Journal d'un terrien

Web log de Serge Boisse

On line depuis 1992 !

Recherche personnalisée

La religion, c'est de la merde

(je ne vais pas me faire que des amis avec ce titre !)

Eh oui, mais c'est ce que je pense profondément. La religion, ce n'est pas seulement l'opium du peuple, c'est un virus mental. C'est de la merde.  Pour plusieurs raisons :




Ouh la, me direz vous, tu vas un peu fort ! Ce que tu dis s'applique aux sectes, mais certainement pas aux grandes religions, aux religions musulmanes, juives, chrétiennes, bouddhiques ! Eh bien, si ! Mais il faut nuancer. Je vais vous donner quelques exemples.

Richard Feynman, prix nobel de physique, fut un jour interrogé par un groupe de patriarches juifs qui lui posèrent la question suivante : l'électricité, est ce que c'est du feu ? N'écoutant que son bon coeur, Feynman leur expliqua que c'était plutôt le contraire, le feu étant une réaction chimique qui est permise grâce aux électrons qui entourent tous les atomes.  Voyant les patriarches  visiblement perplexes, il leur fit tout un cours de physique-chimie élémentaire, insistant sur la force électromagnétique qui permet l'électricité et le feu (entre autres).  Mais les savants juifs, qui étaient peut-être savants dans l'étude de la Torah mais certes pas en physique, étaient de plus en plus perplexes. Feynman finit par leur demander pourquoi ils voulaient connaître les différence entre l'électricité et le feu :
- oh, répondit l'un de ces doctes sages, c'est simple : nous n'avons pas le droit de faire du feu le Samedi, alors la question est de savoir si nous pouvons utiliser l'électricité !
Feynman fut (on le comprend) profondément choqué de voir que ces gens, très intelligents, et qui avaient consacré leur vie à l'étude, ne l'avaient consulté, lui, prix nobel de physique, que pour savoir s'ils pouvaient ou pas allumer la lumière électrique le Samedi ! Voila à quoi mène cinquante ans d'étude des "textes sacrés" !

Autre exemple : le site islam-dine-rappel est un catalogue de préceptes, conseils, fatwas, etc. destiné aux musulmans. Quand on surfe sur ce site, on  peut se dire que ses auteurs sont tombés sur la tête.  C'est hallucinant. Le nombre "d'interdictions" de faire ceci ou cela qui se trouvent sur ce site dépasse l'imagination.  En quoi une religion qui prétend libérer l'homme peut-elle se trouver grandie par une telle restriction de liberté accordée à ses fidèles ? En quoi le fait de faire vivre les hommes et les femmes dans deux univers complètement séparés se distingue-t-il de la schizophrénie à l'échelle de la société ? En quoi le fait de lapider à mort les femmes adultères est-il un bien pour la société ? La religion est une névrose obsessionnelle collective, comme disait Freud.

Autre exemple : La religion catholique prétend que le fait de se confesser (c'est à dire de raconter ses turpitudes à un prêtre, puis de réciter quelques prières dites de pénitence)  permet de se "laver de ses péchés", et donc d'accéder au paradis, ce qui serait impossible sans confession.  Quelle connerie ! De qui se moque-t-on ? Les chrétiens disent aussi que pratiquer le sexe hors mariage est un "péché capital", mais une fois marié - par un prêtre - cela ne pose plus de problème. N'est-ce pas absurde ? On sent bien là l'un des buts principaux de ceux qui ont créé les religions : réguler, réglementer les passions humaines, jusqu'à l'absurde. Si cela conduisait à une diminution de la fécondité, encore, cela pourrait se comprendre. Mais c'est tout le contraire !

Toutes les religions interdisent l'avortement. Toutes sont contre le contrôle des naissances (le bouddhisme l'autorise dans certains cas). "Croissez et multipliez", disent les juifs, les musulmans et les chrétiens tous en choeur (pour une fois).  Eh oui, la surpopulation n'était pas un problème il y a deux mille ans, mais ça l'est devenu depuis... Moi je n'ai pas peur de dire ce que je pense : le contrôle des naissance est absolument nécessaire tant que la population humaine sur la planête dépassera le milliard d'habitant. Pourquoi ? Parce que l'empreinte écologique de l'humanité est déja largement supérieure à la surface de la planète. Nous vivons à crédit sur la nature, et ce sont nos descendants qui devront payer les intérêts. Un enfant, c'est bien, deux, ça passe encore, trois, c'est criminel (pas seulement contre la nature mais contre les descendants de nos enfants). Mais aucune religion ne vous dit ça. Au contraire ! Les religions ont été inventées à une époque tribale, où la croissance numérique de la tribu était ce qui importait. Les religions sont toutes pour le droit du sang, contre le droit du sol, parce qu'il y a deux mille ans la croissance de la tribu issue de son sang était LA chose importante. Connerie.

Les grandes religions actuelles sont issues d'un processus de sélection darwinienne effectué soit par les politiques (les empereurs romains, par exemple, ont vu dans la religion chrétienne qui pronait l'obéissance, l'humilité, la vertu, un bon moyen d'assouvir les masses), soit par les religieux eu-même (le concile de Nicée a été un sabordage volontaire et un autodafé des textes des apôtres, n'en laissant que quatre, et instituant toute une hiérarchie des prêtres, et un rituel qui n'existait pas auparavant). Religion et politique n'ont jamais été séparée, quoi qu'on en dise. Les président américains doivent jurer sur la bible, même s'ils ne sont pas chrétiens (notons que ce cas n'est jamais arrivé). La peine de mort a été autorisée, et même encouragée, par les papes dans le passé (sus aux hérétiques !) avant qu'elle ne passe de mode, mais ça peut revenir... L'Arabie Saoudite, pays très religieux, est aussi celui (après la Chine) où il y a le plus d'exécutions capitales...

Les religions ont leur manière à elle de défendre leur pré carré : elles exercent un contrôle rigoureux sur l'art et la littérature en particulier. Tout le monde connaît l'histoire terrible de Salman Rushdie, dont le roman les versets sataniques a été mis à l'index par l'ayatollah khomeyni, qui avait appellé "tous les musulmans" à tuer l'auteur, le forçant à vivre dans la clandestinité.  Mais l'église catholique exerce un contrôle tout aussi ferme sur les oeuvres susceptibles de "choquer" les "bon chrétiens". L'affiche de Girbaud montrant une cène dans laquelle les apôtres étaient remplacés par des femmes  a été interdite pendant un temps, avec une astreinte de 100000 euros par jour de retard, sur demande de l'association catholique "croyance et liberté" (le vatican ne censure que très rarement directement : il dispose de nombreux moyens détournés).  Heureusement, la condamnation a été annulée en cassation. Je vous mets cette image ici, je la trouve magnifique :

marithé et francois girbaud cène
 
Dans le même ordre d'idée, la photographie "piss christ" (ci-contre) d'Andres Seranno  a été vandalisée à Avignon,  et plusieurs personnes ont été menacées de mort pour 'avoir défendu le photographe. Pourtant, hormis son titre, qu'est ce que cette oeuvre a de choquant ? Rien.

Les religions n'ont jamais aimé qu'on "détourne leur message".  Comme si ce message n'était pas un détournement d'écritures elles mêmes détournées maintes et maintes fois depuis leur création. Au fait, tordons le cou à un mythe : Les religions (catholiques, juives, musumanes, boudhistes, etc) disent que leurs "textes sacrés" n'ont pas été écrits, mais "révélés", et que c'est Dieu lui même qui aurait inspiré la main des "prophètes" qui les ont écrits. Foutaise ! D'abord, répétons-le haut et fort, IL N'Y  A PAS DE DIEU. Il n'y a que des humains qui y croient.


Oh, Eh, me direz-vous, mais là tu y vas fort ! L'univers a bien été créé par quelque chose, non ? Peut-être, mais pas par un "Dieu".  Et il est possible d'étudier cette intéressante question sans faire l'hypothèse d'un Dieu. Il y a une science qui étudie les origines et le devenir de l'univers, elle s'appelle la cosmologie.  Ah, ben oui, c'est une science compliquée, avec beaucoup de maths, etc. Dieu, c'est tellement plus simple à comprendre. Même un enfant pourrait le comprendre. Et c'est bien là le problème. Sans s'en rendre compte, les parents propagent ce concept ridicule à leurs enfants, qui se retrouvent infectés (je n'éxagère pas) par ce virus mental tenace, dont il est très difficile de se défaire. Et voila pourquoi les religions perdurent.

En fait, il y a d'autres raisons : Les religions sont aussi des palliatifs très efficaces à l'angoisse fondamentale de l'homme, celle de la mort. Pour pallier cette angoisse, les religions donnent une réponse très simple : après la mort, on se réincarne (pour les boudhistes), ou on va au paradis (pour les musulmans et les chrétiens). Ah, mon Dieu (sic), que c'est rassurant !  Mais bon, c'est nul. A l'époque des tribus pastorales, ça pouvait marcher. Mais au XXIe siècle, merde, on peut plus gober ça ! Il est où, votre paradis ? Sur la lune ? Dans l'espace ? Sur Pandora ? Et son corrolaire, l'enfer ? Ah oui, parce que Chrétiens et musulmans ont plusieurs point communs : en plus de croire à un Dieu unique, aux anges, (dont l'archange Gabriel), aux prophètes, etc, ils croient aussi au paradis et à l'enfer. Ce serait à mourir de rire si plusieurs personnes n'étaient pas mortes d'avoir osé le dire.  Les Juifs sont plus subtils : Pour le Judaïsme, il n'y a pas d'enfer, mais certains textes parlent quand même du gueihinnom, de tourments éternels, d'errance éternelle des âmes, etc. Bref, l'enfer, c'est un concept très porteur. Et surtout très utile : il permet de domestiquer les êtres humains, voire même de les réduire en esclavage, sans protestations : si tu n'es pas sage (traduction : si tu n'obéis pas aux religieux), tu iras en enfer ! Pratique, non ?

Les boudhistes, très subtils eux aussi, ont un concept qui ressemble au paradis : le nirvāna. Contrairement à ce que beaucoup croient, il n'y a pas de réincarnation à proprement parler dans le bouddhisme (ce serait plutôt dans l'hindouisme), mais une transformation et une renaissance.  Pratique, cela évite le problème de la localisation de l'enfer et du Paradis !  Mais toutes les religions enseignent qu'il y a une différence fondamentale entre l'esprit et la matière.  Ah, le concept de l'âme ! Une autre idée simple, que même un enfant peut comprendre. Mais L'univers n'est pas simple, et il faut être adulte pour le comprendre (un peu). Alors on préfère se raccrocher à des idées simples.

Bon je pense que vous avez compris le message : les religions, c'est de la merde. Alors, virons-les ! Libérons nos esprits de ces parasites mentaux ! Ne les laissons pas empoisonner nos esprits ! Apprenons à penser librement et sans contrainte, étudions les sciences, la vie, l'univers, sans préjugé, forgeons nous nous même notre propre morale et notre propre éthique, mais ne l'imposons pas aux autres.  Donnons-leur seulement les indices, les faits, et pas les conclusions.  Nous pouvons prendre soin de nous-même et de notre belle planète sans les religions. Nous pouvons avoir un avenir sans Dieu, un avenir grandiose parce que le phénomène humain est une chose merveilleuse et que nous n'avons pas besoin d'un Dieu pour le savoir.




Tous mes livres : Cliquez sur le titre qui vous intéresse
livre: L'esprit et la Machine livre: Soul Shifter livre: Alice et la boîte de Pandore livre: Une chaîne au cou livre: Il suffira d'un battement d'elle livre: Vendre son livre sur Internet

Home Mes livres Mes tableaux Plan du site

Partagez / votez pour cette page :

Journal d'un terrien

Commentaires (1227) :

Page : 10  11  12  13  [14]  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82 

Pierre
Le 06/02/2016 à 18h40
Bref, je conseille vivement de relire attentivement le texte de cette page, clair et concis, que l'on soit croyant ou non d'ailleurs. Objectivement, il y a de quoi mettre dans ses petits souliers n'importe quel personne qui aurait reçu l'Illumination Transcendantale haha ! Si ce n'est pas le cas, cela souligne davantage encore à quel point tout cela est ahurissant.

Mais il faut toujours relativiser: les croyances accompagnent l'homme depuis toujours (j'ai expliqué ce qui selon moi en est la raison), et cela n'empêchera jamais un athée d'être transporté en écoutant du BACH par exemple. Peu importe qu'un compositeur se sente inspiré par Dieu... Ce qui compte c'est bien de faire de belles choses. Mais il faut que la religion se fasse petite, toute petite, qu'elle ne soit qu'une histoire entre un homme et sa vision du monde... Sinon, ça fera toujours... des histoires ! N'est-ce pas là une idée de bon sens ? Or, une religion est tout sauf ça, par essence. Donc je ne peux qu'approuver ce texte, et je n'entretiendrai cette conversation que sur la base d'arguments intelligibles, logiques et honnêtes intellectuellement (que j'ai cru naïvement pouvoir rencontrer de la part d'une personne croyante). Je ne désespère pas en tout cas ! Je ne veux pas de "Dieu reconnaît", "Dieu a dit", "c'est un Don", "le pape a dit"... Je veux des arguments intellectuels de philosophie personnelle, basés sur une vision du monde, d'il y a des millions d'années jusqu'à aujourd'hui au moins, des déductions. Car le sacré ne peut s'opposer à la logique et au discernement, au nom de quoi le ferait-il, si ce n'est du fait qu'il repose sur du néant ? C'est là-dessus qu'un débat peut être intéressant, le reste c'est du bazar à grigris, on ne fait pas honneur à notre capacité à penser.
Pierre
Le 06/02/2016 à 17h56
Lorsque tu dis que la foi est un don que l'on t'a donné, je mesure à quel point tu es endoctriné; tu inverses allègrement les choses en parlant de moutons formatés. Tu sais, je me renseigne sans relâche sur les méfaits des principaux lobbys (mon travail me laissant beaucoup de temps !), je mange bio (et pas n'importe quel "bio"), j'évite le maximum de nanoparticules et d'additifs chimiques toxiques, je ne regarde pas la télé mais choisis mes émissions sur le net et consulte les rapports d'études non-soumises au conflit d'intérêt, je décrypte la politique à longueur de temps etc... Je suis tout sauf un mouton. Donc, un contre-exemple de l'idée que tu veux faire passer, à savoir que la non-croyance serait une forme de conformisme. De qui se moque-t-on ? Aucun athée ne baptise les enfants, aucun athée ne pratique le lavage de cerveau en enseignant la religion ou en "éduquant", aucun athée ne livre de guerre "sainte"... Un athée peut être un mouton au regard de beaucoup de choses certes, mais pas de la religion: sa "foi" est pure, il 'choisit' bien davantage. Etre athée ne relève pas de la tradition, comme c'est souvent le cas avec la religion. Au final, être athée est tout sauf du conformisme !! C'est pour moi une forme d'honnêteté et d'humilité spirituelle, ça va bien plus loin que l'image négative que certains essayent d'y imprégner.



Par ailleurs, les adeptes de l'Ordre du Temple Solaire tenaient les mêmes propos que toi (la secte avec ceux qui se sont fait cramer, entre autres choses !): ils avaient reçu un don, celui de la Foi. Je cite cet exemple pour évacuer le plus vite possible ce faux argument du "Don", c'est un fourre-tout à bêtises cosmiques.

Pierre
Le 06/02/2016 à 17h47
David, tu n'as jamais été comme moi ! C'est évident. Tu laisses entendre que la foi est un état supérieur à la philosophie (sans la foi), ce qui est somme toute logique de ton point de vue. Je ne suis pas étonné (je m'attendais à cette réponse ou non-réponse), mais sache que j'ai été croyant quand j'étais enfant, jusqu'à l'âge de 10 ans environ, donc de mon point de vue, sortir de la croyance a été une maturation, une élévation spirituelle.

(Je ne veux pas dire non plus que ta spiritualité est enfantine ! Même si un enfant, en posant des questions en apparence naïves, est plus philosophe qu'on ne le croit... Je croyais surtout parce que j'avais entendu un discours qui me plaisait, que j'avais étoffé et fait mien)



David
Le 06/02/2016 à 12h45
Justement avant j étais comme toi Pierre et je ne veut plus revenir de dedans on ne me force pas car c est un don qu on nous donne et c est ça que je pense que vous ne comprenez pas ,moi je dirai la même chose du système dont vous êtes les moutons bien formatés et je dirai de meme c est de la merde et je n arrive pas à comprendre .

Oui dieu sait les grandes lignes mais comme il y a toujours un choix ,il connaît les conséquences des choix. Le jugement n est pas le même que nous,tu auras la vérité en face et c est toi qui choisira où tu veut aller,ce qui te conviens .
Pierre
Le 05/02/2016 à 01h41
Non, vraiment, pardon David, mais... Vraiment, ce titre est magnifique: "LA RELIGION C'EST DE LA MERDE". Et j'ai honte d'avoir honte de l'écrire, moi qui suis athée, j'y vois des relents de blasphème. Mais le blasphème, ce sont toutes les religions: blasphème à l'intelligence, blasphème à la Vie. Sors de là et ouvre les yeux ! Tu vas voir beaucoup de choses qui ne seront pas claires, beaucoup de choses qui amèneront questions sur questions... Mais tu VERRAS au moins, tu quitteras l'impasse pour ce long parcours sans fin qui est le seule parcours de vérité qui soit et tu seras plus que jamais "vivant"... Je sais bien que tu veux être "sauvé", avoir la vie éternelle... Mais tu sacrifies ton esprit pour ça, ici et maintenant, pour un après dont tu ignoreras toujours tout. Mieux vaut accepter que l'on ne pourra jamais imaginer l'Après de la mort: ne plus penser est par essence inimaginable pour un être pensant, c'est un trou noir absolu puisque le fait de "penser" la mort est déjà hors-sujet: une fois mort, on ne pense plus et on ne sens plus rien; la mort est donc inaccessible au discernement. Les religions sont donc un mensonge nécessaire pour qui ne peut accepter cela.

Si tu préfères continuer à vivre ta foi, je te souhaite bien sûr d'être le plus heureux possible, au fond je me doute bien que la religion peut jouer un rôle positif dans ce but. Mais tout cela n'est qu'idées. Et il faut de tout pour faire un monde... ;-)
Pierre
Le 05/02/2016 à 01h33
Mais admettons... Admettons !

David, si Dieu se présentait à toi et qu'il te demandait de tuer un membre de ta famille (comme pour le sacrifice d'Isaac) afin de tester ton obéissance. Le ferais-tu ? (Une réponse claire est nécessaire).

Moi je répondrais: "Pas question, et même si Vous le ressuscitez après, je ne me prêterai jamais à une telle ignominie... Et si Vous m'envoyez en enfer, eh bien tant pis"

Mais admettons que j'aille au Paradis... Je serais capable de tout critiquer, trouvant la déco très en-dessous de ce que j'avais imaginé etc...

Mais admettons que tout soit parfait, blanc immaculé ou pas, que rien, même en y vivant éternellement, ne chatouille mon sens critique... Eh bien ce serait l'enfer, le vrai: le néant, l'immobilité la plus effrayante qui soit, plus d'Après, plus jamais rien qui bouge, plus d'espoir, plus... d'Amour non plus, à bien y réfléchir.
Pierre
Le 05/02/2016 à 00h40
Sur cette thématique, j'ai envie de dire aussi ceci:



- Si un Dieu a créé l'homme, si ce Dieu est omniscient et omnipotent... Il devait savoir exactement comment les choses allaient se dérouler, depuis la fameuse histoire d'Adam et Eve jusqu'à aujourd'hui. Or, il semblerait qu'il ait été étonné de nombreuses fois, non ? Donc ce Dieu n'est ni omniscient ni omnipotent.

Surtout qu'on ne peux juger du libre-arbitre de sa propre créature: on est responsable de sa création, même lorsqu'on n'est pas Dieu...

Et si ce dernier ne l'entend pas de cette oreille, c'est qu'il a d'énormes LACUNES MORALES !! Sacré comble cela, non ?



Il existe des dizaines et des dizaines de petites réflexions simples qui tendent à démontrer qu'on devrait en finir avec la notion de divinité, et jamais, ô grand jamais il n'y aura le moindre indice suggérant l'existence d'un Dieu.



Pierre
Le 05/02/2016 à 00h20
David, il me semble que tu réponds de manière assez floue aux questions précises de Max... Mais tu es tout-à-fait pardonné car il n'y a aucune réponse satisfaisante, même si on les inventait.

D'ailleurs, quand tu dis "c'est simple, je suis sûr que tu vas trouver", ça cristallise la stérilité de cet éternel débat:

te rends-tu compte que tu te places dans le camp de celui qui "sait", qui "a trouvé" ? De mon point de vue, c'est Max qui a trouvé. Parfois, la seule voie de la vérité consiste en évitant les chemins de traverse. La religion me semble pire qu'un chemin de traverse: les réponses sont données, donc le voyage s'arrête, c'est une impasse. Une impasse dans laquelle on se met la tête dans le sable béatement, et où toutes les questions gênantes sont gentiment balayées pour pouvoir y rester.

Evidemment, j'exagère un peu mon propos haha ! Mais l'idée y est, je me sens totalement impuissant dans ce genre de discussion, car même avec les meilleurs arguments, rien ne fait pencher la balance...

Au passage, je dirais aussi que toute personne croyante peut se mêler de la politique à condition de ne jamais mettre sa religion sur le tapis et de ne jamais en parler non plus. Je trouve que baptiser les bébés est une violence d'un autre siècle, par ailleurs je suis fort aise que la religion chrétienne n'exerce quasiment plus de pouvoir politique.
David
Le 04/02/2016 à 20h51
Max,tu en sait pas mal ,pourquoi baptisé t on un enfant,certains le font par tradition et d autre par foi . C est une porte ouverte.

Est ce qu un non baptisé pourra être dans la béatitude .

R: un enfant n est il pas semblable au royaume de dieu donc celui qui n est pas baptisé ne pourra pas y a voir accès?

Ce sont les parents qui ont décidé de le faire ou pas.

Et les autres alors ,comme dis pierre en faite il y a une une petite graine en chaque religion ,pourquoi tant de différence.

C est simple et je suis sur que tu va trouver.

Ha la politique. Le pape suggère , il amène au questionnement , personnellement un chrétien ne devrait pas ou de loint se mêler à la politique.

C est comme dans les grosses boîte ,quand y a de l argent et du pouvoir ,les gens intègrent peuvent devenir corrompu.

Max
Le 03/02/2016 à 22h37
Pourquoi le pape se mêle de politique si c'est Jésus (Ou le Dieu des catholiques) qui décide en fin de compte ?

Pourquoi certains catholiques s'occupent des affaires politiques d'après des criteres religieux alors que d'après toi le Pape lui-même se contente(rait) de conseiller?

Le pape est un genre de médiums ?

Pourquoi les enfants ou bébé sont batpisés alors qu'il n'ont pas l'age de raison?

Tout ça me semple très flou ...
Max
Le 03/02/2016 à 22h22
David ma question est : les non batpisés vont-ils au paradis si ils sont bons ?

Je pensais par exemple à un des deux malfrats qui avait un peu de compassion et cloués à côté de Jésus ?



Quel est la réponse de l'église actuellement a ce sujet ?









?

David
Le 03/02/2016 à 21h54
Ce n est pas le pape qui décide ,mais toi ,tu auras le choix jusqu au dernier moment,tu choisiras ce qui te conviens .

Oui Pierre ,y a certaines choses que les humains devraient abandonner,je sais pas si on est trop mais peut être que les ressources sont très mal réparties .
Pierre
Le 03/02/2016 à 20h36
D'ailleurs, cela manque. En 2016, il serait temps que d'autres religions commencent à voir le jour, mais c'est peut-être déjà le cas. Des religions adaptées à notre époque bien sûr, ce qui éviterait au pape par exemple de devoir préciser que la lecture littérale d'un texte ancien est à proscrire (j'espère que beaucoup d'imams font de même ! C'est du bon-sens, mais force est de constater que le fondamentalisme est encore la plaie des religions, mais il est vrai que la sagesse n'est pas donnée à tout le monde...)

David, j'espère bien aussi que le monde irait mieux si tout le monde écoutait le pape ! Même s'il m'écoutait moi, il irait mieux. En fait, il existe une multitude de personnes qui, si tout le monde les écoutait, feraient que le monde irait mieux. Le problème a toujours été que nous sommes nombreux sur cette planète, et que beaucoup de personnes manquent d'esprit, de liberté intellectuelle, de capacité à penser... En fait, je suis persuadé que les personnes qui s'approchent le plus de la "Vérité" (inaccessible par essence à travers notre vision et cerveau d'humain") sont une MINORITE. En d'autres termes, même si cela paraît rassurant pour un croyant d'être sous la bannière d'une vaste communauté, les probabilités qu'il s'éloigne de cette vérité sont immenses, bien plus élevées que si sa vision des choses, extrêmement personnelle, n'avait pas d'étiquette.
Pierre
Le 03/02/2016 à 20h08
Merci David pour ne pas avoir rejeté l'ensemble de mon propos. Tu dis que "tout ce dont l'homme doit se séparer est marqué dans les évangiles noir sur blanc". J'ai envie de te répondre: "Admettons que oui (même si le noir et blanc c'est pour la version papier moderne traduite et retraduite): et alors ? J'espère bien ! Sinon la Bible ne serait pas vraiment digne de l'intérêt qu'on lui porte. Il est écrit beaucoup, beaucoup de choses, et l'on peut y interpréter encore bien plus de choses. Au final, on y trouve, de mon point de vue, beaucoup d'incongruités également (et le mot est parfois faible). Je lui accorde une valeur historique, en tant que texte ancien, mais je ne peux pas, au grand jamais, abdiquer de mon sens critique sous ce simple prétexte. Ma réalité à moi, c'est que l'on pourrait facilement écrire une autre Bible aujourd'hui, qui deviendrait sacrée dans 1000 ans, visionnaire, comme l'est celle que tu vénères. Mais je fais le voeu que celle-ci soit débarrassée des notions de sacrifice, d'adoration (le Dieu de la Bible est assez tyrannique pour interdire toute adoration autre que Sa Toute Puissance), de soumission, de rejet des plaisirs, de notion de Salut, de Paradis, d'Enfer, de punition, et la liste est longue encore... Tout cela est mortifère, malsain. N'est-ce pas évident ? J'imagine bien que ton avis est très différent !

Max
Le 02/02/2016 à 16h42
David, si je ne suis pas catholique, ou athée ou d'une autre religion, je vais en enfer car le pape en a décidé ainsi ?

Je comprends mieux ta croyance, cela me rappelle trop le jeu "Jacques a dit" ou le jeu de la marelle quand j'etais a la maternelle.

Sauf que là c'est "pour de vrai" ... donc toi tu va t'en sortir parceque tu est obéissant et moi je vais rôtir en enfer car très désobéissant, et opiniâtre ... ok j'ai compris ...



Religion du livre:



"Le christianisme se considère comme n'étant pas une « religion du Livre ». Le pape Benoît XVI critique comme un fondamentalisme la lecture littérale d'un texte alors que celui-ci est conditionné par son époque d'écriture. Le christianisme s'affirme par la parole de Dieu, le verbe, le logos et non par l'écrit."

Le Salut :

"Le salut est une notion spirituelle qui signifie "délivrance et libération". Le croyant qui possède le salut se trouve ainsi délivré et libéré du péché, de l'insatisfaction et de la condamnation éternelle (enfer). Il bénéficie d'une relation avec Dieu et a ainsi accès au paradis. La notion de salut est présente dans le christianisme, le judaïsme, l'islam, l'hindouisme et le bouddhisme."
<page précédente (plus récents)    page suivante (plus anciens) >

Ajouter un commentaire (pas besoin de s'enregistrer)

Pseudo :
Message :


image de protection
En cliquant sur le bouton "Envoyer" vous acceptez les conditions suivantes : Ne pas poster de message injurieux, obscène ou contraire à la loi, ni de liens vers de tels sites. Respecter la "netiquette", ne pas usurper le pseudo d'une autre personne, respecter les posts faits par les autres. L'auteur du site se réserve le droit de supprimer un ou plusieurs posts à tout moment. Merci !
Ah oui : le html genre <br>, <a href=...>, <b>b etc. ne fonctionne pas dans les commentaires. C'est voulu.
< Retour en haut de la page