Journal d'un terrien

Web log de Serge Boisse

On line depuis 1992 !

Recherche personnalisée

Comment créer le monde

creation de l'univers (Ce titre est aussi celui d'un bouquin de Peter Atkins, que je vous recommande)

 

 

 

 

 

L'idée qui se cache derrière un titre aussi provocateur est très simple :

L'univers très primitif (juste après sa création) possèdait un certain nombre de caractéristiques frappantes, voire étonnantes :

Peter Atkins justifie ces questions par le principe anthropique fort :

Si ces constantes on la valeur que nous observons, c'est précisément parce que ces valeurs sont celles qui permettent la présence d'observateurs !

Ainsi il existe peut être une infinité d'univers avec des lois d'univers différentes, mais nous ne sommes pas dans les autres par ce que ces "autres" ne permettent pas la présence d'observateur intelligents.

Ce principe pose des problèmes philosophiques considérables, en effet il s'oppose violemment à toute la démarche des scientifiques depuis Gallilée, démarche qui tend à faire perdre de plus en plus la place centrale de l'homme dans l'univers : les anciens croyaient que le soleil et les étoiles tournaient autour de la terre, Newton croyait à un espace et un temps absolu... Admettre que l'univers est ce qu'il est parce que les hommes sont dedans, n'est-ce pas un retour à ces âges préhistoriques et supersticieux ?

Pourtant, si cette idéee que l'univers pourrait avoir été créé différemment en qu'en fait il existe des univers avec deux dimensions d'espace seulement (et peut être deux de temps ! on pourrait donc tourner en rond dans le temps et le principe de causalité serait battu en brèche), ou avec une vitesse de la lumière égale à trois mètres par seconde, est vraie, elle doit être testable. Ces univers, si variés, si différents, seraient bien crées à partir de quelque chose ! Il nous faut imaginer une sorte de marmite cosmique, un chaudron géant situé hors du temps et de l'espace dans lequel des univers "bouillonnent", des lambeaux d'univers ayant peut être une dimension d'espace, ou dix, se créent et s'attachent entre eux, se détruisent peut-être...

Dans l'un de ces univers (et peut être plusieurs, mais finalement peu en regard du nombre total), la dimensionalité et la valeurs des constantes physique permet la création, au bout de dix milliards d'années de lente évolution, d'observateurs qui se demandent "pourquoi l'univers est-il tel qu'il est ?".

Peter Atkins suppose que le point de départ de tous ces lambeaux d'univers, c'est le point de départ de tout, le point unique de dimension zéro qui traduit l'opposition structurelle entre "je n'existe pas" et "j'existe", entre zéro et un, c'est un unique bit d'information qui signifie "je suis".

Le point de départ de l'univers, c'est le nombre '1'.

Admettons cette idée ; il me semble alors que nous pouvons la tester, jouer au créateur d'univers, et voir où cela nous conduit.
En fait, il nous faut une théorie de l'émergence des structures: quelque chose qui montre comment une chose aussi simple que l'opposition "0-1" peut, par le biais de l'autoréférence, engendrer des structures de complexité croissante.

Je vous propose de suivre trois voies différentes pour y parvenir :

Il faut citer aussi le travail de Valentin Koulikov et celui de S.V.Yolkin qui présentent une théorie de l'univers vue comme un "espace informationel", basé sur la théorie des groupes, et qui se construit à partir du point zéreo vu comme l'absence d'information, l'inconnu. Cependant savoir que l'inconnu est inconnu c'est appliquer sur cet inconnu un opérateur, qui n'est donc plus l'inconnu, et par différentiations successives on crée des structures de plus en plus abstraites mais qui conduisent à la mise en évidence de choses qui ressemblent bougrement à notre espace-temps familier...

Et puisqu'on y est, je propose des mes pages "maths" une théorie personnelle de la création des entiers qui n'a rien à voir avec les axiomes de Peano, et qui ressemble fort à la création d'un univers...

Enfin, pour vous reposer, voici un petit jeu, lié au dernier point : comment créer un programme (ou un univers) qui se commente lui-même ? : L'univers est-il un programme autoréplicateur ?

> Chapitre suivant : Maths
< Page précédente : Conscience et univers adimensionnels

 

Journal d'un terrien

Commentaires (14) :

Page : [1] 

Pierre-M.T.
Le 06/04/2016 à 12h27
Ah et oui! Pour ma sensibilité, notre univers connu ne serait pas exactement en expansion mais plutôt en inspiration. Comme une cage thoracique qui se remplirait d'air. Chaque inspiration / expiration pourrait durer des dizaines ou centaines de milliards d'années. J'imagine un univers qui vit et qui respire probablement parce que je ne suis qu'un humain qui vit et qui respire. L'univers me renvoie-t-il ce que je pense de lui? Amicalement :-)
Pierre-M.T.
Le 06/04/2016 à 12h16
"Ces valeurs ONT..." Je ne connais pas grand chose en physique quantique ou encore à propos de la théorie des cordes mais je trouve facilement les fautes d'orthographe qui se glissent à l'insu de la plume de l'écrivain. C'est peut-être la seule erreur du site mais forcément je tombe directement dessus (c'est un peu l'histoire de ma vie ^^) en plus la phrase est écrite en verte, ça attire l'attention. Je sais aussi que ma démarche n'est pas très polie mais j'aime beaucoup votre site et les sujets qui y sont traités alors je me permets d'apporter ma modeste pierre à votre génial édifice afin que votre travail soit impeccable. Cordialement :-) signé: un autre terrien un peu dans la lune aussi parfois
TLG
Le 16/05/2014 à 11h50
Bonjour Serge



Bien que je ne sois pas totalement séduit par l'ensemble de votre propos sur l'origine de l'univers et son expansion il y a, a mon sens, des éléments très pertinents!

Trouver la modélisation mathématique la mieux appropriée pour décrire l'univers et son expansion est chose pas facile bien évidement et reste encore du domaine de la recherche fondamentale qui tourne a plein régime.

Les théories sont nombreuses et varié mais il est sur que l'avancée faite grâce en particulier aux travaux d'Albert EINSTEIN est primordial sur la compréhension et les interrogations.

Le Big Bang est un pallier a mon sens primordial dans l'expansion de l'univers en effet avant il n'y avait pas de notion de temps ni d'espace géométrique et seule des formes d'énergies (a préciser) existait pour arriver a un point limite (un ou plusieurs point d 'accumulation) pour donner le big bang et passer dans un univers où l'équivalence énergie - matière prenait un sens. En quelque sorte l'énergie n'étant plus si immatérielle que cela. Cette équivalence générant ainsi l'espace géométrique au moins a priori de dimension 3 mais rien ne dit qu'il n'en faut pas plus pour représenter tout les corps de l'univers et générant aussi un espace temps.

Tout ceci pour dire que l'ont peu constater plusieurs choses de bases :

- Il y a, a mon sens, un aspect transitif dans l'expansion de l'univers a savoir que les successeurs sont issues de l’existant donc un modèle transitif semble être un bon choix

- Il y a aussi, a mon sens, un aspect d'accumulation (qui pourrait peut être représenter cette foutu notion d'énergie) i.e. un aspect limite a l'image des ordinaux limite par exemple. Cela entraîne alors que le moteur interne des objets type énergie serait suffisamment grand qu'il ne pourrait être représenté que par des objets mathématique infini. En fait il faut a mon avis faire attention lorsque l'on parle d'infini mathématique, en effet l'infini est le contraire de fini mais cela ne veut pas dire que cet infini est notion commune que l'on connait en effet pour N, on a en fait un infini du a l'accumulation des successeurs mais pas plus.

- Lorsque l'on travaille sur les nombre surréel en prenant la représentation de Gonshor de 1986 comme étant à une classe d'équivalence près une application d'un ordinal vers la paire - et +, paire que l'on peut aussi prendre comme étant l'ordinal 2={0;1} alors on obtient une succession de 0 et 1 pour représenter un surréel. Donc les surréels peuvent être considéré comme étant des applications d'un ordinal vers l'ordinal 2 (on remarque aisément que cela est bien binaire et correspond aux fonctions caractéristiques des parties (sous ensembles uniquement bien évidement) de la classe des ordinaux .

De sorte que les nombres surréels pourrait être un bon modèle pour représenter un objet purement énergétique en considérant l'énergie comme séparable et corpusculaire



Mon explication étant trop longue je vais stopper un peu sauf a ajouter que de plus, l'univers dans son expansion pourrai être éventuellement périodique où pour chaque période nous aurions une sorte de cloche de Gauss dont le sommet serait en quelque sorte le big bang et nous serions dans la phase où l'univers est dans une profonde instabilité impliquant une limite a revenir vers son état primitif stable d'avant le big bang



Je travaille sur ce sujet depuis plus de 15 ans mais pour le moment bien que j'avance je reste encore dans la phase de théorisation.



Qu'en penses tu Serge de cette bafouille et de la notion d'infini comme je la considère?

Thierry

JusteBete
Le 25/06/2013 à 19h55
Bonjour,



"Accroissement de l'Expansion de l'univers ?"

Mettez un pétard dans un packet de semoule dans le vide, à t + 1 s, pour un grain du milieu, les grains les plus loin sont ceux qui s'éloignent le plus vite... Quelle différence avec notre vision de l'univers ? Il y a éventuellement une expansion mais pas un accroissement... (éventuellement car lumière émise à 13 ma, entre temps, elles ont pu faire demi-tour... )



"Michelson-Morley" = pas d'éther ... Ah Bon ? Quelle différence avec le son dans un avion ?



C = Vitesse maximale... Non... Ce n'est pas avion super-sonique...car il est impossible d'aller plus vite que le son ! A défaut de trouver l'excuse que c'est l'air qui se dilate, on va dire qu'il comprime l'air devant et le dilate derrière...

à moins tout simplement que l'avion évolue V<son mais avec un temps bien inférieur...ce qui nous apparait v>C...

Ça fait pas un peu bricolage tout ça ?



"fond cosmologique" = Lumière de tous les grains de semoule que l'on a doublé et qui nous ont doublé...à v bien supérieur à C



"Vitesse de dilatation de l'univers ?" Quel est le Blue-shift maximal observé ( introuvable internet) ? pour une étoile à quelle distance ? Ou plus exactement comme question : en ajoutant la vitesse de dilation de l'univers à celle de rapprochement d'une étoile, obtient-on quelque chose de supérieur à la vitesse de la lumière ? Si oui... on a des question à se poser ! L'univers se dilate ou se rétracte ?



"vitesse de la lumière dans le vide ?" Qui a mesurer la vitesse de la lumière dans le vide ? Réponse internet : 1 tentative dans un tube sous vide sur terre et jamais on a eu de résultat plus aléatoire...

En définissant le mètre par la vitesse de la lumière... Ben, on rend la seconde immuable et la distance variable... Or c'est le temps qui est variable...Faudrait pas l'oublier (prouvé ce coup-ci par l'expérience !) Par ailleurs, il nous faut 300 horloges atomique pour définir notre seconde !

Moralité : si notre propre temps change, on ne s'en aperçoit pas, mais un paris-Marseille ferra 100 ou 1000 km suivant le changement... là surtout : Absurde ! Et bonjour le bricolage !



Le temps ... la clé de voute de la compréhension ! Qu'est ce qu'une année lumière sans la gravitation de la lune, du soleil et de la voie lactée ? Combien dure une année en dehors de toute gravitation ? et qu'elle est donc la vitesse de la lumière ( ramené au temps terrestre) dans ce milieu ?



"Matière Noire ?" Bref, si les étoiles en périphérie d'une galaxie tournent aussi vite que celles prés du noyau, c'est peut-être pas du à de la matière noire mais simplement que leur temps s'écoule plus vite...



La lumière est absorbée par les trou noirs... Quelqu'un s'est-il amusé à ramener les ondes radios émises au niveau des ondes lumineuses ? N'y voit t-on pas un spectre lumineux bien connu ? Si la gravité est si forte, alors le temps est lent...et la lumière dans ce milieu devient pour nous : des ondes radios !

Ah ! Oui... j'oubliais... Le temps est immuable !



Bref, pour moi, ce que nous voyons de notre univers n'est que le résultat d'une immense super-nova...Quand aux autres éventuelles super-nova, on les voit pas...on est trop loin ! mais il n'y a aucune raison que l'on soit encore une fois au centre d'un unique big-bang...





Si la gravitation est une onde ( Vitesse de la lumière ) il devient alors particulièrement important de définir la vitesse d'une galaxie par rapport à un point fixe de l'espace...sinon tous nos calculs sont faux ! Ou était le soleil il y a 7 minutes ? on a la réponse mais uniquement par rapport à nous, pas par rapport à un point fixe de l'espace = lieu d'émission de l'onde... on oublie la vitesse de la galaxie ! Plus facile de chercher de la matière noire que chercher l'adéquation entre force de gravitation / Vitesse de la galaxie / Vitesse de l'onde gravitationnel ... ( Et cela en considérant que le temps prés du soleil est le même... Or en bord de mer en envoyant un rayon laser sur la lune, on va trouver une distance de la lune inférieure à celle en haut de l'himalaya...comme la seconde est plus courte en altitude, il faut plus de secondes au rayon pour revenir )



Ces questions peuvent peut-être paraitre con... Mais elles montrent à quel point il est difficile de trouver des informations valables en français sur un problème donné !

( Y compris sur plusieurs prix nobel...On a les titres mais pas la logique imparable associée...) Je donne une vision simple des choses, et à part des calculs inhabitable basé sur une science "fermée" ( cf définition du mètre), j'aimerais que quelqu'un me donne un fait ( observé ) qui l'a contredise au profit de la théorie actuelle...





Serge Boisse
Le 19/01/2013 à 11h31
Raélitout, vous vous trompez. L'univers n'est pas infini, ni dans le temps, ni dans l'espace !

Et si la question de ce qu'il y avait avant le big bang n'a pas de sens, c'est que le big bang est à la fois l'origine de l'espace mais aussi celle du temps. C'est difficile à comprendre parce que nous ne sommes pas habitués à raisonner en termes spatio-temporels.
Raélitout
Le 14/01/2013 à 13h16
Ma réponse a Corentin, qui, comme un trés grand nombres de personnes se posent: qu'est-ce qu'il y avait avant la création de l'univers? Question logique!

Cette question ne peut ètre posée, que s'il y avait eu un départ a l'existence de l'univers...

Ors, il n'y a jamais eu de départ, pour la simple et bonne raison que l'univers est infini, dans l'infiniment grand comme dans l'infiniment petit, et que donc il a toujours existé et existera toujours!
Laak
Le 10/01/2013 à 11h42
il y avait que l'univers
guy patel l'expansodynamicien
Le 26/06/2012 à 09h58
Monsieur Serge Boisse :



Qu'est ce qui vous fait penser que l'univers est primitif ? Qu'est ce qui vous fait penser que toute la matière s'est créée d'un seul tenant ?



La science expansodynamique démontre au contraire que l'univers ne fonctionne pas comme un big bang mais comme une création continue de matière à l'EXTERIEUR de notre univers observable. Celle çi se mettant également en expansion (théorie à ne pas confondre avec l'univers quasi-stationnaire de Fred Hoyle dont la matière se créait à l'INTERIEUR et à ne pas confondre également avec le modèle des multivers).



L'image serait au contraire comme une foule d'individus de plus en plus nombreuse. Ceux à l'intérieur (les astronomes donc) ne voient pas les nouveaux venus venant de l'extérieur (la création permanente de nouvelle matière EXTERNE et à jamais inobservable).



Toute la matière ne s'est donc pas créé d'un seul coup comme le suggère le modèle du big bang, comme vous le croyez et comme le suppose l'ensemble des scientifiques.



Il ne peut donc pas y avoir d'univers primitif car ceci se fait par EXPANSOTRANSITION, concept qu'il est définitivement impossible à expliquer ici d'autant que l'expansodynamique est impubliable (ce que l'on me reproche et qui pourtant ne dépends pas de ma volonté).



Bien sûr seule l'expansodynamique peut démontrer ceci (elle démontre comment et pourquoi d'autre individus viennent de l'extérieur) .



On me prends désormais pour un illuminé. Ces deux nouvelles sciences vont donc disparaître à jamais, avant qu'un autre ne la redécouvre dans un siècle ou deux et qui lui aussi sera traité d'illuminé et écarté,,, etc,,,



Tant pis pour la science mais il vaut mieux en rire.



Cordialement : Guy Patel l'illuminé.
manon...
Le 19/05/2012 à 19h04
bonjour moi ses manon j'ai 11 ans et je me pose une question : comment les continent se son disperser
justine
Le 03/05/2012 à 00h54
moi justine 12 ans et je me pose cette question: qu'est-ce qu'il y avait avant la création de l'univers? C'est dur a imaginer qu'il y a autre chose mais je voudrais juste une réponse simple.
Didi
Le 22/10/2010 à 01h14
"En fait selon la cosmologie moderne le temps est "né" en même temps que l'espace."<br />rn<br />rnLe temps est la mesure du mouvement de particules ou vibration des ondes, exactement comme l'est la température mais pour un ensemble. L'espace, la matière, pourrai parfaitement exister sans mouvement et donc sans temps et zéro température, bien sur rien ne serai observable puisque rien ne bougerai. <br />rn<br />rn<br />rn"On peut concevoir le temps comme un livre dont les pages deviennent de plus en plus fines à mesure que l'on se rapproche de "l'instant zéro", ce qui fait que si l'on essaye de comprendre ce qui s'est passé "au tout début",on doit tourner de plus en plus de pages... en même un nombre infini car les premières pages du livre de l'univers sont infiniment fines. Entre "l'instant zéro" et la première seconde de l'univers, il s'est passé un nombre infini d'évènements."<br />rn<br />rnParadoxe de Zénon ;)<br />rn
Corentin
Le 05/10/2010 à 20h00
Merci ,et oui je comprend mais c'est comme-même vraiment bizarre et j'espère que l'on en sera plus sur l'univers et sur notre monde.^_^
Serge Boisse
Le 23/09/2010 à 20h12
bonjour Corentin

En fait selon la cosmologie moderne le temps est "né" en même temps que l'espace. La question de savoir ce qu'il y avait avant le big bang n'a donc pas de sens.

Maintenant je reconnais que c'est une réponse pas facile à comprendre. Je vais essayer de t'expliquer : On peut concevoir le temps comme un livre dont les pages deviennent de plus en plus fines à mesure que l'on se rapproche de "l'instant zéro", ce qui fait que si l'on essaye de comprendre ce qui s'est passé "au tout début",on doit tourner de plus en plus de pages... en même un nombre infini car les premières pages du livre de l'univers sont infiniment fines. Entre "l'instant zéro" et la première seconde de l'univers, il s'est passé un nombre infini d'évènements. Ce qui fait que l'on ne peut pas savoir "ce qu'il y avait" à l'instant zéro, car on ne peut pas y arriver, il y a trop de pages à tourner. Et avant... ben ça voudrait dire aller plus loin que l'infini, ce qui est impossible. Tu comprends ?
Corentin
Le 22/09/2010 à 12h53
Moi ,Corentin ,10 ans et je me pose cette question: qu'est-ce qu'il y avait avant la création de l'univers? C'est dur a imaginer qu'il y a autre chose mais je voudrais juste une réponse simple.


Ajouter un commentaire (pas besoin de s'enregistrer)

Pseudo :
Message :


image de protection
En cliquant sur le bouton "Envoyer" vous acceptez les conditions suivantes : Ne pas poster de message injurieux, obscène ou contraire à la loi, ni de liens vers de tels sites. Respecter la "netiquette", ne pas usurper le pseudo d'une autre personne, respecter les posts faits par les autres. L'auteur du site se réserve le droit de supprimer un ou plusieurs posts à tout moment. Merci !
Ah oui : le html genre <br>, <a href=...>, <b>b etc. ne fonctionne pas dans les commentaires. C'est voulu.
< Retour en haut de la page