Quelques blagues sur microsoft
<

Journal d'un terrien

Web log de Serge Boisse

On line depuis 1992 !

Recherche personnalisée

Les règles (simplifiées) du jeu de Go

Le jeu de Go (ou wei-chi pour les chinois) est un jeu chinois. Ceci suffit presque à en définir les règles, tellement elles sont simples et naturelles.

Le jeu se joue a deux, ordinairement sur un quadrillage en damier qu'on appelle goban (prononcer : gobanne). Contrairement aux dames et aux échecs, on joue sur les intersections des lignes et non dans les cases. Chaque intersection a donc en général quatre voisins, en haut, en bas, à gauche et droite.

Chacun à son tour, les deux joueurs posent un pion (qu'on appelle une "pierre"), où il veut sur le goban. Le premier joueur "noir" pose une pierre noire, le second joueur "blanc" pose une pierre blanche, et ainsi de suite. On ne déplace jamais les pierres. Lorsque deux pierres de la même couleur sont voisines, elles forment une chaîne. De même pour trois, quatre etc. : dans une chaîne de n pierres, on peut donc aller de proche en proche d'une pierre a l'autre en allant de voisin en voisin. Le nombre total d'intersections vides qui sont voisines des pierres d'une chaîne s'appellent les libertés de la chaîne.

Et voici les deux règles essentielles est si simples du jeu de Go :
1) Si une chaîne n'a plus de libertés, on la retire du jeu. Toutes les pierres de la chaîne sont capturées par celui qui a supprimé la dernière liberté.
2) il est interdit de poser une pierre à un endroit où elle n'aura pas de liberté.

On pourrait donc croire que le jeu ne consiste qu'à "capturer des pierres en les entourant pour supprimer leurs libertés". Mais en fait il suffit de jouer un peu pour s'apercevoir que le vrai but consiste à créer des chaînes "incapturables", qui délimiteront des territoires dans lesquels l'adversaire n'aurait pas intérêt à jouer car ce serait la mort à coup sûr pour ses pierres. Et en fait la création des territoires est le vrai but du Go, et a la fin de la partie (lorsque les deux joueurs passent consécutivement) on compte simplement les territoires et les pierres capturées.

Pour ceux qui voudraient essayer, il existe une troisième règle, dit du Ko : 3) il est interdit, après une capture, de recapturer la pierre qui vient d'être posée si cela recrée la situation précédente.

Et voilà, c'est tout. Avec ces règles merveilleusement simples, on crée un jeu dont la complexité, la richesse, la folie même, défie l'imagination. Le Go est bien plus complexe et riche que les échecs par exemple, car, même si la tactique y est (très) importante, entre joueur de bon niveau il intervient également une affaire de "feeling", de "sentir les bonnes formes des pierres", de "jouer avec le bon timing", etc. qui réclame un "sens du jeu" qui ne s'acquiert qu'après des années et des années de pratique et d'étude..


> La suite : Un goban infini

Commentaires (0) :

Page :



Ajouter un commentaire (pas besoin de s'enregistrer)

Pseudo :
Message :


image de protection
En cliquant sur le bouton "Envoyer" vous acceptez les conditions suivantes : Ne pas poster de message injurieux, obscène ou contraire à la loi, ni de liens vers de tels sites. Respecter la "netiquette", ne pas usurper le pseudo d'une autre personne, respecter les posts fait par les autres. L'auteur du site se réserve le droit de supprimer un ou plusieurs posts à tout moment. Merci !
Ah oui : le html genre <a href=...>, <b>b etc. ne fonctionne pas dans les commentaires. C'est voulu.
< Retour en haut de la page