Journal d'un terrien

Web log de Serge Boisse

On line depuis 1992 !

Recherche personnalisée

La religion, c'est de la merde

(je ne vais pas me faire que des amis avec ce titre !)

Eh oui, mais c'est ce que je pense profondément. La religion, ce n'est pas seulement l'opium du peuple, c'est un virus mental. C'est de la merde.  Pour plusieurs raisons :




Ouh la, me direz vous, tu vas un peu fort ! Ce que tu dis s'applique aux sectes, mais certainement pas aux grandes religions, aux religions musulmanes, juives, chrétiennes, bouddhiques ! Eh bien, si ! Mais il faut nuancer. Je vais vous donner quelques exemples.

Richard Feynman, prix nobel de physique, fut un jour interrogé par un groupe de patriarches juifs qui lui posèrent la question suivante : l'électricité, est ce que c'est du feu ? N'écoutant que son bon coeur, Feynman leur expliqua que c'était plutôt le contraire, le feu étant une réaction chimique qui est permise grâce aux électrons qui entourent tous les atomes.  Voyant les patriarches  visiblement perplexes, il leur fit tout un cours de physique-chimie élémentaire, insistant sur la force électromagnétique qui permet l'électricité et le feu (entre autres).  Mais les savants juifs, qui étaient peut-être savants dans l'étude de la Torah mais certes pas en physique, étaient de plus en plus perplexes. Feynman finit par leur demander pourquoi ils voulaient connaître les différence entre l'électricité et le feu :
- oh, répondit l'un de ces doctes sages, c'est simple : nous n'avons pas le droit de faire du feu le Samedi, alors la question est de savoir si nous pouvons utiliser l'électricité !
Feynman fut (on le comprend) profondément choqué de voir que ces gens, très intelligents, et qui avaient consacré leur vie à l'étude, ne l'avaient consulté, lui, prix nobel de physique, que pour savoir s'ils pouvaient ou pas allumer la lumière électrique le Samedi ! Voila à quoi mène cinquante ans d'étude des "textes sacrés" !

Autre exemple : le site islam-dine-rappel est un catalogue de préceptes, conseils, fatwas, etc. destiné aux musulmans. Quand on surfe sur ce site, on  peut se dire que ses auteurs sont tombés sur la tête.  C'est hallucinant. Le nombre "d'interdictions" de faire ceci ou cela qui se trouvent sur ce site dépasse l'imagination.  En quoi une religion qui prétend libérer l'homme peut-elle se trouver grandie par une telle restriction de liberté accordée à ses fidèles ? En quoi le fait de faire vivre les hommes et les femmes dans deux univers complètement séparés se distingue-t-il de la schizophrénie à l'échelle de la société ? En quoi le fait de lapider à mort les femmes adultères est-il un bien pour la société ? La religion est une névrose obsessionnelle collective, comme disait Freud.

Autre exemple : La religion catholique prétend que le fait de se confesser (c'est à dire de raconter ses turpitudes à un prêtre, puis de réciter quelques prières dites de pénitence)  permet de se "laver de ses péchés", et donc d'accéder au paradis, ce qui serait impossible sans confession.  Quelle connerie ! De qui se moque-t-on ? Les chrétiens disent aussi que pratiquer le sexe hors mariage est un "péché capital", mais une fois marié - par un prêtre - cela ne pose plus de problème. N'est-ce pas absurde ? On sent bien là l'un des buts principaux de ceux qui ont créé les religions : réguler, réglementer les passions humaines, jusqu'à l'absurde. Si cela conduisait à une diminution de la fécondité, encore, cela pourrait se comprendre. Mais c'est tout le contraire !

Toutes les religions interdisent l'avortement. Toutes sont contre le contrôle des naissances (le bouddhisme l'autorise dans certains cas). "Croissez et multipliez", disent les juifs, les musulmans et les chrétiens tous en choeur (pour une fois).  Eh oui, la surpopulation n'était pas un problème il y a deux mille ans, mais ça l'est devenu depuis... Moi je n'ai pas peur de dire ce que je pense : le contrôle des naissance est absolument nécessaire tant que la population humaine sur la planête dépassera le milliard d'habitant. Pourquoi ? Parce que l'empreinte écologique de l'humanité est déja largement supérieure à la surface de la planète. Nous vivons à crédit sur la nature, et ce sont nos descendants qui devront payer les intérêts. Un enfant, c'est bien, deux, ça passe encore, trois, c'est criminel (pas seulement contre la nature mais contre les descendants de nos enfants). Mais aucune religion ne vous dit ça. Au contraire ! Les religions ont été inventées à une époque tribale, où la croissance numérique de la tribu était ce qui importait. Les religions sont toutes pour le droit du sang, contre le droit du sol, parce qu'il y a deux mille ans la croissance de la tribu issue de son sang était LA chose importante. Connerie.

Les grandes religions actuelles sont issues d'un processus de sélection darwinienne effectué soit par les politiques (les empereurs romains, par exemple, ont vu dans la religion chrétienne qui pronait l'obéissance, l'humilité, la vertu, un bon moyen d'assouvir les masses), soit par les religieux eu-même (le concile de Nicée a été un sabordage volontaire et un autodafé des textes des apôtres, n'en laissant que quatre, et instituant toute une hiérarchie des prêtres, et un rituel qui n'existait pas auparavant). Religion et politique n'ont jamais été séparée, quoi qu'on en dise. Les président américains doivent jurer sur la bible, même s'ils ne sont pas chrétiens (notons que ce cas n'est jamais arrivé). La peine de mort a été autorisée, et même encouragée, par les papes dans le passé (sus aux hérétiques !) avant qu'elle ne passe de mode, mais ça peut revenir... L'Arabie Saoudite, pays très religieux, est aussi celui (après la Chine) où il y a le plus d'exécutions capitales...

Les religions ont leur manière à elle de défendre leur pré carré : elles exercent un contrôle rigoureux sur l'art et la littérature en particulier. Tout le monde connaît l'histoire terrible de Salman Rushdie, dont le roman les versets sataniques a été mis à l'index par l'ayatollah khomeyni, qui avait appellé "tous les musulmans" à tuer l'auteur, le forçant à vivre dans la clandestinité.  Mais l'église catholique exerce un contrôle tout aussi ferme sur les oeuvres susceptibles de "choquer" les "bon chrétiens". L'affiche de Girbaud montrant une cène dans laquelle les apôtres étaient remplacés par des femmes  a été interdite pendant un temps, avec une astreinte de 100000 euros par jour de retard, sur demande de l'association catholique "croyance et liberté" (le vatican ne censure que très rarement directement : il dispose de nombreux moyens détournés).  Heureusement, la condamnation a été annulée en cassation. Je vous mets cette image ici, je la trouve magnifique :

marithé et francois girbaud cène
 
Dans le même ordre d'idée, la photographie "piss christ" (ci-contre) d'Andres Seranno  a été vandalisée à Avignon,  et plusieurs personnes ont été menacées de mort pour 'avoir défendu le photographe. Pourtant, hormis son titre, qu'est ce que cette oeuvre a de choquant ? Rien.

Les religions n'ont jamais aimé qu'on "détourne leur message".  Comme si ce message n'était pas un détournement d'écritures elles mêmes détournées maintes et maintes fois depuis leur création. Au fait, tordons le cou à un mythe : Les religions (catholiques, juives, musumanes, boudhistes, etc) disent que leurs "textes sacrés" n'ont pas été écrits, mais "révélés", et que c'est Dieu lui même qui aurait inspiré la main des "prophètes" qui les ont écrits. Foutaise ! D'abord, répétons-le haut et fort, IL N'Y  A PAS DE DIEU. Il n'y a que des humains qui y croient.


Oh, Eh, me direz-vous, mais là tu y vas fort ! L'univers a bien été créé par quelque chose, non ? Peut-être, mais pas par un "Dieu".  Et il est possible d'étudier cette intéressante question sans faire l'hypothèse d'un Dieu. Il y a une science qui étudie les origines et le devenir de l'univers, elle s'appelle la cosmologie.  Ah, ben oui, c'est une science compliquée, avec beaucoup de maths, etc. Dieu, c'est tellement plus simple à comprendre. Même un enfant pourrait le comprendre. Et c'est bien là le problème. Sans s'en rendre compte, les parents propagent ce concept ridicule à leurs enfants, qui se retrouvent infectés (je n'éxagère pas) par ce virus mental tenace, dont il est très difficile de se défaire. Et voila pourquoi les religions perdurent.

En fait, il y a d'autres raisons : Les religions sont aussi des palliatifs très efficaces à l'angoisse fondamentale de l'homme, celle de la mort. Pour pallier cette angoisse, les religions donnent une réponse très simple : après la mort, on se réincarne (pour les boudhistes), ou on va au paradis (pour les musulmans et les chrétiens). Ah, mon Dieu (sic), que c'est rassurant !  Mais bon, c'est nul. A l'époque des tribus pastorales, ça pouvait marcher. Mais au XXIe siècle, merde, on peut plus gober ça ! Il est où, votre paradis ? Sur la lune ? Dans l'espace ? Sur Pandora ? Et son corrolaire, l'enfer ? Ah oui, parce que Chrétiens et musulmans ont plusieurs point communs : en plus de croire à un Dieu unique, aux anges, (dont l'archange Gabriel), aux prophètes, etc, ils croient aussi au paradis et à l'enfer. Ce serait à mourir de rire si plusieurs personnes n'étaient pas mortes d'avoir osé le dire.  Les Juifs sont plus subtils : Pour le Judaïsme, il n'y a pas d'enfer, mais certains textes parlent quand même du gueihinnom, de tourments éternels, d'errance éternelle des âmes, etc. Bref, l'enfer, c'est un concept très porteur. Et surtout très utile : il permet de domestiquer les êtres humains, voire même de les réduire en esclavage, sans protestations : si tu n'es pas sage (traduction : si tu n'obéis pas aux religieux), tu iras en enfer ! Pratique, non ?

Les boudhistes, très subtils eux aussi, ont un concept qui ressemble au paradis : le nirvāna. Contrairement à ce que beaucoup croient, il n'y a pas de réincarnation à proprement parler dans le bouddhisme (ce serait plutôt dans l'hindouisme), mais une transformation et une renaissance.  Pratique, cela évite le problème de la localisation de l'enfer et du Paradis !  Mais toutes les religions enseignent qu'il y a une différence fondamentale entre l'esprit et la matière.  Ah, le concept de l'âme ! Une autre idée simple, que même un enfant peut comprendre. Mais L'univers n'est pas simple, et il faut être adulte pour le comprendre (un peu). Alors on préfère se raccrocher à des idées simples.

Bon je pense que vous avez compris le message : les religions, c'est de la merde. Alors, virons-les ! Libérons nos esprits de ces parasites mentaux ! Ne les laissons pas empoisonner nos esprits ! Apprenons à penser librement et sans contrainte, étudions les sciences, la vie, l'univers, sans préjugé, forgeons nous nous même notre propre morale et notre propre éthique, mais ne l'imposons pas aux autres.  Donnons-leur seulement les indices, les faits, et pas les conclusions.  Nous pouvons prendre soin de nous-même et de notre belle planète sans les religions. Nous pouvons avoir un avenir sans Dieu, un avenir grandiose parce que le phénomène humain est une chose merveilleuse et que nous n'avons pas besoin d'un Dieu pour le savoir.




Home Mes livres Mes tableaux Plan du site

Partagez / votez pour cette page :

Journal d'un terrien

Commentaires (1216) :

Page : 10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  [35]  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82 

A Le Berre
Le 16/08/2015 à 20h09
Votre père était-il d'accord pour partir? Y avait-il conflit d'intérêt? Cette mort a-t-elle profité à quelqu'un? Regrettez vous cette décision ou l'avez-vous regretté?



Une chose à ne pas négliger dans la maladies c'est le cerveau. Il faut avoir la volonté de la combattre, persévérer, vouloir survivre t ne pas abandonner à l'arrivée de complications ou dégénérescences.
Paul
Le 16/08/2015 à 20h00
Non personne dans la famille n'a décidé d'une euthanasie. Nous l'avons trouvé seulement très déshydraté.

Il était en phase finale de la maladie, je souligne.

Sonde gastrique, urinaire, plus de réflexes de déglutition.

Ne se levais plus, avait le regard fixe et ne réagissait plus à aucuns stimuli.

Il est décédé suite à une pneumopathie.

C'était sans espoir sur le plan cérébral hélas.

Il n'etait pas en salle de réanimation, sinon je suis sur qu'il aurait tenir encore longtemps dans un coma artificiel par exemple.

Paul
Le 16/08/2015 à 19h46
Si il existe un conseil d'éthique, je ne souhaite pas qu'il soit teinté de catholicisme.

Mais de gens composé de "sages" au delà de tout clivage politique ou religieux.

Ceci est mon humble avis.

Pour l'euthanasie cela dépasse mes compétences.

Je viens de perdre mon père en phase terminale de la maladie d'alzheimer et j'avoue que sur la fin il n'était plus qu'un bébé de 85 ans.

Je pense qu'"on" l'a laissé partir.... humainement et dignement.

La santé de ma mère aussi était en jeux.
A Le Berre
Le 16/08/2015 à 19h36
Votre père était-il d'accord pour partir? Y avait-il conflit d'intérêt? Cette mort a-t-elle profité à quelqu'un? Regrettez vous cette décision ou l'avez-vous regretté?



Une chose à ne pas négliger dans la maladies c'est le cerveau. Il faut avoir la volonté de la combattre, persévérer, vouloir survivre t ne pas abandonner à l'arrivée de complications ou dégénérescences.
A Le Berre
Le 16/08/2015 à 19h33
Votre père était-il d'accord pour partir? Y avait-il conflit d'intérêt? Cette mort a-t-elle profité à quelqu'un? Regrettez vous cette décision ou l'avez-vous regretté?



Une chose à ne pas négliger dans la maladies c'est le cerveau. Il faut avoir la volonté de la combattre, persévérer, vouloir survivre t ne pas abandonner à l'arrivée de complications ou dégénérescences.
Paul
Le 16/08/2015 à 19h24
Si il existe un conseil d'éthique, je ne souhaite pas qu'il soit teinté de catholicisme.

Mais de gens composé de "sages" au delà de tout clivage politique ou religieux.

Ceci est mon humble avis.

Pour l'euthanasie cela dépasse mes compétences.

Je viens de perdre mon père en phase terminale de la maladie d'alzheimer et j'avoue que sur la fin il n'était plus qu'un bébé de 85 ans.

Je pense qu'"on" l'a laissé partir.... humainement et dignement.

La santé de ma mère aussi était en jeux.
A Le Berre
Le 16/08/2015 à 19h18
L'affaire Lambert est en effet très médiatisée et les médias ne respectent pas la famille du patient qui angoisse en ce moment même. Cependant, la sœur de Vincent Lambert est celle qui a appelé les journalistes afin de débrancher son frère contre l'avis de sa mère, qui préfère garder l'espoir de son réveil. C'est donc une proche de M.Lambert qui à causé cette sur-médiatisation. Il est important de rappeler que M.Lambert serait plutôt fortuné pour comprendre cette situation. Ceci est scandaleux de la part de cette sœur mais permet également de remettre en question l'euthanasie. Dans les cas d'euthanasie, respecte-t-on forcement la décision de tous les proches ou seulement celle de l'époux/épouse et enfants? L'héritage influence-t-il sur la décision familiale? Le patient voudrait-il être euthanasier?

Cette affaire m'a touchée personnellement car elle m'a rappelé le décès de mon grand-père maternel à mes 25-26 ans. Il avait lui aussi une fortune aisé et était opposé à l'euthanasie (catholique aussi mais cela n'a rien à voir). Cependant ma tante(grosse radine), qui s'occupait de lui du fait de sa proximité à décidé de le débrancher 2 jours après son arrivé à l'hôpital malgré l'opposition de ma mère et de mon premier oncle. Cette tante a ensuite "privatisé" sa maison et s'est ensuivie une longue procédure d'héritage qui devint tant bien que mal équitable.

La question est donc à qui profite l'euthanasie? Qui la subit? Quels sont les regrets et la culpabilté qui s'ensuivent
Paul
Le 16/08/2015 à 19h06
Oui je crois savoir qu'aujourd'hui il est possible d'opérer à distance.

Avec une très grande précision. En neurochirurgie par exemple.
A Le Berre
Le 16/08/2015 à 19h03
Merci pour le respect que vous y accorder. Les gens d'aujourd'hui ont tendance à croire que l'importance de notre métier s'estompe avec l'arrivée d'internet et que nous ne servirons plus qu'à opérer et à griffonner des ordonnances pour le remboursement maladie.

Si internet pouvais remplacer 9 à 11 ans d'études en médecine et 3000 ans de sciences médicales, on metterai Paris en bouteille.
Paul
Le 16/08/2015 à 19h01
Je comprend donc, un peu mieux position du moins je m'y efforce ...



Ne trouvez-vous l'affaire Vincent Lambert sur-médiatisée?

et surtout intrusive dans la vie privée du patient?

A Le Berre
Le 16/08/2015 à 18h52
Merci pour le respect que vous y accorder. Les gens d'aujourd'hui ont tendance à croire que l'importance de notre métier s'estompe avec l'arrivée d'internet et que nous ne servirons plus qu'à opérer et à griffonner des ordonnances pour le remboursement maladie.

Si internet pouvais remplacer 9 à 11 ans d'études en médecine et 3000 ans de sciences médicales, on metterai Paris en bouteille.
Paul
Le 16/08/2015 à 18h48
Et sans aucun jugement personnel bien entendu.
A Le Berre
Le 16/08/2015 à 18h48
Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis. Je ne condamne pas les enfants du fait de leur naissance par PMA. Je condamne le recours à cette pratique qui s'oppose au procesusu normal de création.



Je suis contre l'euthanasie, oui. Je suis devenu médecin pour soigner, et même sauver des gens et non pas pour les tuer. Peut importe les souffrances, c'est un meurtre (ou suicide), tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir sinon mes confrères et moi-même ne serions pas médecins. C'est paradoxal. Il n'y a pas que les médecins catholiques qui s'opposent à l'euthanasie car ce n'est pas l'avis de Dieu qui influe notre regard sur l'euthanasie mais notre mission en tant que personnel de soins de tout tenter pour sauver un homme ou une femme.



Puisque vous défendez ce genre de chefs de service (car ils ne sont pas tous comme cela). Allez travaillez en milieu hospitalier. Vous seriez surpris de voir tout cela d'un œil intérieur. Des infirmières qui refilent certaines tâches médicales à des ASH (donc non-qualifiés) et inconscientes... Mais il n'y a pas que les infirmières, nous avons notre part de responsabilité, mais nous avons l'amour du métier.



Cela me fait assez rire parce que lorsque j'étais chirurgien, j'avais un salaire mensuel de 10 000€ au départ et 12 400€ à la fin et nous avions quelques appareils neufs. Mais nous n'avons plus d'argent...

Remarquez, ce n'est pas moi qui m'en plaignait.

Paul
Le 16/08/2015 à 18h38
Cela va sans dire !

J'ai beaucoup de respect pour votre votre profession.

Cordialement
Paul
Le 16/08/2015 à 18h35
@A Le Berre

Ni voyez aucune acrimonie de ma part.

En reponse de :

"La déontologie c'est le fait de ne pas laisser interférer sa vie personnelle et sa relation au patient. Le serment d'Hippocrate est en rapport avec le secret médical. Ceci n'a rien à voir avec cette discussion houleuse."

<page précédente (plus récents)    page suivante (plus anciens) >

Ajouter un commentaire (pas besoin de s'enregistrer)

Pseudo :
Message :


image de protection
En cliquant sur le bouton "Envoyer" vous acceptez les conditions suivantes : Ne pas poster de message injurieux, obscène ou contraire à la loi, ni de liens vers de tels sites. Respecter la "netiquette", ne pas usurper le pseudo d'une autre personne, respecter les posts faits par les autres. L'auteur du site se réserve le droit de supprimer un ou plusieurs posts à tout moment. Merci !
Ah oui : le html genre <br>, <a href=...>, <b>b etc. ne fonctionne pas dans les commentaires. C'est voulu.
< Retour en haut de la page