarement directement : il dispose de nombreux moyens détournés).  Heureusement, la condamnation a été annulée en cassation. Je vous mets cette image ici, je la trouve magnifique :

marithé et francois girbaud cène
 
Dans le même ordre d'idée, la photographie "piss christ" (ci-contre) d'Andres Seranno  a été vandalisée à Avignon,  et plusieurs personnes ont été menacées de mort pour 'avoir défendu le photographe. Pourtant, hormis son titre, qu'est ce que cette oeuvre a de choquant ? Rien.

Les religions n'ont jamais aimé qu'on "détourne leur message".  Comme si ce message n'était pas un détournement d'écritures elles mêmes détournées maintes et maintes fois depuis leur création. Au fait, tordons le cou à un mythe : Les religions (catholiques, juives, musumanes, boudhistes, etc) disent que leurs "textes sacrés" n'ont pas été écrits, mais "révélés", et que c'est Dieu lui même qui aurait inspiré la main des "prophètes" qui les ont écrits. Foutaise ! D'abord, répétons-le haut et fort, IL N'Y  A PAS DE DIEU. Il n'y a que des humains qui y croient.


Oh, Eh, me direz-vous, mais là tu y vas fort ! L'univers a bien été créé par quelque chose, non ? Peut-être, mais pas par un "Dieu".  Et il est possible d'étudier cette intéressante question sans faire l'hypothèse d'un Dieu. Il y a une science qui étudie les origines et le devenir de l'univers, elle s'appelle la cosmologie.  Ah, ben oui, c'est une science compliquée, avec beaucoup de maths, etc. Dieu, c'est tellement plus simple à comprendre. Même un enfant pourrait le comprendre. Et c'est bien là le problème. Sans s'en rendre compte, les parents propagent ce concept ridicule à leurs enfants, qui se retrouvent infectés (je n'éxagère pas) par ce virus mental tenace, dont il est très difficile de se défaire. Et voila pourquoi les religions perdurent.

En fait, il y a d'autres raisons : Les religions sont aussi des palliatifs très efficaces à l'angoisse fondamentale de l'homme, celle de la mort. Pour pallier cette angoisse, les religions donnent une réponse très simple : après la mort, on se réincarne (pour les boudhistes), ou on va au paradis (pour les musulmans et les chrétiens). Ah, mon Dieu (sic), que c'est rassurant !  Mais bon, c'est nul. A l'époque des tribus pastorales, ça pouvait marcher. Mais au XXIe siècle, merde, on peut plus gober ça ! Il est où, votre paradis ? Sur la lune ? Dans l'espace ? Sur Pandora ? Et son corrolaire, l'enfer ? Ah oui, parce que Chrétiens et musulmans ont plusieurs point communs : en plus de croire à un Dieu unique, aux anges, (dont l'archange Gabriel), aux prophètes, etc, ils croient aussi au paradis et à l'enfer. Ce serait à mourir de rire si plusieurs personnes n'étaient pas mortes d'avoir osé le dire.  Les Juifs sont plus subtils : Pour le Judaïsme, il n'y a pas d'enfer, mais certains textes parlent quand même du gueihinnom, de tourments éternels, d'errance éternelle des âmes, etc. Bref, l'enfer, c'est un concept très porteur. Et surtout très utile : il permet de domestiquer les êtres humains, voire même de les réduire en esclavage, sans protestations : si tu n'es pas sage (traduction : si tu n'obéis pas aux religieux), tu iras en enfer ! Pratique, non ?

Les boudhistes, très subtils eux aussi, ont un concept qui ressemble au paradis : le nirvāna. Contrairement à ce que beaucoup croient, il n'y a pas de réincarnation à proprement parler dans le bouddhisme (ce serait plutôt dans l'hindouisme), mais une transformation et une renaissance.  Pratique, cela évite le problème de la localisation de l'enfer et du Paradis !  Mais toutes les religions enseignent qu'il y a une différence fondamentale entre l'esprit et la matière.  Ah, le concept de l'âme ! Une autre idée simple, que même un enfant peut comprendre. Mais L'univers n'est pas simple, et il faut être adulte pour le comprendre (un peu). Alors on préfère se raccrocher à des idées simples.

Bon je pense que vous avez compris le message : les religions, c'est de la merde. Alors, virons-les ! Libérons nos esprits de ces parasites mentaux ! Ne les laissons pas empoisonner nos esprits ! Apprenons à penser librement et sans contrainte, étudions les sciences, la vie, l'univers, sans préjugé, forgeons nous nous même notre propre morale et notre propre éthique, mais ne l'imposons pas aux autres.  Donnons-leur seulement les indices, les faits, et pas les conclusions.  Nous pouvons prendre soin de nous-même et de notre belle planète sans les religions. Nous pouvons avoir un avenir sans Dieu, un avenir grandiose parce que le phénomène humain est une chose merveilleuse et que nous n'avons pas besoin d'un Dieu pour le savoir.




Home Mes livres Mes tableaux Plan du site

Partagez / votez pour cette page :

Journal d'un terrien

Commentaires (1216) :

Page : 10  11  12  13  [14]  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82 

Pierre
Le 03/02/2016 à 20h36
D'ailleurs, cela manque. En 2016, il serait temps que d'autres religions commencent à voir le jour, mais c'est peut-être déjà le cas. Des religions adaptées à notre époque bien sûr, ce qui éviterait au pape par exemple de devoir préciser que la lecture littérale d'un texte ancien est à proscrire (j'espère que beaucoup d'imams font de même ! C'est du bon-sens, mais force est de constater que le fondamentalisme est encore la plaie des religions, mais il est vrai que la sagesse n'est pas donnée à tout le monde...)

David, j'espère bien aussi que le monde irait mieux si tout le monde écoutait le pape ! Même s'il m'écoutait moi, il irait mieux. En fait, il existe une multitude de personnes qui, si tout le monde les écoutait, feraient que le monde irait mieux. Le problème a toujours été que nous sommes nombreux sur cette planète, et que beaucoup de personnes manquent d'esprit, de liberté intellectuelle, de capacité à penser... En fait, je suis persuadé que les personnes qui s'approchent le plus de la "Vérité" (inaccessible par essence à travers notre vision et cerveau d'humain") sont une MINORITE. En d'autres termes, même si cela paraît rassurant pour un croyant d'être sous la bannière d'une vaste communauté, les probabilités qu'il s'éloigne de cette vérité sont immenses, bien plus élevées que si sa vision des choses, extrêmement personnelle, n'avait pas d'étiquette.
Pierre
Le 03/02/2016 à 20h08
Merci David pour ne pas avoir rejeté l'ensemble de mon propos. Tu dis que "tout ce dont l'homme doit se séparer est marqué dans les évangiles noir sur blanc". J'ai envie de te répondre: "Admettons que oui (même si le noir et blanc c'est pour la version papier moderne traduite et retraduite): et alors ? J'espère bien ! Sinon la Bible ne serait pas vraiment digne de l'intérêt qu'on lui porte. Il est écrit beaucoup, beaucoup de choses, et l'on peut y interpréter encore bien plus de choses. Au final, on y trouve, de mon point de vue, beaucoup d'incongruités également (et le mot est parfois faible). Je lui accorde une valeur historique, en tant que texte ancien, mais je ne peux pas, au grand jamais, abdiquer de mon sens critique sous ce simple prétexte. Ma réalité à moi, c'est que l'on pourrait facilement écrire une autre Bible aujourd'hui, qui deviendrait sacrée dans 1000 ans, visionnaire, comme l'est celle que tu vénères. Mais je fais le voeu que celle-ci soit débarrassée des notions de sacrifice, d'adoration (le Dieu de la Bible est assez tyrannique pour interdire toute adoration autre que Sa Toute Puissance), de soumission, de rejet des plaisirs, de notion de Salut, de Paradis, d'Enfer, de punition, et la liste est longue encore... Tout cela est mortifère, malsain. N'est-ce pas évident ? J'imagine bien que ton avis est très différent !

Max
Le 02/02/2016 à 16h42
David, si je ne suis pas catholique, ou athée ou d'une autre religion, je vais en enfer car le pape en a décidé ainsi ?

Je comprends mieux ta croyance, cela me rappelle trop le jeu "Jacques a dit" ou le jeu de la marelle quand j'etais a la maternelle.

Sauf que là c'est "pour de vrai" ... donc toi tu va t'en sortir parceque tu est obéissant et moi je vais rôtir en enfer car très désobéissant, et opiniâtre ... ok j'ai compris ...



Religion du livre:



"Le christianisme se considère comme n'étant pas une « religion du Livre ». Le pape Benoît XVI critique comme un fondamentalisme la lecture littérale d'un texte alors que celui-ci est conditionné par son époque d'écriture. Le christianisme s'affirme par la parole de Dieu, le verbe, le logos et non par l'écrit."

Le Salut :

"Le salut est une notion spirituelle qui signifie "délivrance et libération". Le croyant qui possède le salut se trouve ainsi délivré et libéré du péché, de l'insatisfaction et de la condamnation éternelle (enfer). Il bénéficie d'une relation avec Dieu et a ainsi accès au paradis. La notion de salut est présente dans le christianisme, le judaïsme, l'islam, l'hindouisme et le bouddhisme."
David
Le 02/02/2016 à 13h57
Pierre y a des choses ou tu as raison mais en tant que chrétien toutes questions que l homme se pose ne m intéresse pas dans le sens savoir à tout prix,seul le salut compte. L être humain évolue mais y a des choses dont il doit se séparer et toutes ces choses elles sont marquées noir sur blanc dans les evangiles.

Lorsque le pape dit certaine choses aux politiques il n impose rien il suggère ,il amène à réfléchir et si ils écoutaient le monde progresserai un peu mieux.
Max
Le 02/02/2016 à 09h54
http://philo.pourtous.free.fr/Articles/Marc/religion_et_philosophie.htm

"L’hypothèse d’une religion philosophique, du fait du nécessaire fondement non humain de toute religion, est elle aussi, dès le départ, à exclure.

Quant à l’athéisme, il n’est jamais que le refus d’une certaine conception de Dieu ou des dieux. On peut le voir par exemple avec Spinoza qui, tout en démontrant l’existence de Dieu43, peut bien être considéré comme “athée”, au sens où il refuse l’existence d’un Dieu anthropomorphe44. On le voit encore avec Marcel Conche, qui s’attaque précisément à l’idée d’un Dieu à la fois moralement bon et tout-puissant : « Il est indubitable (…) que le supplice des enfants a été, et devait ne pas être, et que Dieu pouvait faire qu’il ne soit pas. Comme Dieu ne s’est pas manifesté dans des circonstances où, moralement, il l’aurait dû, s’il existait, il serait coupable. La notion d’un Dieu coupable et méchant apparaissant contradictoire, il faut conclure que Dieu n’est pas. »45 Nous n’affirmons certes pas que cette argumentation, non plus que les démonstrations de l’existence de Dieu de Spinoza, sont à l’abri de toute contestation, y compris philosophique. Mais nous avons bien là des exemples de raisonnement parfaitement intelligible, que même le plus fervent des croyants peut suivre, pour peu qu’il soit doué de raison. L’athéisme peut donc être philosophique ou, ce qui revient au même, une philosophie peut être athée. "
Max
Le 02/02/2016 à 08h55
Je plussoie +1000 ! Nous nous "élevons" en cherchant la vérité avec sincérité.

Dire que la religion est une philosophie c'est comme réduire la philosophie à une prison ! Au contraire la vraie philosophie donne la clé des champs. Il faut du courage et de la témérité pour aller au fond de soi-même cela ne tient ni dans des acrobaties intellectuelles, ni dans des citations bien senties, ni dans un livres, ni dans une bibliothèque.

Cependant la "vérité" n'est pas facile à entendre et aussi pas facile à dire... peut-être faut-il ne pas essayer de convaincre et avoir la sagesse de se taire pour ne pas "blesser" ...

Et aussitôt de me dire ironiquement (avec le sourire sardonique qui va avec):

"Chacun son aventure intérieure, chacun son trip du moment qu'à la maison tout est joie, sourires et amour du Seigneur..."

" comme un monde merveilleux où tout les enfants auraient un kinder suprise par jour même le dimanche... un monde parfait ...."

" Beaucoup de croyants pensent à bien et de

surcroit s'ils sont cools et ne font que de bonnes actions; ils apportent du bonheur ?"



Il m'arrive de douter aussi...
Pierre
Le 02/02/2016 à 01h46
A tous ceux qui sont "piégés" je dis: élevez-vous (pas dans le sens des religions !), réfléchissez, doutez, soyez vivants spirituellement, exprimez, par votre art, cette magnifique chose d'être émerveillé par tout ce qui nous dépasse puisque notre intelligence nous en fait prendre conscience. Ce qu'on appelle Dieu, c'est précisément ce qui nous dépasse, le "reste". Rien à voir avec nous, emprisonnés que l'on est dans notre petite conscience d'être humain, et pensant égoïstement être au centre de tout. Il n'y a donc pas de Dieu. Il n'y a que les choses, les énergies et la matière etc..., personne ne centralise quoi que ce soit, et encore moins avec une volonté telle que nous pourrions en avoir en tant qu'être humain, à notre échelle. Est-ce si difficile à accepter ? Les valeurs que l'on porte, on peut se les approprier sans les attribuer encore et toujours à la religion, elles n'en auront que plus de valeur, nos actions doivent être décidées en notre âme et conscience, pas dans une soumission à qui que ce soit, surtout si on le dit divin ou tout-puissant et que notre soi-disant Salut passe par là.

Lorsque vous aurez commencé à réellement douter, vous verrez à quel point tout cela est ridicule, vraiment ridicule, sur le fond comme sur la forme.



Il existera un jour une société où nos religions actuelles seront considérée comme une chose du passé, et il existera un jour où d'autres religions verront le jour. Mais une seule vérité demeurera: c'est l'humanité qui crée ses dieux. La notion de divin au sens propre est une notion vide de sens, un véritable miroir aux alouettes: tout n'est que connaissance et ignorance. Et la religion est l'ignorance de notre propre mensonge existentiel.
Pierre
Le 02/02/2016 à 01h45
Evidemment, cette idée sur les religions fait des étincelles chez toute personne croyante. Car elle a peur de perdre son confort psychique, inconsciemment.

J'ai toujours observé une différence très nette entre les personnes athées et croyantes. Les premières me semblent plus libres, plus vraies, plus honnêtes avec elles-mêmes, les autres sont comme censurées, fermées, leur regard sur les choses -même s'il est empreint de sérénité !- est étriqué. Je trouve cela très triste, car il est impossible de "réveiller" une personne qui a besoin de "croire" il me semble. C'est une mort philosophique pour moi, presque une mort intellectuelle. Un débat sur la religion entre athée et croyant est toujours stérile, car le croyant est en conflit d'intérêt caractérisé, il lutte sans le savoir pour se préserver du vertige, comme un homme qui se noie à sa bouée.



Avant on croyait en plusieurs dieux, ensuite en un seul, (mais ce n'est pas le même selon la religion en question bien sûr)... Faut-il être suprêmement intelligent pour voir que l'homme a "besoin" de croire, peu importe le support ? Faut-il être suprêmement intelligent pour prendre un peu de recul face à tout dogme ?

Je trouve ahurissant qu'autant de personnes, en 2016, soient encore dans le carcan d'une religion. Mais mon explication est cohérente: c'est un besoin humain très répandu, de tout temps.
Pierre
Le 02/02/2016 à 01h43
Il est aussi compliqué de raisonner une personne appartenant à une secte qu'une personne très pratiquante dans sa religion.

Pourtant, tous les indices existent, pour démontrer à quel point la religion est un véritable mensonge que l'homme se fabrique: dans l'autre sens, c'est évidemment plus compliqué, et on évoque le "sacré"(qui se positionne hors de la réflexion) et la "foi"(hors réflexion aussi, par essence)... Pratique non ?



Aujourd'hui, être spirituel, ce n'est plus tant être croyant qu'être ATHEE véritablement, non par abdication de la pensée mais par le fruit d'une mûre réflexion qui apprivoise toute les peurs au bénéfice d'une vérité existentielle, la seule qui ne soit pas un mensonge inconscient: nous sommes perdus dans cet univers qui nous dépasse parce que nous sommes en capacité d'en prendre conscience, nous ne sommes pas grand-chose, objectivement, lorsqu'on élève le point de vue. Les animaux ne sont pas croyants, n'ont pas de religion... car ils ne sont pas assez intelligents pour voir ce qui les dépasse, voir l'étendue de leur ignorance...
Pierre
Le 02/02/2016 à 01h40


Si l'humanité connaît un âge d'or, un âge de raison, un véritable âge de spiritualité et de conscience, ce sera un âge où la religion aura sa vraie place, reléguée au rang de vulgaire secte. Car sur le fond, hormis des histoires d'escroquerie financière et d'échelle d'influence, il n'y a AUCUNE différence.

Pierre
Le 02/02/2016 à 01h39
La religion, j'ai toujours pensé que c'était un miroir aux alouettes pour les humains.

C'est l'une des choses qui me sidère le plus dans ce monde. De tout temps la notion de sacré a existé; je pense que la raison est que nous sommes assez intelligents pour savoir que nous ignorons beaucoup de choses. Seulement, cette ignorance est difficile à supporter; chaque religion me semble être un prétexte monstrueusement égoïste et lâche pour nous soustraire à ce vertige de l'ignorance: on s'invente même une vie après la mort, pour ne pas à en avoir peur. On évacue les choses, on se lobotomise gentiment pour être à l'aise dans notre condition difficile d'être pensant.

David
Le 01/02/2016 à 16h59
Tu sais quoi max je t aime bien ,enfin quelqu un de bien et de sympa.
Max
Le 01/02/2016 à 08h00
Pour Jesus et les juifs c'etait une démonstration par l'absurde bien entendu. Je pensais que ca serait compris puisque j'ai pas eu eu l'"honneur" de vivre à cette époques. De plus un fleuve ne remonte pas à sa source ... tu as raison de croire que chaque époque et civilisation à ses problèmes spécifique. Je pense que le problème d'aujourd hui est "qui salit quoi"

Mais là, je risque de passer pour un foutu écologiste de gauche ...

Max
Le 01/02/2016 à 07h27
David autrefois l'humanité n'etait pas une bande de bizounours et pas plus maintenant. Je pense que les animaux ne calculent pas, (ils sont natures), selon nos references morale " bien/mal " mais ils ressentent le bien/ mal en terme de

Bonheur/douleur. Je pense aussi que nous fonctionnons comme une meute de loup mais de façon plus "insidieuse" ... je ne suis pas croyant mais je lutte contre cette nature insidieuse humaine surnoise comme beaucoup le font sans la religion ou avec .
David
Le 01/02/2016 à 05h47
Non désolé un animal ne connaît pas le bien ou le mal ,ce que tu viens de dire c est qu animal a des besoins mais si il y a 1 os pour 2 chiens ça se passe comme dans une meute tandis ce que chez nous c est différent . Un maître donne les règles à un animal de ce qui est bien ou pas tandis ce que nous on le fait de nous meme .

Une ptite parenthèse sur les juifs,leurs lois étaient meilleurs que d autres peuples qui pratiquaient orgies en tout genre sans aucune moral,sacrifice de femmes d hommes d enfants meurtre et beaucoup d autre donc oui les lois juive étaient bonne par rapport aux autres ,on peut pas comparer notre civilisation d aujourd'hui avec celle d il y a 2000 ans. On se croi parfait mais dans 200 ans on dira de nous qu on était violent et oui l humanité progresse,la notion d amour dans 200 ans ne peut pas être comprise de nos jour tout comme notre notion amour n aurait pas été comprise y a 200 ans.
<page précédente (plus récents)    page suivante (plus anciens) >

Ajouter un commentaire (pas besoin de s'enregistrer)

Pseudo :
Message :


image de protection
En cliquant sur le bouton "Envoyer" vous acceptez les conditions suivantes : Ne pas poster de message injurieux, obscène ou contraire à la loi, ni de liens vers de tels sites. Respecter la "netiquette", ne pas usurper le pseudo d'une autre personne, respecter les posts faits par les autres. L'auteur du site se réserve le droit de supprimer un ou plusieurs posts à tout moment. Merci !
Ah oui : le html genre <br>, <a href=...>, <b>b etc. ne fonctionne pas dans les commentaires. C'est voulu.
< Retour en haut de la page