Journal d'un terrien

Web log de Serge Boisse

On line depuis 1992 !

Recherche personnalisée

Les ibozoo-uu (4) : Le Temps

Prologue

Selon les U. le temps est une dimension comme les autres (conception très Minkowsksienne). Mais alors se pose la question de savoir si et comment les IU évoluent :

Ils sont "hors de l'espace" et "hors du temps" ; cependant les U. disent que les IU penvent orienter leurs axes : il y a donc un processus à l'oeuvre sur les IU et cela signifierait qu'il existe un "temps" dans cet espace des IU. Ou alors ce processus est un comme un raffinement procgressif, une vue à une échelle donnée (tiens ?) croissante d'une fractale.  Oui, mais croissante avec quoi ? pas avec le temps ; mais avec l'entropie ?

Je cite le doc D59 :

Que signifie ce charabiah ? Je comprends la première phrase : regarder dans une direction, c'est effectuer une projection de l'espace des IU sur un hyperplan qui correspond à la dite direction. Encore que là on envisage une direction spatiale et non spatio-temporelle, ce qui m'intrigue.

Mais la seconde ? L'entropie d'une fractale est quelque chose de précisément défini...

En fait il paut peut-être partir de l'idée de calcul reversible : (reversible computiing) : Un système hors équilibre effectue un calcul (modèle d'une machine de turing thermodynamique) dans ce cas la notion de temps en'est pas ontologique : le calcul peut se dérouler hors du temps, le principal c'est qu'il a une probablité non nulle d'aboutir donc il finit par aboutir : ce moment correspond à une echelle donnée...

En fait le probème du temps se pose ainsi : si l'univers est un processus, et si les données "position", "quantité de mouvement", "temps", ... sont le résultat d'un calcul, dans quel "temps" se déroule ce processus ?
 


Digital physics

Un certain nombre de chercheurs, dont Eward Fredkin, on postulé que l'univers pouvait être discret et non continu. En fait cette assertion est très naturelle si l'on considère l'évolution des idées en physique : beaucoup de quantités que l'on considérait comme continue sont maintenant considérées comme discrètes : par exemple l'hypothèse atomiste était considérée en 1900 comme une simple hypothése par Ernst Mach qui écrivait "while there are evidences for the atomic theory, since no one has seen an atom and since no would ever see an atom, I am not convinced that the atomic theory is true".

Les temps ont changé et maintenant nous pouvons voir les atomes avec le microscope à effet tunnel. Maintenant, nous croyons fermement à la théorie atomique. La chose suivante qui tomba dans l'orbe du discret fut l'électricité. Autrefois considérée comme un fluide, Thompson découvrit l'électron en 1897 et, quand on s'apperçut que la charge électrique était quantifiée, Einstein proposa que le quantum d'action de Plank pouvait déterminer la relation entre la fréquence et l'énergie des particules de lumière qu'il appela photons. Plank pensait que Einstein était quelqu'un de très bien , même s'il pensait que la lumière était faite de particules discrètes ! Ajourd'hui nous pensons tous que les photons sont rééls, et que la lumière, et tous les champs de la nature sont fait de particules discrètes.

Lorsque la théorie quantique commença à étre mieux connue, il devint clair que le moment angulaire des particules était lui aussi quantifié, et même que le moment angulaire d'un freesbee est lui aussi quantifié !

L'espace-temps semble resister mieux à la quantification, mais la théorie de la relativité d'echelle de Laurent Nottale arrive a dériver le monde quantique de la relativité (d'échelle), en supposant que l'espace-temps est continu mais non différentiable : n'est-il pas logique que le pas suivant soit l'abandon de la continuité ?

Il existe ainsi un courant de pensée de plus en plus fort qui va du continu vers le discret, non l'inverse.

Quelques liens sur la physique numérique :

Digital physics est la nouvelle science qui émerge de l'assertion suivante : la nature est finie.

L'univers peut donc être caractérisé par son "état" qui regroupe un nombre fini d'informations. Fredkin avance l'hypothèse que le monde est un automate cellulaire. il propose que le monde soit un automate qui "tourne" sur un ordinateur universel (mais tous les ordinateurs sont universels), et que les lois de la physique puissent  se déduire de la règle qui fait tourner cet automate cellulaire.

Un exemple d'un tel automate cellulaire serait constitué d'un nombre extrèmement grand, mais fini, de cellules élémentaires C, chaque cellule pouvant se trouver dans un (petit) nombre états e1,e2, .. en. Chaque cellule aurait 7 voisins : gauche, droite, haut, bas,  dessus, dessous, et avant (dans le temps). La règle R serait de la forme :

    C(t+1, x,y,z) = R[C(t,x,y,z), C(t,x-1,y,z), C(t,x+1,y,z), C(t,x,y-1,z), C(t,x,y+1,z), C(t,x,y,z-1), C(t,x,y,z+1)]

Comme le nombre de cellules est fini, l'automate R est cyclique.

Dans un tel schéma le temps est donné par le 'tick' de l'horloge du processeur. Le processus se déroule dans un autre espace-temps que Fredkin appelle pompeusement other. Fredkin va jusqu'a déduire certaines caractéristiques de other : en particulier other n'est pas nécessairement aussi complexe que "notre" espace-temps : il suffit qu'il soit capable de contenir un processus de calcul universel, ce qu'est un automate aussi simple que le jeu de la vie !

Un inconvénient "évident" de prime abord de la proposition de Fredkin est que l'espace et le temps y semblent absolus : mais ceci est faux dans la mesure ou une cellule donnéee (ou un groupe de cellules) ne peuvent pas savoir leur position absolue : la loi R est locale.

On pourra objecter que les travaux de d'Espagnat et Aspect sur le problème EPR ont montré que l'univers n'est pas local : mais attention, le "tick" de temps de l'automate R est probablement voisin du temps de Plank, 10-43 secondes. A l'échelle de temps considérée dans les expériences EPR, rien ne s'oppose a ce qu'une "influence" se propage entre les cellules en un temps bien trop court pour être mesurable. L'univers peut sembler non local aux échelles macroscopiques et même microscopiques, mais être local  à l'echelle 'ultime" de Planck.

Je ne suis pas sûr que la loi d'évolution de l'univers soit locale. Par exemple il se pourrait que l'univers résulte de l'itération d'une fonction agissant n fois sur la donnée initiale "rien". Voir <ici> un développement de cette théorie.


Généralisation

Je pense que cette proposition ne manque pas d'intéret, mais je lui substituerais une variante, qui le généralise en fait, en plusieurs étapes :

1) Une idée séduisante est que other soit lui aussi un automate cellulaire, dont le processus de calcul serait contenu dans notre propre univers ! Les deux univers se "mordraient ainsi la queue".

Mais le problème du temps reste entier, il est même agravé par le fait qu'a chaque 'tick" de l'horloge de notre univers, on calculerait l'état de other, qui en retour calculerait l'état de notre univers ... De plus other peut êre physiquement très simple, mais il n'en reste pas moins qu'il a besoin d'une mémoire énorme pour faire évoluer les cellules de notre univers : mais peut être la mémoire est-elle partagée entre les deux processus ? Ceci impliquerait que R dans notre univers a besoin d'accèder à l'état de other et réciproquement...
 
2) le fait que le monde spoit un automate cellulaire implqie le mécanisme. Or le mécanisme a été étudié en détail par Delahaye et...
 

3) Un automate cellulaire peut être réversible (dans ce cas chaque état n'a qu'un antécédent ) ou irréversible : dans ce cas certaines configurations (les "jardins d'Eden" dans le langage imagé de la théorie des automates cellulaires) n'ont pas d'antécédents, et l'univers est constité de branches qui partent des jardins d'éden, fusionnent éventuellement, puis aboutissent a des cycles.

Dans le cas ou l'automate est réversible, on peut imaginer un processus de calcul aléatoire, qui de temps en temps part "en avant" dans le temps et de temps en temps revient en arrière en détruisant ce qu'il vient de faire (mais sans perte d'information). De tels processus de calcul aléatoire existent dans la nature, et même dans notre corps : les ribozomes sont des protéines qui découpent l'ADN en deux brins et le répliquent : ils fonctionnent grâce à l'agitation thermique, et vont aussi bien "en avant", faisant du travail utile, qu'en arrière. Dans le cas des ribozomes, le processus arrive à échéance (réplication de l'ADN) parce que en plus de l'agitation thermique dominante, existe un faible potentiel électrique qui les pousse très légèrement "vers l'avant".

Si les deux processus, celui R de notre univers et celui R' de other sont reversibles, il se peut très bien que la notion de temps n'ait aucun sens, que les deux processus se font et se défont aléatoirement, mais que vu "de l'intérieur" on ne puisse s'en appercevoir ! Faites l'expérence ; claquez deux fois dans vos mains et annoncez "l'univers vient de partir un heure en arrière dans le temps, puis il est reparti une heure et une seconde en avant" : personne ne pourra  vous contredire !

Notons qu'ol faut distinguer pocesseur réversible et automate reversible : Le fait que les lois de l'automate R peuvent être reversible ou non, est inépendant du fait que le processeur qui execute cet autoamte soi treversible ou non !

Il n'est pas certain que l'"automate universel" R (ou autre) soit réversible : en fait certains arguments sur les brisures de la symétrie CP (anisotropie de la désintegration beta) semblent montrer que l'univers n'est pas T-symétrique... Mais attention, le "temps" dont il est question lorsqu'on parle de symétrie T est un temps "vécu du dedans", qui n'est pas forcément le temps associé aux "ticks" de l'horloge...

4)  pourquoi ne pas envisager une sorte d'automate dans lequel les cellules elles-mêmes sont calculées ? Un tel automate agirait sur un graphe (initialement réduit à un seul noeud, voire aucun !) sur lesquels les opérations élémentaires seraient  :

5) Espace-temps virtuel

En fait dans la proposition 3, un neud doit "savoir" au minimum quels sont ses voisins. Mais rien n'empèche de considérer des neuds qui contiennent plus d'informations  : on pourrait suggérer qu'un "noeud" contient également des "variables cachées" accessibles seulement à l'automate R qui les manipule. Nous pouvons suggérer ici  un changement de sémantique :

Les neuds ne codent plus des points de l'espace dont l'état évolue dans le temps, mais des points de l'espace-temps lui même : les neuds sont des évènements. Les arcs ou liens entre deux neuds servent à déterminer quels sont les neuds voisins dans l'espace-temps. Ils ne sont pas forcément voisins dans le processeur !

Un noeud-évenement est ainsi relié à des évenements "futurs" ou "passés", ou "simultanés. Il est possible alors que les arcs portent une information sur la "distance" entre les deux évenement. Mais cela ne suffit pas : il doit exister une notion d'orientation. En effet, nous savons que l'espace-temps accessible a nos sens semble porter une topologie de continuum Riemannien 4D, au moins en première approximation. Dans l'automate de Fredkin, la topologie est induite par la règle R certes, mais aussi par le réseau de cellules de l'automate. Dans notre vision "graphique", la topologie peut être quelconque et l'illusion 4D doit émerger de "autre chose".

Une première question qui se pose est celle du rôle de l'automate : puisque les noeuds portent des évènements qui contiennent leur propres coordonées temporelles (relatives) , on peut supposer que l'automate agit en fait en "raffinnant" de plus en plus l'univers : dans le temps propre de l'automate,le primer tick crée un noeud "big bang", puis les ticks suivants augmentent (ou diminuent ! ) le niveau de détails de cet univers. Il faut bien comprendre que ce temps propre n'a plus rien a voir avec celui que vivent les points-évenements "de l'intérieur".

Ainsi un évenement e1 pourra etre connecté à un évènement e2 tel que la distance spatiale entre e1 et e2 soit nulle, mais non la distance temporelle : e2 pourrait être "après" e1, de sorte que l'on pourrait dire "e1" précède e2 de 1ms". Mais il n'est pas sur que trois millions de ticks-horloge-automate plus tard, la situation soit inversée de sorte que e2 précède maintenant e1, ou même ne lui est plus reliè temporellement !

Un fait vient a notre secours : l'existence de géodesiques, trajectoires parcourues par des évènements "libres".

connexité ou non
impulsion-espace
particules correellees EPR = les meme vues a deux angles differents.

<a suivre>

> La suite des ibozoo-uu (5)
> Autre suite : Synthèse de l'affaire Ummo
< retour aux pages "Ummo"
< retour aux pages "E.T."

 

Journal d'un terrien

Commentaires (1) :

Page : [1] 

antigravit
Le 04/04/2012 à 01h36
Merci pour vos réflexions qui me montrent un angle de vision différent émanant d'une autre personne, moi qui suis plongé dans le dossier Ummo depuis de nombreuses années, je dois le dire,il m'a fallu parfois de long mois ne serait-que pour saisir le sens d'un paragraphe tant son contenu pouvait paraître simple voire naïf en première lecture alors qu'il contenait des informations en très complexes à saisir réellement ( voir les lettres où les U recommandent une pause dans leur lecture avant de poursuivre plus avant une réflexion). Vous êtes certainement un scientifique de formation et en ce sens votre point de vue m'intéresse fortement. Mais tout de même, je vous écris car je réagis suite à la surprise que m'a procuré votre premier paragraphe concernant les I.U et plus précisément le temps. Vous citez : les IU Ils sont "hors de l'espace" et "hors du temps" ; cependant les U. disent que les IU penvent orienter leurs axes : il y a donc un processus à l'oeuvre sur les IU et cela signifierait qu'il existe un "temps" dans cet espace des IU. Ou alors ce processus est un comme un raffinement procgressif, une vue à une échelle donnée (tiens ?) croissante d'une fractale. Oui, mais croissante avec quoi ? pas avec le temps ; mais avec l'entropie ? " <br />rnPour ce qui du temps avant peu être de tenter de saisir son essence à travers les I.U il conviendrait peut-être d'évoquer la version Ummite qui nous accuse de ne nous tromper quand nous pensons mesurer le temps alors qu'en fait nous ne mesurons qu'une "fonction de temps" et donne l'exemple du chronométreur, pour ce qui est de l'essence du temps il nous parlent plutôt de notion "d'augmentation d'information",le temps n'est rien d'autre qu'une augmentation de l'information perçu par le cerveau, mémorisé et transmis simultanément à la Conscience Collective (CC) l'exemple de la personne qui ne fait rien et qui s'ennuie trouvera le le temps long car son augmentation d'information est très bas, alors qu'une autre personne très active, très occupée, du fait de la quantité importante d'informations à traiter trouvera par contre que le temps passe trop vite, et sans parler du fait que pendant par exemple une anesthésie générale, comme aucune information n'a été perçue, le "temps" n'a pas été ressenti, la personne se réveille sans même savoir qu'elle s'était endormi ! Le temps et les I.U : le train d'IU représentant l'ensemble des éléments d'informations observables par l'homme à l'instant où ils sont observé, perçu et transmis à la CC permutent pour se transformer en "sensation de temps" ( homme boudin avec sa lampe ) Voilà pourquoi j'adore les Ummites, une façon extrèmement particulière d'aborder les concepts sur un angle totalement nouveau ( angle d'IU! ), très séduisant je dirais "très" ingénu" et "transcendant" ! Et si l'on va plus loin la quantité d'information augmente proportionnellement la Néguentropie, la néguentropie représente une augmentation de l'information au contraire de l'Entropie qui représente une perte , les Ummites nous expliquent que la Négeuntropie ( la vie !) est proportionnellement infime face à l'entropie générale de l'Univers, mais bénéficiant de l'effet de résonance propre à la C.C elle "tente" de contrebalancer l'entropie générale. Je ne cite que les Ummites, quant à mon avis sur cette affaire qui non seulement me passionne , elle a agréablement changé l'idée que je me faisais du sens de l'existence et ma conception de l'Univers . Merci à vous encore en espérant ne pas vous avoir trop ennuyé.


Ajouter un commentaire (pas besoin de s'enregistrer)

Pseudo :
Message :


image de protection
En cliquant sur le bouton "Envoyer" vous acceptez les conditions suivantes : Ne pas poster de message injurieux, obscène ou contraire à la loi, ni de liens vers de tels sites. Respecter la "netiquette", ne pas usurper le pseudo d'une autre personne, respecter les posts faits par les autres. L'auteur du site se réserve le droit de supprimer un ou plusieurs posts à tout moment. Merci !
Ah oui : le html genre <br>, <a href=...>, <b>b etc. ne fonctionne pas dans les commentaires. C'est voulu.
< Retour en haut de la page